Les gardiens de la révolution iranienne lancent 8 missiles (dont 6 aboutis, mais sans grand dégâts) sur la Syrie à la suite d’une attaque contre une parade militaire qui a fait une trentaine de morts

La télévision publique a déclaré que des missiles, qui ont atterri près d’Abu Kamal, dans le sud-est de la Syrie, portaient les slogans suivants: « Mort à l’Amérique, Mort à Israël, mort à la Maison Al Saud ».

Dans cette photo publiée le 1er octobre 2018 par les gardiens de la révolution iranienne, des missiles sont tirés de la ville de Kermanshah, dans l’ouest de l’Iran, contre le groupe d’Etat islamique en Syrie (Sepahnews via AP).

Sur cette photo publiée le 1er octobre 2018 par les gardiens de la révolution iranienne, des missiles sont tirés de la ville de Kermanshah, dans l’ouest de l’Iran, contre le groupe de l’Etat islamique en Syrie (Sepahnews via AP).

Les gardiens de la révolution iranienne ont déclaré lundi qu’ils ont lancé des missiles balistiques dans l’est de la Syrie contre des terroristes qu’ils accusent d’avoir récemment attaqué un défilé militaire.

Les médias d’Etat à Téhéran ont rapporté que le lundi 1er octobre, des missiles de l’IRGC ont pris pour cible les  «quartiers généraux des terroristes» à l’est de l’Euphrate en Syrie, en représailles de leur attaque contre un défilé militaire à Ahvaz le 22 septembre, qui a fait 30 morts et blessé un nombre important.

Les missiles ont été tirés depuis la région kurde iranienne de Kermanshah. C’était la deuxième fois en trois semaines que les gardiens de la révolution tirent des missiles de surface depuis leur base de Kermanshah sur une cible située hors d’Iran. Le 8 septembre, ils ont lancé des missiles contre les centres politiques kurdes et les quartiers généraux militaires dans le nord de l’Irak, alléguant qu’ils étaient complices d’une série de raids transfrontaliers sur les positions militaires iraniennes dans le nord.

Les sources militaires signalent que les missiles tirés lundi matin ont visé la région à l’est d’Abu Kamal entre Harse et Hajin, qui est la dernière parcelle de terre encore détenue par l’Etat islamique en Syrie. Abu Bakr al-Baghdadi se cacherait là. L’attaque d’Ahvaz a été revendiquée à l’époque, autant par les séparatistes de l’Iran arabe que par l’Etat islamique. La réponse de l’IRGC a indiqué que c’est le second que les Gardiens veulent tenir pour responsable. C’est une façon d’évacuer le problème en l’identifiant comme de source « étrangère » et de pondérer les diverses insurrections fracturant l’intérieur.

Selon des témoins, au moins deux des huit missiles tirés de Kermanshah ont explosé prématurément et des fragments sont tombés dans le nord de l’Iraq. La Syrie ne parle pas de l’attaque par missile, bien que la zone à l’est de l’Euphrate abrite une présence militaire américaine, des Kurdes syriens, des forces syriennes et des milices chiites irakiennes.

Les sources du Hezbollah libanais n’ont pas manqué l’occasion de laisser entendre que les missiles iraniens ont également adressé un avertissement aux États-Unis, à Israël et à l’Arabie saoudite. La télévision d’Etat de Téhéran a diffusé lundi matin des images montrant un soldat des CGR soulignant un slogan sur l’un des missiles : «Mort à l’Amérique, Mort à Israël, Mort à Al Saoud». Peu après la première attaque, dans l’Est de la Syrie, Téhéran a annoncé qu’une deuxième avait eu lieu, celle-ci menée par des drones iraniens, qui n’ont causé que des dommages à l’environnement et un blessé.

« Malheureusement, un Peshmerga a été blessé lors de l’attaque iranienne », a indiqué un communiqué du Parti démocratique du Kurdistan iranien (PDKI) publié peu après l’attaque.

 

La télévision d’Etat et l’agence de presse officielle IRNA ont déclaré que les attaques avaient « tué et blessé » des terroristes en Syrie, sans aucune précision attestant d’une efficacité avérée.

« Le quartier général des responsables du crime terroriste d’Ahvaz a été attaqué, il y a quelques minutes, à l’est de l’Euphrate par plusieurs missiles balistiques tirés par la branche aérospatiale des Gardiens de la Révolution », ont déclaré les gardiens sur leur site internet officiel.

La division aérospatiale du corps des gardiens de la révolution islamique iranien (IRGC) a, ensuite, publié des photos montrant un impact présumé de l’attaque par missile du 1er octobre sur des cibles de l’Etat islamique dans la vallée syrienne de l’Euphrate.

Selon certaines informations, l’IRGC aurait utilisé au moins six missiles balistiques et plusieurs (entre 7 et 11) véhicules aériens de combat sans pilote pour pilonner des positions terroristes et des quartiers généraux. Cependant, les photos publiées montrent un impact relativement faible des frappes. On s’attend donc à ce que l’IRGC publie bientôt plus de contenu visuel sur le sujet.

Le groupe iranien IRGC publie des photos montrant l'impact présumé d'une attaque de missiles sur l'Etat islamique en Syrie

Cliquez pour voir l’image complète

Le groupe iranien IRGC publie des photos montrant l'impact présumé d'une attaque de missiles sur l'Etat islamique en Syrie

Cliquez pour voir l’image complète

Le groupe iranien IRGC publie des photos montrant l'impact présumé d'une attaque de missiles sur l'Etat islamique en Syrie

Cliquez pour voir l’image complète

Un missile montré à la télévision d’État portait les slogans «Mort à l’Amérique, Mort à Israël, Mort à Al Saud», en référence à la famille dirigeante de l’Arabie saoudite. Le missile portait également en arabe l’expression «tuez les amis de Satan», en référence à un verset du Coran sur la lutte contre les infidèles.

« C’est le rugissement des missiles appartenant à la garde révolutionnaire de la révolution islamique », a déclaré le journaliste de la télévision d’Etat, alors que les missiles étaient lancés derrière lui. « Dans quelques minutes, le monde de l’arrogance – en particulier l’Amérique, le régime sioniste et Al Saud – entendra le son des coups répétés de l’Iran. »

Nafiseh Kohnavard

@nafisehkBBC

Slogans écrits sur les missiles lancés par l’  aujourd’hui, selon  la TV d’Etat :

“A mort les USA”
“A mort Israel”
“A mort la maison des Saoud”

Un graphique diffusé par la télévision d’Etat suggère que les missiles ont survolé le centre de l’Irak près de la ville de Tikrit avant d’atterrir près de la ville d’Abu Kamal, dans l’extrême sud-est de la Syrie.

Abu Kamal est détenu par des forces fidèles au président syrien, Bachar Assad. Cependant, la ville a été prise pour cible à l’heure actuelle par des djihadistes du groupe extrémiste de l’État islamique, qui ont perdu presque tout le territoire qu’ils détenaient en Syrie (sous les coups de boutoir notamment des Kurdes des FDS) et en Irak.

Selon l’agence de presse iranienne Fars, les gardiens ont tiré des missiles Zolfaghar et Qiam d’une portée respective de 750 kilomètres et 800 kilomètres (465 et 500 milles).

Les médias d’Etat syriens n’ont pas immédiatement reconnu cette frappe.

Deux fidèles iraniens tiennent des pancartes anti-américaines et anti-israéliennes, dans un rassemblement pour condamner l’attaque terroriste de samedi à Ahvaz, après la prière du vendredi à Téhéran, Iran, 28 septembre 2018 (AP Photo / Ebrahim Noroozi)

La Garde a publié des images sur son site Web montrant ce qu’elle a décrit comme le lancement des missiles près d’une falaise rocheuse dans un lieu tenu secret. Auparavant, la Garde avait lancé des missiles depuis les provinces occidentales d’Iran pour de telles attaques.

L’attaque ajoute à la confusion quant aux responsabilités dans l’attaque contre le défilé militaire à Ahvaz, le 22 septembre, qui a fait au moins 29 morts et plus de 60 blessés.

L’Iran a d’abord accusé les séparatistes arabes de l’attaque au cours de laquelle des hommes armés déguisés en soldats ont ouvert le feu sur la foule et des fonctionnaires observant le défilé depuis une colonne montante dans la ville du sud-ouest. Les séparatistes arabes ont également immédiatement revendiqué l’attaque et ont fourni des détails sur l’un des assaillants qui se sont avérés être vrais.

Dans cette photo fournie par l’Agence de presse Mehr, des civils tentent de s’abriter sur une scène de tir lors d’un défilé militaire marquant le 38e anniversaire de l’invasion irakienne de l’Iran en 1980, à Ahvaz (Iran), le 22 septembre 2018. Photo / Mehr News Agency, Mehdi Pedramkhoo)

Le groupe extrémiste de l’État islamique a également revendiqué l’attaque, mais a, tout d’abord, fait des allégations factuelles à ce sujet, qui se sont avérées fausses, comme la présence au défilé d’Hassan Rouhani. Plus tard, Daesh a publié des images de plusieurs hommes que l’Iran a finalement identifiés comme des attaquants, bien que les hommes sur les images n’aient jamais fait allégeance au groupe extrémiste.

Dans un enregistrement audio de trois minutes publié la semaine dernière, le porte-parole du groupe des djihadistes sunnites de l’Etat Islamique, Abu Hassan al-Muhajir, successeur d’Abu Mohammad al-Adnani, a déclaré que l’Iran «ne s’était pas remis du terrible choc, qui ne serait pas le dernier».

Le chef adjoint des Gardiens de la révolution d’Iran a averti Israël et les Etats-Unis qu’ils pouvaient s’attendre à une réponse «dévastatrice» de l’Iran, répétant les accusations selon lesquelles ils seraient impliqués dans l’attaque séparatiste ou djihadiste.

Un Iranien tient une pancarte dénonçant les Etats-Unis, Israël et l’Arabie Saoudite lors d’un enterrement de masse pour les victimes de l’attaque d’un défilé militair, le week-end dernier, dans la ville d’Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran. PHOTO / ATTA KENARE)

C’est la troisième fois au cours des derniers mois que l’Iran a lancé ses missiles balistiques pour exprimer sa colère.

L’année dernière, l’Iran a tiré des missiles balistiques en Syrie à la suite d’une attaque sanglante contre Téhéran visant le parlement et le sanctuaire de l’ayatollah Ruhollah Khomeini. En septembre, l’Iran a tiré des missiles sur l’Irak, ciblant une base d’un groupe séparatiste kurde iranien, le PDKI à Koya. Les séparatistes disent que cette frappe a fait au moins 14 morts et 40 blessés.

L'Iran a procédé à une frappe de missiles balistiques contre des cibles de l'Etat islamique en Syrie (photos)

Cliquez pour voir l’image complète

L'Iran a procédé à une frappe de missiles balistiques contre des cibles de l'Etat islamique en Syrie (photos)

Cliquez pour voir l’image complète

L'Iran a procédé à une frappe de missiles balistiques contre des cibles de l'Etat islamique en Syrie (photos)

Cliquez pour voir l’image complète

L'Iran a procédé à une frappe de missiles balistiques contre des cibles de l'Etat islamique en Syrie (photos)

  ,  ,  ,  ,  , 

 

JForum avec Debkafile et agences

Rev Guards fire 8 missiles from Iran at ISIS in E. Syria

2 Commentaires

  1. il est grand temps d’arrêter l Iran avec ses missiles avant qu’ils n attaque Izrael et les état unis, sinon il y a un sérieux risque de subir une 3° guerre mondiale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.