Syrie: La mauvaise carte des pays occidentaux?

1
596

AP Photo / Khalid Mohammed

« Timber Sycamore ». En français, le bois du figuier sycomore, un arbre qui peut servir de combustible, et dont le frottement des branches permet d’allumer un feu.

Mais c’est surtout le nom d’une opération, unique dans l’histoire du renseignement par son ampleur et le nombre d’États impliqués.

Une guerre de l’ombre menée par la CIA et ses alliés – dont les services secrets français, britanniques, saoudiens, turcs, israéliens et qataris –, qui visait à renverser le régime de Bachar el-Assad en s’appuyant sur des forces liées ou affiliées à al-Qaïda.

C’est de cette campagne secrète – initiée à l’automne 2011 et progressivement stoppée à partir de l’été 2017 –, que traite le premier ouvrage de Maxime Chaix, nommé « La guerre de l’ombre en Syrie : CIA, pétrodollars et djihad », paru aux éditions Erick Bonnier le 14 mars 2019.

Journaliste indépendant, l’auteur est le principal traducteur de l’universitaire et ancien diplomate canadien Peter Dale Scott.

Ce dernier est un spécialiste de l’« État profond américain » – c’est-à-dire des relations fusionnelles entre la finance, le monde du pétrole et le complexe militaro-industriel aux Etats-Unis.

L’ouvrage de Maxime Chaix est le fruit de cinq années de recherches, durant lesquelles l’auteur a méticuleusement compilé et analysé l’ensemble de la littérature au sujet de cette opération clandestine, et interviewé certains des plus grands spécialistes de la question (Fabrice Balanche, Joshua Landis, Christopher Davidson, l’ambassadeur Robert S. Ford…).

Ce minutieux travail rompt avec le discours officiel qui s’est imposé en Occident, et qui décrivait Daech comme une émanation directe de Damas – une thèse notamment défendue par l’ancien ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, en poste à l’époque et très actif dans le dossier syrien.

En réalité, l’opposition islamiste qui est en train de perdre la guerre en Syrie a été massivement soutenue par Washington et Riyad, avec le soutien d’une quinzaine d’alliés engagés sur ce théâtre d’opération.

Comme nous le rappelle Maxime Chaix dans son ouvrage, ce mode opératoire n’est pas nouveau. En effet, peu après sa création, la CIA prit pour habitude d’armer des milices afin de renverser des gouvernements parfois démocratiquement élus.

Ce fut le cas en 1954 au Guatemala, lorsqu’une faction de seulement 400 hommes soutenus par la CIA réussit à faire tomber le président Jacobo Arbenz, jugé trop proche des Soviétiques.

Pas assez surtout des firmes de Wall Street telles que la United Fruit Company, comme le montre l’excellent film de Robert de Niro nommé « Raison d’Etat » – un long métrage qui retrace l’histoire du Renseignement américain de l’OSS à la guerre froide.

Même schéma dans les années 1980 avec les fameux « Contras » au Nicaragua ou les « Moudjahidines » en Afghanistan, qui regroupaient en leur sein la future al-Qaïda de Ben Laden.

Du mensonge démocratique à l’aggravation cynique de guerres civiles, il n’y a qu’un pas que les services secrets américains et leurs alliés ont franchi en Bosnie, au Kosovo ou encore en Libye.

Comme le montre Maxime Chaix dans son livre, l’opération Timber Sycamore a impliqué une quinzaine de services spéciaux (Arabie saoudite, France, Grande-Bretagne, Turquie…), dont les états-majors furent installés dans des bases secrètes en Turquie et en Jordanie dès les premiers stades de ce conflit.

Démarrant officieusement en octobre 2011, cette campagne devint gigantesque au fil des ans, au point d’atteindre un financement d’un milliard de dollars annuels pour la seule CIA en 2015 – soit 1/15ème de son budget total.

Principalement financée par l’Arabie saoudite, déjà sponsor d’opérations clandestines de l’Agence en Amérique centrale et en Afghanistan dans les années 1980, cette guerre de l’ombre en Syrie eut un impact majeur sur le terrain, laissant même augurer la chute d’Assad pendant l’été 2015.

Contraire au Droit international, cette politique a dramatiquement aggravé le conflit syrien en permettant aux États souhaitant renverser Assad d’armer et de financer clandestinement des dizaines de milliers de mercenaires, dont les éléments les plus efficaces sur le terrain étaient islamistes.

Au nom de la raison d’État, les gouvernements concernés ont dissimulé le fait que les milices décrites comme « modérées » à l’époque soutenaient en fait l’effort de guerre de la nébuleuse djihadiste anti-Assad.

Pourtant, de Laurent Fabius à Bernard-Henri Lévy, ils sont nombreux en France à nous avoir ressassé l’alibi contestable des « rebelles modérés », alors que les puissances de l’OTAN soutenaient en réalité – principalement par l’intermédiaire de l’Armée Syrienne Libre –, les islamistes du Front al-Nosra et d’autres groupes djihadistes.

Petits Kasparov de l’échec diplomatique, ils ont involontairement permis au dictateur Bachar al-Assad de se maintenir au pouvoir grâce à l’appui des Russes, engagés directement dans ce conflit à partir de septembre 2015 pour sauver un gouvernement syrien alors vitalement menacé à Damas et à Lattaquié – le fief ancestral de la dynastie Assad.

Au total, l’on estime que jusqu’à 200 000 rebelles anti-Assad, dont environ 95 000 djihadistes, furent soutenus par la CIA et ses alliés, de manière directe ou non. Comme le démontre Maxime Chaix dans son livre, les armes qui furent injectées en Syrie par les services spéciaux impliqués dans l’opération Timber Sycamore furent principalement produites dans les Balkans, puis introduites via différents canaux depuis la Turquie et la Jordanie.

Le tout principalement financé par les pétrodollars saoudiens, mais aussi qataris, koweitiens ou émiratis.

Les intérêts derrière cette intervention étant multiples, elle a donc uni des acteurs très différents – et parfois divisés sur les groupes qu’il fallait soutenir.

Comme le souligne Maxime Chaix dans son ouvrage, ce n’est pas au nom du peuple syrien que cette opération fut menée, mais de rivalités géopolitiques structurelles au Moyen-Orient – des antagonismes qui ont motivé cette guerre de l’ombre menée par la CIA, les services spéciaux de Riyad et leurs alliés.

Sachant qu’ils possèdent deux bases militaires stratégiques sur les côtes syriennes, cet accès des Russes à la mer Méditerranée agaçait Washington. De plus, les vastes réserves en hydrocarbures dans les eaux territoriales de la Syrie, et la possible transformation de ce pays en un hub pour l’approvisionnement énergétique de l’Europe ont poussé les Américains et leurs alliés européens à s’impliquer dans ce conflit via la CIA, la DGSE et le MI6.

Enfin, comme le souligne Maxime Chaix, ni Riyad, ni Washington, ni Tel Aviv ne souhaitaient voir s’installer dans la région un « croissant chiite » permettant à l’Iran de soutenir le Hezbollah libanais via l’Irak et la Syrie, sachant qu’ils sont leurs ennemis héréditaires.

Pour casser cette nouvelle donne géostratégique, l’Arabie saoudite a fini par réactiver son « vieux réseau djihadiste » pour combattre Assad, un proche allié de l’Iran chiite. Ainsi, dès juillet 2012, le roi Abdallah dépêcha son maître espion, le Prince Bandar, pour copiloter l’opération Timber Sycamore aux côtés de la CIA et de ses alliés.

Ancien pilote de chasse, ce fils illégitime d’un membre de la famille royale et d’une servante éthiopienne a été, pendant une trentaine d’années, le pilier de la diplomatie saoudienne aux Etats-Unis.

Proche de la famille Bush, cet ancien ambassadeur à Washington de 1983 à 2005 deviendra durant la guerre de Syrie l’un des principaux architectes de l’opération Timber Sycamore, avant d’être écarté du dossier en février 2014 du fait de son indiscipline face à l’administration Obama.

Rusé, cultivé, il fut bien longtemps le principal intermédiaire entre les espions américains et saoudiens. Vétéran des intrigues diplomatiques, il offrit à la CIA ce qu’elle ne pouvait apporter directement dans le cadre de la guerre en Syrie : des avions remplis d’armes, de l’argent – beaucoup d’argent –, et le « wasta », qui signifie « influence occulte » en arabe.

À l’époque, c’est encore lui qui négocie directement avec les différents alliés de Riyad à Paris, à Ankara, à Jérusalem…

Bien qu’il échouera à obtenir l’imposition d’une zone d’exclusion aérienne en Syrie par les puissances de l’OTAN, il est accusé par de nombreuses sources bien informées d’avoir massivement soutenu la montée en puissance de la nébuleuse djihadiste anti-Assad entre 2012 et 2014.

Utilisant des centaines de références pour appuyer ses arguments, Maxime Chaix nous expose l’ampleur considérable – mais jusqu’à présent méconnue –, de l’implication de la CIA et de ses alliés dans le conflit syrien.

Son ouvrage ne défend en aucun cas le régime dictatorial des Assad, que l’auteur critique explicitement dès le début de son livre.

Mais il pointe le doigt sur les défaillances de nos gouvernants, et des choix terribles qu’ils ont imposés au peuple syrien en notre nom, mais sans notre consentement – salissant autant nos principes que l’honneur de nos démocraties.

En effet, les décisions prises afin d’appuyer une opposition anti-Assad pourtant dominée par des groupes djihadistes ennemis de l’Occident l’ont été sans l’aval du Congrès et des autres parlements concernés.

Par conséquent, lorsque les mêmes dirigeants qui ont armé la mouvance islamiste en Syrie nous jouent la carte de l’émotion et du deuil national lorsque cette dernière commet des attentats dans nos démocraties, c’est la goutte d’eau qui fait déborder un vase de Soisson déjà bien trop rempli…

Le temps ne répare pas tout, mais il peut juger avec beaucoup de sévérité les pires mensonges de nos gouvernants.

Source : unuberpourtobrouk.com

1 COMMENT

  1. Pourquoi nommez-vous les capitales des pays présumablement impliqués dans cette affaire, mais “Tel Aviv” en ce qui concerne israel. A ma connaissance, la capitale d’Israel est JERUSALEM et non pas tel Aviv. Merci de rectifier cette erreur

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.