La stratégie israélienne de «guerre entre les guerres» a-t-elle fonctionné contre l’Iran en Syrie?

 

 

Le 25 octobre, Israël a lancé un important exercice militaire national baptisé « Flèche Fatale ». Il est censé simuler un conflit sur plusieurs fronts, en se concentrant sur le nord d’Israël. Le niveau de coordination entre les unités est censé améliorer les capacités offensives des Forces de défense israéliennes. C’est l’un des nombreux exercices récents qui ont préparé la plupart des unités israéliennes à de futurs conflits. Tout cela survient dans un contexte d’opposition persistante d’Israël au retranchement du Hezbollah soutenu par l’Iran et de l’Iran lui-même près du plateau du Golan en Syrie et des tensions récentes, depuis juillet, avec le Hezbollah au Liban.

Les exercices militaires et les tensions persistantes avec l’Iran et le Hezbollah soulèvent des questions sur les dernières années au cours desquelles Israël a cherché à mener une «guerre entre les guerres», conçue pour faire face aux menaces de l’Iran. Gadi Eizenkot, chef d’état-major d’Israël de 2015 à 2019, a expliqué l’objectif de ce qu’il a appelé  la «campagne entre  les guerres» dans un article de 2019 co-écrit avec Gadi Siboni, colonel dans les réserves de Tsahal et chercheur à l’Institut pour les Études sur la sécurité nationale. L’objectif comprenait trois parties: Retarder la guerre tout en affaiblissant les capacités logistiques des renforts de l’ennemi, renforcer la légitimité d’Israël dans l’exercice de la force et créer des conditions optimales pour l’armée israélienne si la guerre éclate enfin.

Une partie de ce que nous savons des efforts d’Israël contre l’implantation de l’Iran en Syrie vient d’Eizenkot. Lors d’une  interview en janvier 2019, il a déclaré qu’Israël avait «frappé des milliers de cibles» sans s’en attribuer le mérite, ce qui était considéré comme une référence à plus d’un millier de frappes aériennes contre des cibles iraniennes en Syrie. Le chef de l’armée de l’air, le général de division Amir Eshel, avait fait référence à ces frappes aériennes en août 2017, affirmant qu’Israël avait frappé des convois d’armes en Syrie, qui étaient destinés au Hezbollah «près de 100 fois». Si nous prenons ces deux déclarations comme des synthèses de données, nous pouvons suivre l’évolution des centaines de frappes aériennes mentionnées en 2017 et des «milliers» mentionnés en janvier 2019. Cela semble indiquer une augmentation de l’activité visant à empêcher l’Iran de constituer des forces qui menacent Israël depuis la Syrie et tente également d’interdire les transferts d’armes via la Syrie vers le Hezbollah.

Le régime syrien a consolidé son contrôle sur le sud de la Syrie à l’été 2018. C’est à ce moment-là que le ministre israélien de la Défense de l’époque, Avigdor Liberman, a mis en garde l’Iran contre l’imposition d’un «enracinement» en Syrie et la mise en place d’une  «infrastructure terroriste». Israël a effectué d’importantes frappes aériennes en Syrie après des tirs de roquettes depuis la Syrie en mai 2018. Un F-16 revenant de frappes aériennes s’est même écrasé dans le nord d’Israël, au retour de Syrie en octobre 2018. Le rôle croissant de l’Iran en Syrie a été révélé par l’utilisation d’un drone piloté depuis la base T- 4 en Syrie dans l’espace aérien israélien, en février 2018, un système de défense aérienne, le Khordad n° 3  expédié à la base T-4 en avril 2018, et une équipe de «drones tueur» du Hezbollah envoyée dans le sud de la Syrie près du Golan en Août 2019. Tout cela a abouti à la réitération par Israël de déclarations en octobre 2020 selon lesquelles il ne laisserait pas l’Iran et le Hezbollah se retrancher près du Golan. Cette fois, c’est le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz qui a averti l’Iran. La nécessité de réaffirmer la position d’Israël montre que la politique israélienne de réduction de cet enracinement de l’Iran est contestée et peut ne pas aboutir à des résultats à long terme.

Israël doit prendre en compte des facteurs régionaux plus larges et des puissances mondiales dans sa lutte pour arrêter l’enracinement de l’Iran. Israël avait ouvert des canaux de communication avec la Russie pour s’assurer qu’il y aurait une déconfliction lors des frappes aériennes israéliennes en Syrie, depuis 2015, lorsque la Russie est entrée dans la guerre civile syrienne en augmentant son soutien au régime d’Assad. Les tensions avec la Russie aident à révéler certains des défis auxquels Israël est confronté en Syrie. En  février 2020, la Russie a déclaré qu’une frappe aérienne avait mis en danger un avion de ligne près de Damas. La Russie s’est également  opposée à Israël en  décembre 2018 à la suite d’un grave incident au cours duquel la défense aérienne syrienne a abattu un avion militaire russe, en septembre 2018 en essayant d’abattre un avion de combat israélien. Moscou, de plus en plus gêné par les frappes aériennes israéliennes qui pourraient saper le régime syrien, a affirmé qu’Israël survolait la Jordanie en novembre 2019 pour mener les frappes dans des zones proches de la frontière de l’Irak. La défense aérienne syrienne a tiré si violemment sur Israël qu’un de ses missiles s’est abattu à Chypre en juillet 2019 et un autre est tombé en Jordanie en mars 2017.

Les détails ci-dessus révèlent plusieurs ensembles convergents de circonstances. Premièrement, il y a les tensions entre Israël et le Hezbollah. Depuis que la guerre civile syrienne a éclaté, le Hezbollah a clairement indiqué que les attaques contre ses forces en Syrie entraîneraient des représailles. En 2015, le Hezbollah a tué des soldats de Tsahal dans la zone contestée du mont Dov, le long de la frontière libanaise près du Golan. Après que le Hezbollah a prétendu qu’Israël a frappé un véhicule en Syrie en avril 2015, il a percé des  trous dans la  clôture frontalière nord d’Israël. En juillet 2020, les tensions se sont intensifiées après que le groupe terroriste libanais a déclaré qu’un de ses membres de l’unité d’élite Radwan a été tué en Syrie. Cela a été suivi par les tensions jusqu’en octobre 2020. Le schéma des incidents montre que le Hezbollah tente de dissuader Israël en indiquant clairement que les frappes aériennes sur ses installations ou les victimes parmi ses membres lui donnent une raison de répondre depuis le Liban ou depuis la Syrie.

Deuxièmement, il y a la preuve croissante de l’ancrage iranien en Syrie. En Syrie, la preuve de l’enracinement iranien est souvent révélée par des images satellites publiées dans les médias. Les évaluations d’images et de renseignements sont souvent menées par ImageSat International. D’autres images publiées à la BBC en novembre 2017 ont révélé pour la première fois une base iranienne à Kiswa, près de la frontière du Golan. Des images de l’Iran construisant une base près d’Albukamal en Syrie à la frontière irakienne ont également été révélées  entre septembre 2019 et mai 2020 via Fox News en s’appuyant sur les images et les évaluations d’ImageSat. Un rapport publié en juin 2018 a également révélé comment l’Iran construisait un « pont terrestre » à travers l’Irak et la Syrie vers le Liban via Albukamal.

Troisièmement, il y a les différentes zones d’influence en Syrie, où la Russie a des bases à Lattaquié et l’Iran a des infrastructures sur la base T-4, à Damas et ailleurs, tandis que les États-Unis ont également plusieurs bases. En 2017, des rapports indiquaient qu’Israël avait demandé à la Russie de garantir que les éléments iraniens seraient maintenus à 60 km du Golan, lorsque le régime reviendrait dans la région. La Russie a joué un rôle dans ces régions du sud de la Syrie après la reconquête en travaillant avec le  e corps syrien, d’anciens  rebelles syriens qui ont rejoint le régime. La demande d’une distanciation de 60 km a été encadrée à l’Ouest par la présence américaine à la base d’Al-Tanf. Cette base stratégique près de la frontière jordanienne et irakienne est une empreinte d’influence américaine que toute présence iranienne devrait contourner.

Une quatrième partie de ce puzzle est le rôle de l’Irak dans la facilitation des transferts d’armes vers la Syrie et le Hezbollah. L’Irak est une voie de passage centrale sur le «pont terrestre» et des rapports au fil des ans ont révélé la façon dont ce couloir d’influence iranienne est généré en Syrie sur les points de passage d’Albukamal à Mayadin, via la base T-4 et à Damas et au Liban. En  juillet et août 2019, des  rapports ont fait état de frappes aériennes israéliennes en Irak après que des milices pro-iraniennes ont accusé Israël d’avoir frappé des dépôts d’armes qui ont mystérieusement explosé. En août 2018 et Décembre 2019 L’Iran aurait déplacé des missiles balistiques en Irak. Celles-ci auraient été transférées à des milices sympathisantes de l’Iran, comme le Kataib Hezbollah. Les États-Unis ont tué le chef du Kataib Hezbollah Abu Mahdi al-Muhandis et le chef de la Force Quds du CGRI, Qasem Soleimani, en janvier 2020 à Bagdad.

L’extrémité du pont terrestre pour l’Iran se situe dans les usines d’armes et les installations de stockage au Liban. Celles ci ont également été bien documentées par Tsahal  grâce à des détails révélés en août 2019 et septembre 2020. Aujourd’hui, la menace que représentent ces sites pour Israël se présente sous la forme de munitions à guidage de précision.

Le retranchement iranien à long terme ne semble pas avoir été réduit, malgré le grand nombre de frappes aériennes. Les frappes aériennes ont causé d’importants dégâts de précision, mais ont fait peu de victimes iraniennes ou d’autres victimes chiites. Seule une poignée de conseillers iraniens en Syrie ont été tués au fil des ans et selon les déclarations du Hezbollah, très peu de leurs membres ont été tués non plus. Au fil du temps, des rapports ont indiqué qu’Israël avait détruit de grandes quantités de défense aérienne syrienne, y compris le système de défense aérienne Pantsir fourni par la Russie et d’autres systèmes. Bien que la Russie ait fourni des S-300 à la Syrie en 2018, il n’était pas évident de savoir si le régime les avait jamais utilisés. Cependant, la guerre entre les guerres en Syrie n’a jamais été conçue pour décimer des cibles de faible valeur, mais plutôt pour employer la précision extrême d’Israël basée  sur les meilleurs renseignements et moyens de surveillance. On ne sait pas grand-chose sur la façon dont cela est utilisé, mais les progrès d’Israël dans l’utilisation des algorithmes, de l’intelligence artificielle, de l’ appariement de scènes et de la reconnaissance automatique des cibles ont tous  contribué à atteindre ce niveau de précision.

Alors qu’Israël cherchait à contester l’enracinement de l’Iran en Syrie, il a également dévoilé un nouveau plan pluriannuel appelé Elan (Momentum). Les détails du plan ont été publiés en 2019 et au début de 2020 en mettant l’accent sur l’utilisation des progrès de Tsahal dans l’utilisation des F-35 de cinquième génération avec la létalité de plus en plus précise d’Israël et les capacités uniques de défense aérienne. Israël créerait plus d’escadrons de F-35, conduirait plus d’entraînement conjoint avec les États-Unis et dévoilerait également de nouvelles unités de forces spéciales de l’armée de l’air, plus d’exercices interarmes, des exercices utilisant plus d’ordinateurs, de meilleurs réseaux de communication et aussi plus d’unités «multidimensionnelles» utilisant des unités uniques. Les drones et le renseignement sont envoyés plus rapidement aux unités de première ligne. Israël a également  créé une direction du «troisième cercle» visant à adapter une unité du quartier général de Tsahal pour se concentrer sur les menaces de l’Iran. Cela s’appuierait sur la stratégie à longue distance développée par le Corps d’attaque en profondeur israélien au fil  des ans.

L’évaluation de la stratégie de «campagne entre les guerres», actuellement en cours depuis une demi-décennie, doit prendre en compte si la campagne a été couronnée de succès, les objectifs atteints ou s’il s’agit d’un conflit qui ressemble plus à «whack-a-mole » (tuer une taupe avec un marteau) ou à une guerre d’usure. On ne sait pas si Israël a retardé la guerre ou affaibli la construction de bases de l’ennemi, qui étaient des objectifs déclarés. Israël s’est forgé une légitimité dans l’utilisation de la force, un fait facilité par les discussions avec la Russie et le soutien de l’administration Trump. Israël a également utilisé l’espace de respiration pour se concentrer sur les développements technologiques et la formation. Cependant, le besoin continu de frappes aériennes, qui est maintenant beaucoup plus élevé que le chiffre révélé par Eizenkot en janvier 2019, illustre une menace continue émanant de Syrie.

La question du retardement de la guerre consiste à savoir quel est le calendrier de l’Iran. L’Iran semble satisfait de continuer à armer et à améliorer le Hezbollah et également à grignoter l’État syrien, en cooptant des régions de Syrie pour ses propres réseaux qui se connectent à ses milices alliées en Irak et au Liban. Des chefs de milices pro-iraniennes d’Irak, comme Qais Khazali, se sont rendus au Liban en 2017 pour menacer Israël. Il ressort clairement des commentaires de 2019 après des frappes aériennes israéliennes présumées en Irak que ces chefs de milice considèrent Israël comme un ennemi central, surtout s’ils sont capables d’expulser les États-Unis d’Irak et de se concentrer sur Israël. De même, le régime syrien veut que les États-Unis quittent Al-Tanf pour créer une contiguïté sur son territoire. La Russie, concentrée sur le nord de la Syrie, peut supporter les survols de l’armée de l’air d’Israël pour le moment.

Il est moins certain que l’Iran aurait voulu lancer un conflit plus tôt s’il n’y avait pas eu de campagne entre les guerres. Il aurait certainement établi une empreinte beaucoup plus importante en Syrie si ses installations n’avaient pas été ciblées. Alors que l’Iran s’est installé, le Hezbollah a dû se remettre des pertes de la guerre en Syrie au fil des ans. Lorsque l’Iran a ordonné que des salves soient tirées sur Israël ou une pénétration de drone, il a utilisé des roquettes avec un manque relatif de sophistication. L’Iran a atteint une nouvelle précision avec ses missiles, comme l’illustrent les attaques à Koya en Irak en 2018, contre le personnel américain à la base d’Al-Asad en Irak en janvier 2020 et contre Daech en Syrie en 2017 et 2018. Ces missiles, le Shahab , Zulfiqar, Le Qiam et les types similaires montrent que l’Iran s’est amélioré au cours des dix dernières années et qu’ils sont de plus en plus meurtriers et pourraient bénéficier d’un coup de pouce, car l’Iran est capable de sortir d’un embargo sur les armes et de reprendre son travail avec la Corée du Nord. L’utilisation par l’Iran de drones et de missiles de croisière pour cibler l’Arabie saoudite en 2019 et ses conseils techniques et son trafic d’armes aux Houthis au Yémen révèlent des capacités allant bien au-delà de ce qu’il a jusqu’à présent utilisé contre Israël. Cela peut être dû au fait que l’Iran s’est laissé découragé par la connaissance du soutien total de l’administration Trump à Israël et par la distraction de la présence américaine en Irak. Il est peut-être en train de tester ses munitions sur ce qu’il considère comme des pays plus faibles qui le dissuadent moins.

Quelle serait la quantité de matériel iranien en Syrie qui a été détruit et n’est pas remplaçable? Si les frappes aériennes ont touché des usines, des entrepôts et des installations de stockage, comme le montrent les images satellites, combien de ces missiles et autres munitions ne peuvent pas être remplacés? Il y a un manque d’informations sur cette question clé, mais les rapports sur la tentative du Hezbollah de construire des  missiles guidés plus précis grâce à la production locale semblent montrer que l’ Iran a peut-être changé de stratégie pour déplacer les infrastructures vers le Liban, où les frappes aériennes n’ont pas eu lieu.

La fenêtre se fermera-t-elle sur l’espace aérien syrien ouvert aux frappes aériennes? La Syrie a un long chemin à parcourir à cet égard en raison de la présence américaine et turque et de la concentration de la Russie sur le nord, tandis que l’Iran obtient une liberté pour tous ses mouvements entre Albukamal, T-4 et Damas. Ce triangle d’influence iranienne, du Golan à la base T-4 en passant par Albukamal, est au centre des préoccupations de l’enracinement de l’Iran. Les tensions avec le Hezbollah près du Golan indiquent que les demandes visant à éloigner les réseaux iraniens du Golan n’ont pas été satisfaites en raison d’un vide de pouvoir dans le sud de la Syrie. Le  Centre de recherche et d’éducation d’Alma et d’autres rapports ont montré que l’infrastructure du Hezbollah, surnommée le « dossier Golan, » du Hezbollah reste en place. Si la campagne entre les guerres a été conçue pour dissuader ou supprimer le retranchement du Hezbollah, comme l’ont dit plusieurs ministres israéliens de la Défense, cela ne s’est pas produit. La campagne globale est également ouverte.

Cela pourrait signifier que les efforts d’Israël en Syrie commencent à ressembler davantage à d’autres conflits ouverts, tels que celui que les États-Unis ont mené pendant la guerre mondiale contre le terrorisme. Contrairement à l’implication d’Israël au Liban dans les années 80 et 90, cela n’implique pas de bottes sur le terrain. C’est une guerre aérienne, comme les États-Unis la mènent en Somalie ou au Yémen ou ailleurs contre des menaces. Cependant, contrairement aux conflits américains, il s’agit d’une guerre qui ne se déroule pas dans un pays lointain – mais juste à côté. La tentative du Hezbollah d’imposer un prix pour toutes les victimes en Syrie ne semble pas de bon augure, créant un cycle de crise constant chaque fois que le Hezbollah veut s’installer dans une zone en Syrie. Cela offre également à l’Iran des opportunités de menacer Israël et de réunir ses supplétifs irakiens avec des éléments pro-iraniens en Syrie et au Liban.

Seth J. Frantzman est directeur exécutif du Middle East Center for Reporting and Analysis, et auteur de «After ISIS: The US, Iran and the Struggle for the Middle East». Contributeur à Defense News et au Jerusalem Post, il mène des recherches pour un livre à paraître intitulé «Drone Wars».

longwarjournal.org

3 Commentaires

  1. Si ce régime d’ayatollah perdure, un conflit ouvert éclatera ces fous de Dieu n’ont pas de limite dans leur haine des juifs.
    La Corée du Nord va pouvoir écouler ses armes et rien ne les empêchera de fournir des armes interdites ce qui sonnera la fin de l’Iran d’aujourd’hui.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.