Une mère de six enfants, originaire de Fontenay-aux-Roses, retrouvée morte dans une attaque terroriste présumée en Samarie

Photo d’enfance en France, publiée sur Facebook par ses ami(e)s. 

https://twitter.com/i/status/1340881330003963906

i24NEWS

 2 min

Illustration / Des policiers israéliens inspectent les lieux d'une attaque à l'arme blanche au carrefour de Gush Etzion en Cisjordanie, près de Jérusalem, le lundi 1er décembre 2014.
AP Photo/Sebastian ScheinerIllustration / Des policiers israéliens inspectent les lieux d’une attaque à l’arme blanche au carrefour de Gush Etzion en Cisjordanie, près de Jérusalem, le lundi 1er décembre 2014.

Son corps a été retrouvé tôt lundi avec la présence des signes évidents d’une attaque violente

Une habitante de l’implantation de Tal Menashe, âgée de 52 ans, a été retrouvée assassinée lors d’une attaque terroriste présumée lundi matin.

La mère de six enfants, Esther Hurgan, avait quitté son domicile pour faire du jogging. Après ne pas être rentrée chez elle, une recherche a été lancée par les forces de sécurité et les résidents locaux.

Son corps a été retrouvé tôt lundi dans une forêt proche de son domicile avec la présence des signes évidents d’une attaque violente, que la police soupçonne d’être un acte terroriste.

« Quand nous sommes arrivés, nous avons été conduits à un endroit où une femme de 52 ans était inconsciente, nous avons effectué des tests médicaux, elle ne respirait pas.  Sans pouls et sans aucun signe de vie, nous avons dû la déclarer morte », a declare Assaf Tapuhi, ambulancier du Magen David Adom.

« Nous nous réveillons en apprenant une nouvelle douloureuse dans le nord du Shomron », a réagi le député Betzalel Smotrich. « Nous adressons nos condoléances à la famille de cette 14e femme assassinée », a-t-il ajouté, réaffirmant son soutien aux habitants de Tal Menashe et toute la communauté de Shomron.

Au mois d’octobre, deux mineurs palestiniens avaient été arrêtés par le Service de sécurité intérieure israélien (Shin Bet) pour activités terroristes en Cisjordanie.

L’enquête sur les personnes impliquées avait permis de découvrir que les suspects, résidents du village de Beit Ommar situé au nord-ouest d’Hébron, avaient été recrutés par le groupe islamiste Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza via Internet.

Entre autres, « ils devaient procéder à l’enlèvement d’un citoyen israélien près de son lieu de résidence », avait affirmé le Shin Bet.

Le corps d’une femme retrouvé dans une forêt de Cisjordanie, la police enquête sur une attaque terroriste

« Les forces de sécurité, avec l’aide de Dieu, mettront la main sur les auteurs de cette terrible attaque et lui rendront justice », a déclaré le député Betzalel Smotrich.

Esther Hurgan, la femme tuée dans une attaque terroriste présumée dans le nord de la Cisjordanie le 21 décembre 2020 (crédit photo: COURTOISIE DE LA FAMILLE)
Esther Hurgan, la femme tuée dans une attaque terroriste présumée dans le nord de la Cisjordanie le 21 décembre 2020 (crédit photo: COURTOISIE DE LA FAMILLE)

La police israélienne enquête sur la cause du décès d’une femme dans la cinquantaine dont le corps a été retrouvé tôt lundi matin dans la forêt de Reihan, au nord de la Cisjordanie. La police et le Shin Bet évalueraient si le meurtre a pu être une attaque terroriste.

« Nous nous réveillons avec un événement difficile et douloureux dans le nord du Shomron », a déclaré le député Betzalel Smotrich en apprenant la nouvelle. «Nous adressons nos condoléances à la famille de la 14e femme assassinée et demandons d’embrasser et de renforcer les habitants de Tal Menashe et toute la communauté de Shomron.

« Les forces de sécurité vont, avec l’aide de Dieu, mettre la main sur les auteurs de cette terrible attaque et lui rendre justice », a conclu le député.

La femme, Esther Hurgan, résidait à Tel Menashe, une ville près de la forêt. Elle a été retrouvée sur le bord de la route dans la forêt. Son corps était marqué par des signes de violence, y compris à la tête. Sa famille a signalé sa disparition dimanche. Elle laisse derrière elle son mari, Benyamin, et six enfants. Son plus jeune enfant a célébré sa Bar Mitzvah il y a à peine trois mois.

Des soldats de Tsahal ont été appelés sur les lieux aux côtés de la police après la découverte du corps.

Le Conseil régional de Samarie a qualifié l’incident d’attaque terroriste, ajoutant que Hurgan a été retrouvée du jour au lendemain avec « la tête écrasée ».

« Une chère femme si pleine de gentillesse, sort dans l’après-midi dans le centre de l’Etat d’Israël pour faire de l’exercice à une minute de chez elle, et est assassinée par des gens vils d’une manière si cruelle », a déclaré le chef du Conseil régional de la Samarie Yossi Dagan. «Je demande ‘à quels barbares, comme au Moyen Âge, quelle cruauté de hacher le visage d’une femme de 52 ans avec une pierre de sang-froid? À quel mal sommes-nous confrontés?’ ‘

Il a ajouté: << Je veux dire clairement à ces barbares de l’Autorité palestinienne devant le monde entier: vous ne nous briserez jamais. Les implantations de Samarie fleuriront et grandiront et se construiront avec l’ensemble de l’État d’Israël, car vous, de l’Autorité palestinienne barbare avez choisi la mort et nous avons choisi la vie. Vous agissez comme des barbares du Moyen Âge et nous sommes en 2020 et le peuple d’Israël gagnera.  »

jpost.com


Esther Horgen hy »d : son amie, la rabbanit Ora Ouziel témoigne…

La rabbanit Ora Ouziel, montée elle-aussi de France en Israël, comme Esther Horgen hy »d, témoigne des nombreuses qualités de celle qui fut son amie et de l’immense vide créé par sa disparition si tragique: « Esther,c’était la vitalité, les couleurs, la beauté, le sport, l’idéal, le don, l’empathie, une mère exemplaire, aimante, une femme solide, une sorte de mélange de capacités organisationnelles et d’aptitudes artistiques. Un immense trésor de vertus qui ne justifient en aucun cas qu’elle ne soit plus avec nous. C’est inimaginable, vraiment inimaginable ».

La rabbanit explique que cette amitié datait des débuts de leur alya, non seulement du fait de la langue maternelle mais aussi d’un passé commun. « Nous étions ici depuis 27 ans et soudain, ce petit coin de jardin d’Eden s’est taché de sang ».

Ora Ouziel rappelle aussi le militantisme politique d’Esther Horgen lors de l’expulsion des Juifs du Goush Katif. « Elle a toujours été très concernée par tout ce qui se passe dans le pays », confie-t-elle.

Elle conclut avec toujours ce même message de dignité et d’optimisme exprimé dans le monde sioniste-religieux après de tels crimes barbares : « Je ne réalise pas ce que je suis en train de dire en ces moments, mais j’espère qu’à la suite de cet acte odieux le peuple juif pourra continuer à aller de l’avant, qu’il n’y aura plus de telles horreurs et que nous assisterons à des développements qui nous mènerons vers un meilleur avenir pour l’Etat d’Israël et la terre d’Israël, cela nous donnera de la force (…) La réponse à ce genre d’événement est le mouvement vers l’avant, pas nous confiner dans les larmes. Il faut certes pleurer et il faut laisser de la place au deuil, car c’est une maman qui a quitté ce monde, une amie qui a quitté ce monde, mais il faut agir « .

D’après Aroutz 7

Vidéo (Aroutz 7)

Photo Famille

« Esther c’était un immense trésor de vertus » (témoignage)

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.