Quel est le lien entre le Rafale et le discours de Marcon sur la guerre à Gaza ?

Suite à l’incident diplomatique impliquant le président allemand Steinmeir, contraint d’attendre 30 minutes à la porte de son avion, le président Macron fait face à l’ire des dirigeants arabes qui, tour à tour, ont rejeté leur participation aux entrevues initialement prévues. Ignoré par ses homologues arabes, la diplomatie française doit désormais faire face aux conséquences dévastatrices d’une approche incohérente sur la question de Gaza.

La situation devient critique, car Macron aurait placé de grands espoirs dans cette séquence diplomatique autour de la COP28 à Dubaï pour faire progresser les négociations sur les méga-contrats de vente de Rafales à l’Arabie Saoudite, aux Émirats et d’autres pays de la région.

À Dubaï donc, Emmanuel Macron se heurte à des tensions diplomatiques. Le président français, qui cherchait à organiser une table ronde avec les dirigeants arabes les plus impliqués dans le conflit entre Israël et le Hamas, a dû faire face à des contretemps et à des désistements, notamment celui du prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salman. Ces difficultés mettent en lumière les tensions entre les dirigeants arabes et les pays occidentaux, en particulier la France, qui peine à influencer la situation depuis le déclenchement des hostilités.

La journée de Macron à Dubaï a été marquée par l’impossibilité de tenir la table ronde prévue avec les représentants des pays directement concernés par le conflit, tels que l’Égypte, la Jordanie et le Qatar. Les raisons de ces désistements n’ont pas été explicitement données, mais le manque de disponibilité a été évoqué. Même la rencontre avec le prince héritier saoudien, prévue à l’origine en Arabie saoudite, a été annulée à la dernière minute.

Face à ces difficultés, Macron a néanmoins eu des entretiens avec des leaders régionaux tels que le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi et le roi Abdallah II de Jordanie. Il a également rencontré le dirigeant des Émirats arabes unis, Mohammed Ben Zayed Al Nahyane, l’hôte de la COP28.

Le principal sujet de discussion a été la reprise des combats entre Israël et le Hamas, avec Macron appelant à un retour à la trêve pour travailler à un cessez-le-feu durable. L’Élysée exprime des inquiétudes quant à la poursuite des opérations militaires, en particulier dans le sud de la bande de Gaza, et demande à Israël de clarifier ses objectifs de guerre, soulignant les défis liés à la destruction du Hamas dans une zone densément peuplée.

Malgré les contretemps, Macron a minimisé l’importance de ces difficultés, affirmant qu’une tournée régionale n’avait été qu’explorée sans être décidée. Les dirigeants arabes, selon son entourage, se montrent prudents en raison de la crainte de critiques et de manifestations dans leurs pays. Cependant, la méfiance persiste, alimentée par une perception initiale de la position pro-israélienne de Macron.

Les tensions entre les dirigeants arabes et les Occidentaux, notamment la France, sont exacerbées par ce qu’ils considèrent comme un « double standard » dans la condamnation des actions militaires. Les leaders arabes critiquent l’Occident pour dénoncer les crimes de guerre russes en Ukraine tout en restant silencieux sur les bombardements israéliens à Gaza. Cette posture a irrité Macron, qui a reproché aux ministres des affaires étrangères arabes, lors d’une réunion en novembre, de pratiquer le « deux poids, deux mesures ».

Malgré ces obstacles, Macron devait se rendre au Qatar pour discuter de questions cruciales, notamment la libération de quatre otages binationaux détenus par des groupes non spécifiés, une tâche qui s’annonce plus ardue après la reprise des hostilités. Les discussions devaient également aborder la situation au Liban, où la France cherche à éviter une escalade vers la guerre.

C’est peut-être pour exprimer une position pro-palestinienne aux dirigeants arabes que le président a déclaré : « La destruction totale du Hamas, qu’est-ce que c’est ? Si c’est cela, la guerre durera dix ans et je crois que personne ne sait définir sérieusement cet objectif. » Ces propos ont été tenus par le président de la République lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée ce samedi en marge de la COP28 à Dubaï. Emmanuel Macron a également souligné que « la bonne réponse contre un groupe terroriste n’est pas de supprimer l’intégralité d’un territoire ou de bombarder l’intégralité des capacités civiles. »

Jforum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Madredios

Mitterrand fut nommé comme étant « Mitterrand l’Africain« .
Macron sera nommé « Macron l’Arabe » et « son » pays sera le Frankistan.

Adam

Confidence de Brigitte Macron a Catherine Nay dans Paris-Match : elle n’a jamais eu ni vu d’élève plus brillant et plus intelligent que son mari Emmanuel. Pauvre dame !

Dommage que cet être si intelligent et brillant (d’après celle qui aurait pu être sa mère) ait mis cette intelligence au service d’une politique intérieure qui a ruiné la France, et d’une politique extérieure catastrophique qui fait de lui la risée en Afrique et au Moyen-Orient.

Elias

Le ridicule ne tue pas autrement Micron ne serait plus de ce monde
Prendre une position pro arabe pur amadouer la responsables arabes pour contrer Israël lui qui 1mois auparavant faisait une déclaration de solidarité totale avec Israël c’est une stupidité d’un amateur en politique et aussi pour vendre des rafales , c’est confirmé l’incompétence de cette girouette et son anti Judaïsme dont il se sert pour plaire aux arabes et montre que la France s’est discréditée en étant dans le camp du Hamas et ses alliés l’Iran le Hezbollah la Turquie , la Russie la Syrie., du beau monde tous des dictatures !!!
Démission de Macron avant la.déroute et la faillite économique et politique de la Francarabia

Guidon

Qu‹est-ce qui motive Macron dans ses prises de position ?

KIGEM

MACRON a perdu toute crédibilité, il est trop pro israélien pour les arabes et pro palestinien pour ISRAËL.
IL EST DIFFICILE D ÊTRE ASSIS ENTRE DEUX CHAISES MAIS SURTOUT D ÊTRE SANS CONSISTANCE.

Damran

Dès que le Micron, le Président Adolescent se trouve face à des caméras, il devient complètement dingue, il se sent obligé de la ramener sur tous les sujets et surtout, et joue au spécialiste des affaires de la planète, surtout en bras de chemise.
Tout le monde s’accorde pour dire qu’il n’a rien réussi depuis son premier mandat, il a pratiquement tout raté tant dans sa politique intérieure, qu’à l’international.
Ceux qui essaient de le suivre ont définitivement abandonné cet agité prétentieux.
Le Moyen Orient est sans conteste l’endroit le plus complexe du monde, et voilà que le Président Stagiaire la ramène pour déclarer des inepties indignes de son rang, à des rois et des émirs arabo-musulmans, et surtout à Israël.
Même Chiracatastrophe a fait moins de bêtises que ce gamin qui adore se mettre en scène pour déclarer des idioties sans intérêt, sauf peut-être Maman Brigitte qui le trouve tellement mignon, qu’elle en oublie ses rappels à l’ordre…..