A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil International Qui a vraiment tué Mohsen Fakhrizadeh? 

Qui a vraiment tué Mohsen Fakhrizadeh? 

2 745 vues
1

——–

Le talon d’Achille de l’Iran? Lacunes de sécurité et possible infiltration ennemie

Mohsen Fakhrizadeh était le cinquième scientifique nucléaire iranien tué dans des attaques ciblées depuis 2010, promettant au CGRI qu’il lui faudra sérieusement accroître la sécurité des hauts responsables militaires et civils.

L’exécution du principal scientifique nucléaire iranien a révélé des lacunes en matière de sécurité, ce qui suggère que ses forces de sécurité ont vraisemblablement été infiltrées et que la République islamique est vulnérable à de nouvelles attaques.

L’élimination de Mohsen Fakhrizadeh vendredi a fait suite à deux autres grandes lacunes en matière de sécurité – le vol, par le Mossad, des archives nucléaires iraniennes et un incendie dans une installation nucléaire cette année que certains responsables iraniens ont imputé à du cyber-sabotage, mais qui semble avoir requis une présence humaine (dépôt de bombes qui ne se parachutent pas par internet).

Avec Fakhrizadeh, le cinquième scientifique nucléaire iranien tué dans des attaques ciblées depuis 2010, les experts en sécurité suggèrent que les ennemis de l’Iran ont trouvé son talon d’Achille.

Le commandant Hossein Dehghan, un ancien ministre de la Défense, a déclaré à la télévision d’État que Fakhrizadeh avait été tué en raison d’une « infiltration dans la structure de sécurité iranienne« .

L’unité de protection rapprochée de l’Iran, le «service secret» des gardiens de la révolution, affecte des gardes du corps et des agents de sécurité aux hauts responsables militaires et civils.

« Ses assassins ont évidemment opéré sur la base de renseignements détaillés sur les mouvements du martyr Fakhrizadeh », a déclaré un responsable de la sécurité iranienne à Reuters après que Fakhrizadeh a été tué lors d’une attaque contre sa voiture sur une autoroute près de Téhéran en plein jour.

Scène de l’élimination de Mohsen Fakhrizadeh à l’extérieur de Téhéran, 27 novembre 2020 (Reuters via WANA)

« Il s’agit clairement d’une faiblesse de sécurité et il faut répondre à de nombreuses questions », a déclaré le responsable, qui a demandé à ne pas être nommé en raison de la sensibilité du sujet sur l’incompétence majeure des services. « Nous devons savoir s’il y a des espions parmi les agents de sécurité et localiser la fuite. C’est essentiel pour nous. »

Les dirigeants militaires et religieux iraniens ont accusé Israël d’avoir tué Fakhrizadeh. Israël l’avait identifié comme un acteur de premier plan dans la quête d’armes nucléaires de l’Iran bien que Téhéran nie avoir cherché des armes nucléaires.

Israël n’a pas commenté l’incident mais a reconnu dans le passé qu’il poursuivait des opérations secrètes contre le programme nucléaire iranien pour recueillir des renseignements.

Kasra Aarabi

 

«Il existe des récits contradictoires sur la façon dont Fakhrizadeh a été éliminé, mais un degré d’infiltration est certain – et c’est ce qui inquiète le plus la République islamique», a déclaré Kasra Aarabi, analyste iranien du groupe de réflexion Tony Blair Institute for Change.

Scénarios contradictoires

L’Iran a donné des détails contradictoires sur le meurtre de Fakhrizadeh. Peu de temps après son exécution, des témoins ont déclaré à la télévision d’État qu’un camion avait explosé avant qu’un groupe d’hommes armés n’ouvre le feu sur la voiture de Fakhrizadeh.

Dimanche, Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranienne, a déclaré à la télévision d’État qu’il s’agissait d’un « assassinat très sophistiqué qui a été effectué à distance avec des appareils électroniques » et sans personne sur le terrain.

<< Nous n’avons aucune idée de la véracité de ces informations sur une mitrailleuse montée sur camion commandé par satellite, mais elles servent deux objectifs clés à Téhéran: essayer de détourner l’embarras en décrivant l’assassinat comme remarquablement sophistiqué; et en montrant à quelle vitesse ils peut résoudre l’affaire », a déclaré Henry Rome, analyste senior chez Eurasia Group.

L’incapacité de l’Iran à contrecarrer de telles opérations pourrait encourager de futures tentatives.

« L’existence de failles importantes dans l’armure nucléaire iranienne ne manquera pas de soulever des questions sur le rôle que le sabotage pourrait ou devrait jouer dans toute future politique de contre-prolifération envers Téhéran », a déclaré Behnam Ben Taleblu, chercheur principal à la Fondation pour la défense des démocraties (FDD), un think tank réputé à Washington.

En 2018, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé qu’Israël avait fait passer en contrebande une documentation massive sur le programme secret d’armes nucléaires de l’Iran hors de la République islamique. L’Iran a rejeté cela comme frauduleux.

Le meurtre de Fakhrizadeh intervient des mois après qu’une frappe de drone américain en Irak a tué Qassem Soleimani, chef de la Force d’élite Qods des Gardiens de la révolution. Téhéran a riposté en lançant des frappes de missiles contre des cibles américaines en Irak.

En juillet, l’Iran a exécuté un Iranien reconnu coupable d’espionnage pour des renseignements américains et israéliens. Le pouvoir judiciaire a déclaré que Mahmoud Mousavi-Majd, qui avait été arrêté en 2018, avait espionné Soleimani mais que l’affaire n’était pas liée au meurtre de Soleimani le 3 janvier.

L’Iran a déclaré qu’il lancerait une réponse « écrasante » au meurtre de Fakhrizadeh.

Les analystes politiques ont déclaré que les mesures de rétorsion pourraient empêcher le président élu américain Joe Biden, qui prend ses fonctions le 20 janvier, d’abandonner la politique de «pression maximale» du président Donald Trump sur l’Iran.

Biden a déclaré que si Téhéran reprenait le chemin du respect de l’accord de 2015 avec six puissances limitant son programme nucléaire, il reviendrait au pacte, que Trump a abandonné en 2018, puis a réimposé des sanctions qui ont durement frappé l’économie iranienne.

« L’Iran va riposter mais ce ne sera pas une réponse écrasante qui pourrait conduire à une guerre à part entière avec Israël », a déclaré un analyste à Téhéran.

Le président Hassan Rohani a déclaré que l’Iran riposterait pour l’élimination de Fakhrizadeh « au bon moment » mais ne « tomberait pas dans le piège d’Israël » au cours des dernières semaines de la présidence de Trump.

« Étant donné que Trump est toujours à la Maison Blanche pour encore deux mois, les options d’escalade de Téhéran vont devoir être restreintes », a déclaré Taleblu. « Bien que l’on parle de représailles militaires potentielles contre Israël directement, ce serait un scénario à faible probabilité et à fort impact. »

israelhayom.com

 

———————————————————

Annexe 2010 : Une enquête approfondie sur le rôle du Hezbollah dans la répression en Iran et l’assassinat d’opposants au régime, qui sont aussi des professeurs réputés dans l’université iranienne.

Bonne lecture,

Faramarz, Aschkel et Marc

Open publication – Free publishing – More hezbollah

 

Décodage des mystères de l’assassinat du Physicien iranien Massoud Alimohammadi

_________________________________________________________________

 

Dadras.jpg

Réalisé par Faramarz DADRAS

Chercheur et expert du renseignement

 

 

29 Janvier 2010

Réactualisé le 13/12/2011

 

Site du Ministère Israélien des Affaires Etrangères en langue persane

http://www.hamdami.com/MFAFA/Reports2009/130111-AliMohammadiIsrael.htm

En langue française revu et adapté par

Aschkel Lévy z’l et Marc Brzustowski

Pour les sites http://www.aschkel.info/ et http://lessakele.over-blog.fr/

 

Avec autorisation

La victime Massoud Alimohammadi, est un iranien de 50 ans, docteur en physique, professeur à la faculté de Sciences de l’Université de Téhéran, domicilié, rue Mehr ouest, avenue Soheil, dans le quartier Gheitarieh à Téhéran, il a été assassiné à 7 heures (heure locale) du matin, le 12 janvier 2010, devant sa maison, suite à l’explosion d’une bombe à très forte explosion.

Cette explosion a cassé des vitres des maisons et des voitures dans un rayon de 700 mètres.

A la suite de l’explosion de la bombe, son épouse était la première arrivée à son chevet, constatant que la moitié de son visage avait été décimé.

Le porte-parole de procureur de Téhéran Abbas Jafari, a déclaré que la victime a été assassinée à la suite de l’explosion d’une bombe téléguidée dissimulée dans une moto stationnée à un mètre de distance, au moment ou la victime a voulu monter dans sa voiture. Il a ajouté que les recherches sont commencés afin arrêter les coupables.

Qui est Massoud Alimohammadi ?

 

Selon «ISNA» l’agence de presse des étudiants iraniens, Massoud Alimohammadi, est né en septembre 1959. Il a soutenu une thèse de doctorat en physique à l’Université Charif, et, pendant 16 ans, il a enseigné à la faculté de Sciences de L’université de Téhéran, en tant que membre du comité scientifique, de cette Faculté.

cliquez sur le lien ci-dessous pour accéder à l’ensemble du document détaillé en PDF :

 Enquête exclusive M.Alimohammadi

 

Enquête exclusive

 

 

Annexe : http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/1/98/99/81/FICHIERS-PDF/Enqueete-exclusive-M.Alimohammadi.pdf

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.