Nicolas Sarkozy fait un don de 2000 euros à Valérie Pécresse, elle le lui renvoie.

La candidate malheureuse des Républicains, lourdement endettée après la présidentielle, a refusé le virement bancaire de l’ancien président, qui a brillé par son absence lors de sa campagne.

Elle fera sans ! Valérie Pécresse, dont la campagne présidentielle a porté un coup à ses deniers personnels et menacé les caisses des Républicains, a refusé le virement bancaire envoyé par… Nicolas Sarkozy, a révélé Politico ce jeudi matin. Selon nos informations, cette somme s’élève à 2000 euros, tout rond. Ni une, ni deux, la présidente de la région Île-de-France s’est empressée de retourner son virement à l’ancien patron de la droite.

La candidate déchue n’a clairement pas goûté l’absence criante, à ses côtés, du patron historique des LR au cours de la campagne. Dans l’entourage de Valérie Pécresse, on évoque même un véritable « sabotage de campagne ».
Valérie Pécresse, sortie au premier tour avec 4,78 % des voix, n’a pas obtenu les 5 % nécessaires pour solliciter un remboursement des frais de campagne et se trouve endettée personnellement à hauteur de 5 millions d’euros.

VIDÉO. «Nous sommes encore loin du compte» : Valérie Pécresse relance son appel aux dons pour 5 millions d’euros

Les comptes de son parti, en quête de « 7 millions d’euros », ne font pas meilleure mine. Aux dernières nouvelles – dimanche – Christian Jacob, le président LR, évoquait « à peu près 2,5 millions de dons » récoltés grâce à l’appel aux dons lancé au lendemain du premier tour.

Tous les dons bienvenus, sauf celui de «Sarko»

Par cet appel à la solidarité, Valérie Pécresse jouait « la survie des Républicains et, au-delà, la survie de la droite républicaine ». Un appel lancé à tous les Français, « à tous ceux qui m’ont apporté leurs suffrages, mais aussi à tous ceux qui ont préféré hier le vote utile, et enfin à tous les Français attachés au pluralisme politique et à la liberté d’expression », disait-elle. Tous, sauf Nicolas Sarkozy.
Retour inattendu, c’est par un virement bancaire que Nicolas Sarkozy s’est donc rappelé, fin avril, au bon souvenir de Valérie Pécresse, selon Politico. Mais l’ancien président de la République a brillé par son absence au cours de la présidentielle, ne sortant du silence qu’au moment de l’entre-deux-tours pour apporter son soutien à Emmanuel Macron.
Des dettes oui, mais pas question donc pour Valérie Pécresse d’accepter une pièce de Nicolas Sarkozy. Une fin de non-recevoir qui, au vu de la dette abyssale laissée par cette campagne, en dit long sur le désamour de la première à l’égard du second.
Nicolas Sarkozy, devra payer un peu plus que 2.000 € pour regagner la confiance de son parti, dont il se veut être le parrain. Il est à craindre pour lui qu’il ait déjà perdu toute crédibilité, non seulement aux yeux des LR mais aussi des Français. Il aura été l’un des rares à vouloir soutenir Macron à tout prix là où beaucoup de Français n’en voulaient pas justement coûte que coûte.

JForum – Le Parisien

4 Commentaires

  1. « Sarko m’a tué » pourrait dire Valérie Pécresse mais elle s’est aussi tuée toute seule par son manque de charisme et sa platitude. Son ambition est démesurée, et elle n’en a pas la capacité. Elle avait quitté le parti LR, elle n’aurait jamais dû revenir pour se présenter à la primaire.
    Quant à Nicolas Sarkozy, il joue la politique de la terre brûlée. Il n’accepte pas que quelqu’un de sa famille politique devienne président après lui. Alors il tire sur tout ce qui bouge à droite, et préfère le ralliement à Macron qui au demeurant pourrait le tirer de son guêpier judiciaire. Triste fin de quelqu’un que l’on disait « surdoué de la politique », mais qui a montré tout au long de sa carrière ce que le verbe « trahir » voulait dire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.