En réalité, il n’existe rien de tel qu’un terroriste ne référant qu’à lui-même, en parfait «loup solitaire»

Les terroristes empruntant l’itinéraire du loup solitaire ne sont jamais que des rouages ​​dans une attaque orchestrée (soufflée de manière implicite), et des mesures doivent également être prises contre les États et les organisations qui les soutiennent et les encouragent sans l’assumer (déniabilité).

Au cours des dernières semaines, divers responsables de la défense ont fait part de leurs préoccupations concernant un scénario apocalyptique selon lequel l’application de la souveraineté dans certaines parties de la Judée-Samarie et de la vallée du Jourdain déclencherait des centaines d’attaques au couteau et au véhicule-bélier par des terroristes isolés. Il s’agit des terroristes qui agissent de manière indépendante, spontanée et incontrôlable. La semaine dernière, la cour d’appel fédérale de Washington DC a rendu une décision sans précédent sur la vague d’attaques à l’arme blanche contre des Israéliens ces dernières années, qui jette un nouvel éclairage sur la manière dont nous pouvons aborder le terme de «terroriste isolé» et la manière dont le phénomène doit être combattu.

Le tribunal américain a accepté sans préalable les demandes des familles des victimes et a jugé qu’il n’existait rien de tel qu’un «terroriste empruntant la voie du loup solitaire» – et que derrière chaque acte de terrorisme porté devant le tribunal se trouvaient des mains directrices qui tiraient les ficelles, recrutaient les terroristes, les incitaient à perpétrer leur acte, les guidaient et les reconnaissaient après leurs attaques. Ces mains directrices appartiennent aux organisations terroristes Hamas et Jihad islamique palestinien, ainsi qu’à l’Iran et à la Syrie qui les soutiennent. Le tribunal a attribué la responsabilité des attaques terroristes à ces éléments. Parmi les affaires entendues par le tribunal, il y a eu le meurtre du touriste américain Taylor Force au port de Jaffa, le meurtre du militant des droits de l’homme Richard Lakin dans le quartier de Armon Hanatziv à Jérusalem, entre autres.

La décision du tribunal va cependant au-delà du lien individuel entre les victimes et leurs meurtriers. Il s’applique également aux sphères diplomatique et de sécurité de l’État d’Israël, en particulier dans le contexte de la demande de souveraineté d’Israël en Judée-Samarie. En effet, les organisations terroristes utilisent des attaques de loups solitaires pour nuire à Israël sans en assumer la responsabilité directe : une façon de conserver leur gâteau et de le manger aussi (d’avoir le beurre et l’argent du beurre). Le Hamas et le JIP utilisent les réseaux sociaux comme un outil pour demander aux partisans de mener des attaques de faible intensité contre des cibles israéliennes, après quoi ils n’assument qu’une responsabilité tacite comprise par leur public cible palestinien.

Ces actes meurtriers sont donc tout sauf spontanés; ils peuvent être prédits et peut-être même déjoués à l’avance. Un an avant son attaque, par exemple, le terroriste qui a assassiné Taylor Force a écouté un sermon de Sheikh Mohamad al-Arefe, un religieux islamiste radical d’Arabie saoudite qui prêche l’idéologie des Frères musulmans. Environ un mois avant de mener son attaque, le terroriste a publié un message sur sa page Facebook qui impliquait sans équivoque son désir de mourir en chahid (martyr). Deux jours après son attaque, le Hamas a proclamé la responsabilité de l’attaque sur diverses plateformes en ligne affiliées à l’organisation, qualifiant le terroriste de shahid et de guerrier.

L’État d’Israël doit adopter l’esprit qui sous-tend la décision du tribunal américain et agir en conséquence. Pour éliminer les vagues d’attaques de “loups solitaires”, Israël doit également viser les personnes qui envoient ces terroristes, plutôt que de se concentrer uniquement sur la prévention directe. Les terroristes empruntant la voie du loup solitaire sont des rouages ​​dans une attaque orchestrée, et des mesures doivent également être prises contre les États et les organisations qui les soutiennent.

Vaincre le terrorisme, tant sur le plan pratique qu’en termes de perception, nécessite un changement terminologique. Nous devons cesser d’utiliser des termes trompeurs tels que “terroristes – loup solitaire” pour montrer clairement que l’État d’Israël sait que le loup n’est pas seul, qu’un groupe entier de loups se tient derrière lui et que la guerre contre le terrorisme ne doit pas finir par la seule destruction le domicile du terroriste, mais en exigeant un prix de l’organisation ou de l’état qui l’a envoyé.

israelhayom.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.