Sarah Halimi : une sénatrice veut revoir la responsabilité pénale

6
1136
French Senator of the department of Bas-Rhin and member of the right-wing Les Republicains (LR) party Andre Reichardt (R), flanked by French Senator of the Orne department and member of Union of Democrats and Independents (UDI-UC) group Nathalie Goulet (L), speaks to journalists following a meeting with French Interior Minister and Islam representatives at the Interior Minister, in Paris, on August 29, 2016. (Photo by MATTHIEU ALEXANDRE / AFP)

Meurtre de Sarah Halimi. Une sénatrice veut revoir la notion de responsabilité pénale

La sénatrice centriste Nathalie Goulet a déposé une proposition de loi visant à revoir la notion de responsabilité pénale, après « l’émoi causé » par l’assassinat de Sarah Halimi et « la non-condamnation de son meurtrier pour irresponsabilité pénale ».

La sénatrice centriste Nathalie Goulet.
La sénatrice centriste Nathalie Goulet. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

La sénatrice centriste Nathalie Goulet a déposé une proposition de loi visant à revoir la notion de responsabilité pénale, après l’émoi causé par l’assassinat de Sarah Halimi et la non-condamnation de son meurtrier pour irresponsabilité pénale.

Le 19 décembre, la cour d’appel de Paris a déclaré pénalement irresponsable Kobili Traoré, mis en examen pour le meurtre de cette sexagénaire juive en avril 2017, en estimant que ce consommateur de cannabis était alors en proie à une bouffée délirante. Il ne pourra donc pas être jugé aux assises, selon la décision qui a provoqué la colère des parties civiles et de représentants de la communauté juive.

Revoir l’article du code pénal

Nathalie Goulet propose de revoir l’article du code pénal qui prévoit que n’est pas pénalement responsable la personne qui était atteinte, au moment des faits, d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes.

Selon la proposition de la sénatrice centriste enregistrée mercredi 8 janvier 2020, les dispositions de cet article ne s’appliqueraient pas lorsque l’état de l’auteur résulte de ses propres agissements ou procèdent eux-mêmes d’une infraction. Par exemple quand il a arrêté son traitement ou lorsqu’il est sous l’emprise de l’alcool ou de drogues. Pour Nathalie Goulet, il ne pourrait dès lors pas invoquer sa propre turpitude pour échapper à un procès et à des sanctions.

« Perdre une bataille contre le djihadisme »

Outre l’assassinat de Sarah Halimi, la sénatrice de l’Orne cite dans l’exposé des motifs de son texte bien d’autres drames notamment liés à la radicalisation islamique, comme les trois attaques aux couteaux à Paris, Metz et Villejuif des 5 et 6 janvier.

Nous sommes en train de perdre une bataille contre le djihadisme. Nous sommes en train de psychiatriser le terrorisme pour déresponsabiliser. Regardez Sarah Halimi ou Villejuif !, avait estimé de son côté le président du groupe LR du Sénat Bruno Retailleau mardi sur Sud Radio.

Deux sénateurs, Roger Karoutchi (LR) et Jean-Marie Bockel (centriste), ont interpellé le gouvernement sur la décision d’irresponsabilité pénale de Kobili Traoré, mercredi, lors de la séance de questions d’actualité.

Sarah Halimi a été massacrée, défenestrée, par un meurtrier clairement antisémite, il n’y aura pas de procès. Au-delà des règles, au-delà des codes, Monsieur le Premier ministre, est-ce que vous trouvez cela juste ?, a interrogé Roger Karoutchi.

i24news.tv, 

ouest-france.fr

6 COMMENTS

  1. Arrêtez ! ça va coûter un max de pognon de se mettre les islamistes à dos.
    Personnellement, je n’ai pas peur de l’antisémitisme, IL Y A ISRAEL, mais j’avoue j’ai bien plus peur des lâches et des traitres et je reste très inquiet pour l’avenir de la France avec les tocards, les pervers, les fientes et escroq façon Tsar qui sont parvenu aux pouvoirs dans ce pays en jouant sur la peur.
    Au final, la république française rejoint la république islamique d’Iran dans sa manière d’être et d’agir.

  2. Et s’il suffisait d’appliquer simplement la loi..?
    Sans pression politique, sans ordre donnés au parquet. La première expertise du Dr Zagury était claire, pas de pathologie psychiatrique, mais juste une modification de l’état de conscience due à la prise d’un toxique.. illégal.. !
    Mais comme la décision ne plaisait pas, trois autres experts ont été nommés pour donner un résultat probablement télécommandé.. ! Par qui..?

  3. Un des rares principes de droit que je connaisse est le suivant: personne ne peut être entendu qui invoque sa propre turpitude.L’assassin de Madame Halimi invoque sa consommation de stupéfiant (pénalement condamnable) pour échapper à sa responsabilité…….. Si ce principe est bien un principe fondamental de droit, Personne n’a le droit de lui faire droit…..

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.