Précision chirurgicale – L’histoire des éliminations ciblées d’Israël et pourquoi elles risquent fort de reprendre… 

L’histoire racontée de l’intérieur dans les coulisses de la liquidation, en novembre 2019,  du commandant du Jihad islamique Baha Abu al-Ata à Gaza.

`` CHAQUE ÉTAGE avait deux appartements et chaque appartement avait trois pièces '': la maison du commandant du Jihad islamique Baha Abu al-Ata après avoir été touchée par la frappe israélienne qui l'a tué, dans la ville de Gaza le 12 novembre 2019 (crédit photo: MOHAMMED SALEM / REUTERS)
«  CHAQUE ÉTAGE avait deux appartements et chaque appartement avait trois pièces  »: la maison du commandant du Jihad islamique Baha Abu al-Ata, après avoir été touchée par la frappe israélienne qui l’a tué, dans la ville de Gaza le 12 novembre 2019
(crédit photo: MOHAMMED SALEM / REUTERS)

«Une minute avant le lancement», chuchota le Lt.-Col. Issachar dans son casque. Sur les écrans devant lui, il a regardé l’émission thermique retracée en direct depuis un drone au-dessus de la bande de Gaza. Sur un autre écran, il a regardé un avion de combat F-15 de l’armée de l’air israélienne volant quelque part au-dessus de la Méditerranée.

La pièce, dans une base du désert de sable du Néguev, était remplie de soldats et d’agents du Shin Bet (Agence de sécurité israélienne), l’organisation d’espionnage antiterroriste d’Israël. Chaque personne avait son poste de travail bien délimité. L’un écoutait ce qui se passait sur la cible, un autre recevait des mises à jour des agents sur le terrain ; un troisième suivait l’espace aérien.

Mais Issacar était concentré. Cette opération n’était pas censée être très différente de toutes les dizaines qu’il avait supervisées en tant que commandant des opérations du commandement sud de Tsahal, responsable des opérations dans la bande de Gaza. C’était comme les centaines de missions qu’il avait effectuées en tant que navigateur de l’armée de l’air. Mais celle-ci n’avait, malgré tout, rien d’ordinaire. À quelques kilomètres de là, dans une forêt à l’intérieur d’Israël, juste le long de la frontière avec Gaza, son fils dormait en plein air. Il était parti plus tôt dans la matinée pour une excursion de camping scolaire.

Issacar savait que ce qu’il s’apprêtait à faire mettrait son fils en danger direct. Lâcher une bombe dans la bande de Gaza au milieu de la nuit et frapper la cible qu’il suivait depuis quelques mois conduirait certainement à une grave escalade. Son fils de 12 ans serait dans la ligne de tir des roquettes terroristes qui seraient sûrement lancées en représailles.

Mais la cible devait être supprimée. Il devait mourir cette nuit-là. Baha Abu al-Ata causait des problèmes à Israël depuis trop longtemps. Né en 1977 dans le quartier de Shejaiya à Gaza, al-Ata n’avait pas appris grand chose d’autre, au-delà de la lutte contre Israël au cours de ses 41 années de vie.

AL-ATA (au centre) assiste à un spectacle militaire anti-israélien au camp de réfugiés d'al-Shati dans la ville de Gaza en juin 2019 (Crédit: Mohammed Salem / Reuters)AL-ATA (au centre) assiste à un spectacle militaire anti-israélien au camp de réfugiés d’al-Shati dans la ville de Gaza en juin 2019 (Crédit: Mohammed Salem / Reuters)

Au Shin Bet, responsable de la guerre contre le terrorisme palestinien, al-Ata était qualifié de «fauteur de troubles». Presque toutes les attaques à la roquette contre Israël en 2019 ont été menées par lui et ses hommes. À la fin des années 1990, après avoir obtenu un e licence (Bachelor of Arts) en sociologie, al-Ata a rejoint le Jihad islamique et a rapidement gravi les échelons. Il a été envoyé en Syrie pour s’entraîner en 2007 et un an plus tard, il a été nommé commandant de la Brigade du Nord du groupe, sa première unité de combat.

Ceux qui connaissaient al-Ata le craignaient. Avec sa barbe bien taillée, sa casquette de baseball de couleur beige et sa chemise boutonnée de la même couleur, il était l’un des hommes les plus puissants de Gaza. Lors de rassemblements anti-israéliens, la foule se divisait en deux quand il passait. Il était le principal attaquant contre Israël et les gens le respectaient.

La preuve d’un statut bien supérieur à celui d’un simple commandant local est venue un mois plus tôt lorsqu’en octobre 2019, l’Égypte l’a invité au Caire pour des entretiens. C’était la première invitation qu’il avait reçue de ce genre et cela signifiait beaucoup pour al-Ata et ses partisans. Leur commandant, s’est-il avéré, n’était pas seulement un opérateur de terrain; c’était quelqu’un que le Mukhabarat égyptien (Direction générale des renseignements) jugeait suffisamment important pour parler directement avec lui. Alors al-Ata a enfilé un costume et est entré en Egypte pour quelques jours de discussions. Les Egyptiens lui ont montré du respect, en l’emmenant dîner et en lui faisant vivre un bon moment autour du Caire.

Plus petit que le Hamas, le Jihad islamique est un groupe terroriste directement financé et soutenu par l’Iran et, par conséquent, il adopte une approche plus radicale envers Israël. Alors que le Hamas a mené des négociations indirectes au fil des années avec Israël sur un éventuel cessez-le-feu, le Jihad islamique rejette cette notion. Israël, pense-t-il, doit être détruit. Il n’y a pas de compromis dans cette guerre religieuse radicale.

Ce n’était pas non plus la première fois qu’Israël essayait de le mettre hors d’état de nuire. Deux tentatives précédentes avaient déjà été menées contre sa vie. L’une d’elles avait eu lieu en 2012, lorsque l’armée de l’air israélienne a tiré un missile sur un immeuble d’appartements dans la ville de Gaza où un groupe de commandants du Jihad islamique s’était rassemblé. Al-Ata était là, mais il a réussi à s’échapper. En 2014, l’IAF a bombardé sa maison dans la ville de Gaza. Il n’était pas là à ce moment-là mais le message était clair – Israël savait qui il était et ce qu’il faisait.

Au début de 2019 cependant, l’Etat juif tentait de négocier un nouveau cessez-le-feu avec le Hamas qui inclurait le retour des corps de deux soldats israéliens détenus par le groupe. Le problème était qu’al-Ata n’arrêtait pas de se mettre en travers du chemin. Chaque semaine, il a lancé une série de roquettes sur Israël ou a fait tirer un tireur d’élite sur des soldats de Tsahal déployés le long de la frontière. Cela aurait pu être considéré comme une simple nuisance, mais c’est ce qui a empêché les pourparlers de cessez-le-feu, car Israël devait répondre. Politiquement, le gouvernement ne pouvait pas être perçu comme faible en ignorant les attaques incessantes.

Un hélicoptère Apache ISRAELI tire un missile vers la bande de Gaza en juillet 2014 (Crédit: Baz Ratner / Reuters)Un hélicoptère Apache israélien tire un missile vers la bande de Gaza en juillet 2014 (Crédit: Baz Ratner / Reuters)

MAIS AL-ATA était intelligent. Il savait qu’Israël était après lui et il changeait constamment de maison. Une nuit, il dormait avec sa femme et ses enfants et la suivante, il serait dans un bunker quelque part sous une maison, une école ou un hôpital.

Ce qui a scellé son sort, c’est une attaque à la roquette qu’il a ordonnée à la mi-septembre. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu était en visite dans la ville portuaire d’Ashdod pour un rassemblement de campagne lorsque, au moment où il a commencé à parler, une sirène aérienne s’est déclenchée.

 

Les gardes de sécurité du premier ministre se sont précipités sur la scène et ont commencé à l’en exfiltrer. Il s’est accroché au podium et a demandé aux participants de quitter la salle tranquillement juste avant que ses gardes ne l’entraînent dans un abri anti-bombe à proximité.

Pour un politicien qui a fait campagne en se montrant comme un dur face au terrorisme, c’était une mauvaise image. Netanyahu était furieux. Plus tard dans la nuit, il a été informé du minutage de l’attaque et du terroriste à l’origine de cette attaque fondée sur l’exactitude du renseignement – nul autre qu’al-Ata.

Fin octobre et après quelques autres attaques à la roquette, Netanyahu a convoqué son cabinet de sécurité. Les ministres ont reçu des informations sur Al-Ata, ce qu’il avait fait, comment il sapait les pourparlers de cessez-le-feu avec le Hamas et comment il était en train de préparer des attaques supplémentaires – certaines avec des drones chargés d’explosifs et d’autres par l’nitermédiaire de tireurs d’élite – contre Israël. Le vote a été unanime. Israël allait tuer al-Ata.

Quelques jours plus tard, Issachar a été appelé dans le bureau de son commandant au commandement sud de Tsahal et informé de sa nouvelle mission. Situé dans la ville désertique de Beersheba, le Commandement du Sud a été fondé en 1948, responsable du front sud et de la défense du pays contre le plus grand ennemi auquel il était confronté dans le Sud à l’époque – l’Égypte.

Après que la paix a été conclue avec l’Égypte en 1979 et qu’Israël s’est retiré de la péninsule du Sinaï, le Commandement Sud s’est tourné vers une menace plus immédiate mais moins stratégique – le terrorisme dans la bande de Gaza.

En tant que chef du centre d’attaque du commandement sud, c’était le travail d’Issachar de préparer toute opération du type que le cabinet venait d’approuver à Gaza. Il a été informé de la cible, on lui a donné quelques détails sur l’importance de la mission et on l’a envoyé sur le chemin de sa réalisation. Alors qu’une date pour l’opération n’avait pas encore été décidée, Issacar savait que l’horloge tournait. Al-Ata était une menace et devait disparaître.

De retour à son bureau dans une petite structure semblable à une caravane, Issachar a convoqué les hommes et les femmes de son personnel pour les informer de ce qu’ils allaient faire au cours des prochaines semaines. Avant de prendre ses fonctions, il avait servi pendant plus d’une décennie en tant que navigateur de l’armée de l’air, volant sur les avions de combat F-16 les plus avancés d’Israël, connus sous le nom de F-16I ou Sufa (Storm).

Dans l’armée de l’air israélienne, les navigateurs commencent comme des pilotes dans le prestigieux cours de pilotes et après six mois, tous les cadets sont ensuite divisés en domaines d’expertise distincts basés sur leurs qualifications – certains sont devenus pilotes de chasseurs à réaction, d’autres pilotes d’hélicoptères d’attaque, et d’autres. navigateurs.

Alors que les navigateurs existent depuis l’aube des avions d’attaque faisant exactement ce qu’indique leur nom – aider les pilotes à naviguer – la centralité de leur rôle a considérablement augmenté ces dernières années avec l’arrivée des avions de combat plus sophistiqués d’Israël – le Sufa ainsi que le F -15I Ra’am (Thunder), deux avions à deux places dotés d’armes électroniques avancées et de systèmes de collecte de renseignements. Les navigateurs comme Issachar ne se contentent plus de naviguer. Ce sont eux qui éclairent les cibles avec des nacelles de ciblage, puis conduisent les missiles jusqu’à leurs cibles, parfois au sens littéral, avec un joystick qui leur permet de placer le missile exactement où ils le veulent. Comme ses collègues de l’ IAF, Issachar l’avait déjà fait des dizaines de fois.

Cette fois, cependant, il superviserait l’élimination ciblée d’al-Ata – pas depuis un cockpit mais depuis le deuxième étage d’une structure de couleur grise d’apparence unie dans le quartier général du Commandement Sud. De l’extérieur, le bâtiment n’a l’air de rien dont on devrait se souvenir, mais à l’intérieur, l’armée israélienne supervise toutes ses opérations dans la bande de Gaza. Il y a sept salles, baptisées selon les «sept espèces» ou les sept produits agricoles – deux céréales et cinq fruits – énumérés dans la Bible comme produits particuliers de la terre d’Israël.

La vie d’Al-Ata est devenue celle d’Issacar. Quand il se réveillait, Issachar se réveillait. Là où il est allé, Issacar le suivait d’en haut (grâce aux drones). Al-Ata ne le savait pas, mais Israël surveillait chacun de ses mouvements.

Le domicile du commandant du Jihad islamique Baha Abu al-Ata après avoir été touché par la frappe israélienne qui l'a tué, dans la ville de Gaza le 12 novembre 2019. Crédit: Mohammed Salem / Reuters)Le domicile du commandant du Jihad islamique Baha Abu al-Ata après avoir été touché par la frappe israélienne qui l’a tué, dans la ville de Gaza le 12 novembre 2019. Crédit: Mohammed Salem / Reuters)

L’observation des moindres détails était sans fin mais déterminante. Au fil des ans, les terroristes du monde entier ont tiré partie de la « faiblesse » de leur adversaire occidental et savent que s’ils se cachent derrière des femmes et des enfants et s’enferment dans des infrastructures civiles, il leur est plus difficile de les abattre. Israël a essayé de suivre le rythme, adaptant ses doctrines et ses ordres opérationnels au fur et à mesure.

Issacar le savait de première main. Lors d’une mission en 2014, il a été envoyé pour bombarder un bâtiment de cinq étages dans la bande de Gaza utilisé par le Hamas comme centre de commandement et entrepôt d’armes. Les services de renseignement de Tsahal lui avaient dit que la maison était vide. Il a intégré les coordonnées dans son dispositif d’armes F-16 et a déclenché l’interrupteur du missile. Mais tout s’est mal passé. Alors que le missile a frappé le bâtiment, il n’a pas explosé. Quelque chose dans le câblage de détonation a mal fonctionné. Issachar a regardé et s’est préparé à tirer un autre missile, mais a ensuite observé un groupe d’une douzaine de personnes qui couraient hors de la maison.

«Le bâtiment était censé être vide», a t-il dit au pilote avec lui.

Quelque chose clochait dans les renseignements forunis. Ils ont rappelé au quartier général et ont été invités à revoir fermement les détails de l’opération.

«Nous reviendrons vers vous», a répondu le centre de contrôle. Après une demi-heure, ils ont reçu le feu vert. Issachar a tiré son missile et le bâtiment s’est effondré. Personne n’était plus à l’intérieur.

«L’ennemi se cache derrière des enfants», se surprend souvent à dire Issacar à ses soldats. «Notre travail consiste à attendre le bon moment lorsque les enfants ne sont pas là. La cible peut retarder notre frappe, mais il ne peut pas s’enfuir indéfiniment. »

Une fois que les renseignements sont recueillis et que la cible est dans la ligne de mire d’Israël, trois questions demeurent.

1) Le premier est quand attaquer – la nuit, pendant la journée, alors que la cible est seule ou quand elle est avec d’autres personnes? Chaque option comporte ses risques et ses avantages. Pendant la journée, il y a plus de gens autour, donc si al-Ata conduit dans une rue en voiture, frapper la voiture pourrait tuer ou blesser des passants innocents.

La nuit, une frappe est plus facile, à condition qu’Israël sache où se trouve la cible. Mais il y a ensuite la difficulté de savoir qui d’autre est dans le bâtiment avec lui et de s’assurer que la frappe est limitée. S’il se trouve dans un immeuble de quatre étages, par exemple, comment pouvez-vous le tuer et ne pas faire tomber la structure entière avec tous ses occupants? Gaza, après tout, est l’un des endroits les plus densément peuplés du monde avec plus de 40 000 habitants par mile carré (environ 1m 60²) .

2) La deuxième question est de savoir quelle arme utiliser? L’attaque est-elle menée par l’IAF ou par les forces terrestres et ensuite – en fonction de celle choisie – de quelle manière? S’il s’agit de l’armée de l’air, le missile est-il tiré par un hélicoptère, un avion de combat ou un drone armé, qu’Israël aurait dans son arsenal mais ne reconnaît pas utiliser? Chaque plateforme a ses avantages; chacun, ses inconvénients. L’avantage d’un drone est qu’il est relativement silencieux, peut généralement rester en l’air plus longtemps que les hélicoptères ou les avions de combat et peut se rapprocher d’une cible. L’inconvénient est que la charge utile qu’un drone peut transporter est nettement inférieure à ce qui peut être placé sous un avion de chasse. Un F-15, par exemple, peut transporter plus de 28 bombes de petit diamètre (SDB) GBU-39. Les drones peuvent en gérer beaucoup moins.

3) Et puis il y a la troisième question, qui guide les deux précédentes – quelle méthode garantira le moins de pertes civiles et de dommages collatéraux?

«La salle dans laquelle nous sommes assis supervise le plus grand nombre d’attaques dans tout le Moyen-Orient», rappelle fréquemment Issachar à ses hommes. «Une erreur de notre part, un missile touche la mauvaise cible et nous pourrions être en guerre.»

Après deux semaines de traque d’al-Ata, Issachar et ses hommes avaient une bonne idée de la façon dont il passait son temps et du meilleur endroit pour essayer de l’éloigner. Avec le Shin Bet, qui a fourni des renseignements d’agents sur le terrain, Issachar a commencé à construire une image de la vie d’al-Ata – où il allait, comment il passait son temps, où il mangeait, quand il s’endormait et où il dormait. Comme d’autres terroristes, al-Ata avait un certain nombre de refuges et d’habitudes.

Il y avait un endroit, dans la ville de Gaza, où il passait souvent du temps, parfois seul et parfois avec sa famille. Issachar a estimé que c’était l’endroit idéal pour attaquer – tard dans la nuit, pendant qu’il dormirait dans son lit. Pour bien faire les choses, cependant, Issacar avait besoin de connaître la disposition de l’appartement, dans quelle pièce al-Ata dormait, combien d’autres personnes y passaient la nuit avec lui et tous les autres détails possibles sur lesquels il pouvait mettre la main.

Ce n’était pas n’importe quelle opération. Ce serait le première élimination ciblée menée par Israël à Gaza n plus de cinq ans. Cela devait être bien fait.

LES RÉPONSES dont il avait besoin étaient recueillies à environ 100 kilomètres au nord, à Tel-Aviv. Là, dans une base située en plein centre de la ville – mais si vous ne savez pas qu’elle était là, vous ne pourrez pas la trouver – se trouve la 9900, l’une des unités les plus classifiées du renseignement militaire.

Officiellement connue sous le nom d ‘«Agence d’analyse de terrain, de cartographie précise, de collecte visuelle et d’interprétation», l’Unité 9900 est chargée de collecter, d’analyser et d’interpréter tout le renseignement visuel d’Israël, autrement connu sous le nom codé de VISINT. Il peut s’agir d’images capturées par l’un des satellites d’espionnage d’Israël ou de photos prises par des vols de reconnaissance au-dessus de zones d’intérêt, comme Gaza, le Liban, la Syrie et au-delà.

Elle sert également d’agence géospatiale personnelle de Tsahal, responsable de l’élaboration des cartes que l’armée utilise en Israël et derrière les lignes ennemies.

Mais si dans le passé, l’unité 9900 avait besoin de suivre les divisions blindées de l’armée syrienne ou les lanceurs de missiles Scud de Saddam Hussein, il doit aujourd’hui aider à localiser un ennemi plus furtif que jamais, qui s’enfonce dans un terrain urbain, cache des missiles sous les hôpitaux et les écoles et utilise des réseaux sophistiqués de tunnels pour s’infiltrer à travers la frontière.

Pour l’œil moyen, une image d’une forêt au Liban ou d’un champ à Gaza peut ne pas sembler exceptionnelle, mais pour les soldats de l’unité 9900, un buisson déplacé ou une dune de sable plus grande qu’elle ne devrait l’être pourrait signifier qu’en dessous se trouve une Katyusha, un lance-roquettes ou l’ouverture d’un tunnel d’attaque.

Issachar et ses hommes se sont adressés a équipe spécifique dotée d’une une spécialisation particulière : en architecture. Les hommes et les femmes qui font partie de cette équipe sont des ingénieurs, des architectes et des analystes du renseignement dont le travail consiste à analyser des cibles spécifiques et à fournir le plus d’informations possible sur une structure.

Dans le cas d’al-Ata, par exemple, l’armée de l’air avait besoin de savoir quelle était la composition exacte de l’appartement choisi pour l’attaque. Quelle pièce était la chambre principale et où dormiraient les enfants? De quoi était fait le bâtiment? Les murs extérieurs étaient-ils en béton ou également en acier? Et où se trouvaient les fenêtres?

«Nous expliquons comment les bâtiments se comportent et les bâtiments nous racontent une histoire», explique F., le colonel qui dirige l’équipe. «Une petite fenêtre peut signifier qu’il y a une salle de bain de l’autre côté, une unité de climatisation suspendue près d’une fenêtre nous mène à des tuyaux nous menant à la pièce et au-delà.

Les membres de l’équipe sont des vétérans de longue date des agences de renseignement israéliennes. Le plus jeune a 20 ans. Le plus âgé a 80 ans. Chacun a une spécialité. Certains sont des ingénieurs civils ou des architectes, certains sont des soldats effectuant leur service obligatoire. D’autres ont travaillé sur des projets de construction à travers le pays. Ils étudient et analysent la construction dans tous les domaines d’intérêt d’Israël, à partir de Gaza, du Liban et de la Syrie. Chaque cible potentielle de conséquence stratégique est revue et analysée.

Ce que l’unité fait ensuite, c’est construire des simulations 3D des cibles, en les transformant en modèles qu’un pilote, par exemple, peut regarder sous différents angles pour comprendre exactement comment tirer un missile qui aurait besoin de traverser un mur spécifique ou atterrir sur un angle spécifique. Ce n’est pas seulement pour les pilotes. Les forces d’infanterie qui pénètrent dans les bâtiments ennemis reçoivent également une image claire de l’apparence de leur cible à l’intérieur et sont capables, avant une mission, d’aller pratiquement étage par étage et pièce par pièce avant même de traverser les lignes ennemies.

Quelques jours avant le ciblage prévu d’al-Ata, F. a reçu un appel téléphonique de l’équipe d’Issachar et s’est immédiatement mis au travail.

L’équipe a d’abord regardé dans le passé grâce à des images d’archives satellitaires et de drones prises de la bande de Gaza, localisant le bâtiment dans les premiers jours lorsque sa construction avait commencé et ils l’ont regardée se poursuivre. Alors que l’intérieur d’un appartement peut toujours changer, les murs intérieurs en béton restent généralement les mêmes. Sur la base de la taille des pièces ainsi que de la disposition traditionnelle des maisons à Gaza, il était possible de prédire – avec une forte probabilité – quelle pièce était quoi et qui était où.

Dans le cas du bâtiment d’al-Ata, la construction était assez standard pour la bande de Gaza. Le rez-de-chaussée était commercial et les deux derniers étages étaient résidentiels. Sur le toit se trouvaient les réservoirs d’eau standard. Chaque étage avait deux appartements et chaque appartement avait trois chambres.

Une fois que F. et ses hommes ont localisé la chambre principale, ils ont mis en évidence le meilleur chemin à emprunter pour le missile. L’idée était simple – ne tuez qu’al-Ata, pas ses enfants ni personne d’autre dans le bâtiment.

MOURNERS PORTE le corps d'al-Ata lors de ses funérailles le 12 novembre 2019. Les FDI n'ont tué que la cible et sa femme, sans blesser leurs cinq enfants dormant dans la pièce voisine. (Crédit: Mohammed Salem / Reuters)Les endeuillés portent le corps d’al-Ata lors de ses funérailles le 12 novembre 2019. Tsahal n’a tué que la cible et sa femme, sans blesser leurs cinq enfants dormant dans la pièce voisine. (Crédit: Mohammed Salem / Reuters)

Dans l’intervalle, dans l’IAF, des travaux étaient toujours en cours pour affiner la méthode qui serait utilisée pour éliminer al-Ata. Un certain nombre d’options ont été débattues et examinées. Chacune avait ses avantages et ses inconvénients.

Le colonel A., chef de la Division interarmées de l’IAF, l’unité responsable de la planification des missions menées en dehors de l’armée de l’air en partenariat avec d’autres unités de Tsahal, a expliqué que le processus de sélection s’apparentait à un appel d’offres.

«J’avais plusieurs options différentes», se souvient le colonel A. «Nous avions un certain nombre d’avions et de munitions. Vous vérifiez l’avion disponible, quelle est la cible, quelle plate-forme de tir est la meilleure par rapport à cette cible, de quoi les matériaux sont faits dans la cible et alors seulement vous prenez une décision.  »

Dès le départ, la tendance était d’utiliser un avion de combat, en raison de la capacité de lancer le missile à partir d’une position de sur-place et de pouvoir transporter plus d’une bombe si des frappes de suivi étaient nécessaires. Au final, l’avion choisi était un F-15. Le missile était un missile fabriqué aux États-Unis pour un type de mission différent, mais il avait subi des adaptations pour pouvoir être utilisé dans le type de frappe qui serait nécessaire contre al-Ata.

Les débats entre l’IAF, l’équipe d’Issachar et la 9900 se sont poursuivis jusqu’à l’opération. À un moment donné, l’un des planificateurs de mission vétérans de l’armée de l’air est entré dans le bureau du colonel A. et a dit qu’il ne dormait pas bien.

«La mission que nous avons planifiée a 90% de chances de succès», a déclaré l’officier. «Nous pouvons faire mieux.»

Les questions qui restaient en suspens concernaient l’appartement et une meilleure compréhension de qui serait dans la pièce à côté d’al-Ata et à quel point les planificateurs de mission pouvaient être certains que la petite bombe qu’ils prévoyaient d’utiliser ferait le travail.

«C’est un processus constant pour essayer de s’améliorer et rendre la mission aussi parfaite que possible», a expliqué A.

La mission était prévue pour 4 heures du matin le 12 novembre. Le F-15 était piloté par un pilote vétéran, commandant de l’escadron. Le commandement supérieur de Tsahal voulait réduire au minimum les erreurs potentielles. Le contrôle de la mission était désormais entre les mains d’Issacar.

Son équipe s’est réunie dans l’une des salles «Seven Species» (des sept espèces). Chaque officier était à son bureau et suivait ses différents capteurs. Un écran montrait la maison d’al-Ata; un autre l’emplacement du F-15; un troisième écran était censé suivre le missile depuis son lancement jusqu’à ce qu’il atteigne sa cible; et un quatrième suivait d’autres aéronefs mis en attente.

À une minute du lancement, Issachar a appelé tout le monde à parcourir leurs listes de contrôle une dernière fois. La pièce était calme. Si calme, que vous pouviez entendre une épingle tomber. Issachar a donné le feu vert au pilote et le premier missile a été largué.

Un autre a été renvoyé une seconde plus tard. Deuxièmement, pour être certain qu’al-Ata ne sortirait pas vivant.

L’air pouvait être coupé avec un couteau alors que les hommes et les femmes de la salle des opérations suivaient chaque missile alors qu’ils survolaient la bande de Gaza et jusqu’à ce qu’ils atteignent la cible juste au-dessus du lit qu’al-Ata partageait avec sa femme. Le premier a frappé; le second a suivi en moins de quelques secondes.

Pourtant Issacar ne pouvait pas se reposer. La salle des opérations devait maintenant se concentrer sur la bataille à venir et sur les missions qui seraient nécessaires pour arrêter les représailles du Jihad islamique. Mais avant cela, il avait quelque chose de pressant à faire. Il a quitté la salle d’opération, a attrapé son téléphone et a appelé le professeur de son fils.

«Vous devez faire vos valises et rentrer à la maison», a déclaré Issachar au professeur surpris. « Dépêche toi. »

L’enseignant a promis qu’il mettrait tout le monde hors de danger. En moins de deux heures, la classe avait évacué le camping en toute sécurité.

Des terroristes du JIHAD ISLAMIQUE montent à bord de camionnettes lors des funérailles symboliques du Ramadan Shallah, un ancien dirigeant de leur groupe, à Gaza le 7 juin. (Crédit: Mohammed Salem / Reuters)Des terroristes du JIHAD ISLAMIQUE montent à bord de camionnettes lors des funérailles symboliques de Ramadan Shallah, un ancien dirigeant de leur groupe, à Gaza le 7 juin. (Crédit: Mohammed Salem / Reuters)

L’élimination ciblée d’al-Ata n’était pas si différente des nombreuses autres que l’armée israélienne a pilotées au cours de la dernière décennie. Elle se caractérisait par une planification méticuleuse destinée à réduire les dommages collatéraux, des renseignements précis et l’utilisation de technologies de pointe, d’avions et de munitions.

Mais cela montre également les résultats d’un cheminement incroyable que l’État d’Israël a entrepris au cours des 20 dernières années, allant du point de larguer des bombes d’une tonne sur des immeubles à appartements de la bande de Gaza pour éliminer un seul terroriste, Salah Shehade, sous Ariel Sharon, au tir d’un missile avec une précision incroyable. sur un lit, tuant seulement la cible et sa femme et ne blessant pas leurs cinq enfants dormant dans la pièce voisine.

Partout dans le monde, une telle histoire ne ferait pas la une des journaux. Au lieu de cela, l’accent serait mis sur les dommages causés à Gaza et le nombre de morts. Les gens demanderaient pourquoi la femme d’al-Ata devait mourir avec lui. Ils ne se concentreraient pas sur la durée de la mission, sur les détails et les efforts consacrés à sa planification et sur la précision de son exécution.

Ce voyage minutieux à travers les moindres détails renforçant le niveaux pris de précautions, cependant, est unique en Israël. D’autres pays occidentaux combattant des terroristes dans le monde n’investissent que rarement une fraction des efforts déployés par Israël pour minimiser les dommages collatéraux. Issachar a rappelé un grand exercice aérien international auquel il avait participé il y a quelques années où il a rencontré des pilotes d’Italie, de Turquie et d’autres pays. Presque tous les pilotes qu’il a rencontrés, a-t-il rappelé, ont demandé pourquoi Israël attend si longtemps pour frapper juste et investit autant.

«Ils vous tirent dessus»,  luiont dit les pilotes étrangers. «Vous devez répondre.»

Le succès qu’Israël a rencontré est le résultat de trois éléments clés – la valeur unique des renseignements, la technologie et les valeurs qui composent l’épine dorsale de Tsahal. « C’est une valeur juive », a expliqué l’ancien chef de l’IAF Eliezer Shkedi. « C’est qui nous sommes. »

Comment l’armée israélienne est-elle devenue l’une des armées les plus létales et les plus précises du monde? Cet article est le premier d’une série qui se penchera sur cette évolution et tentera de reconstituer comment cela s’est passé.

Adaptation : Marc Brzustowski

7 Commentaires

  1. IL FAUT CIBLER TOUS LES RESPONSABLES DU HAMAS; de jour comme de nuit sans relâche, pour en finir une bonne fois pour toutes avec ces lâches menteurs et voleurs. Ainsi plus de ballons plus de roquettes plus de missiles, bref la paix quoi !!

  2. IL FAUT CONTINUER LES ELIMINATIONS CIBLEES A CHAQUE FOIS QUE LE HAMAS AGRESSE ISRAEL.LES ARABES NE COMPRENNENT ET NE RESPECTENT QUE LA FORCE.BALLONS INCENDIAIRES OU ROQUETTES,ELIMINATION IMMEDIATE DU GROS GIBIER DE CES RACAILLES !!!!!

  3. Qu’attendent Bibi et Gantz pour intervenir sérieusement contre les dirigeants terroristes de Gaza ? Les maires des villes le long de la bande de Gaza comme Sderot, Ofakim ou les kibboutzim Nir am, Kissoufim etc en ont juste assez depuis des années de vivre un enfer. Alors Bibi fini le Statut Quo bouge toi et fait ton job de 1er ministre.

  4. Le meilleur serait d’éliminer tous les chefs terroristes du Hamas et du djihad en même temps lors d’un rassemblement à Gaza en plein jour plus facile et économique , et hazak si Tsahal arrive là le faire en pleine nuit chacun chez soit tous en même temps ….

  5. « ne tuez qu’al-Ata, pas ses enfants ni personne d’autre dans le bâtiment.

    Pfffttttt !!

    on me répondra « on n’ est pas comme eux »

    et je répliquerais toujours : c’est, hélas, bien dommage

    cher Issachar, j’ aimerais beaucoup que le nouvel élu au 70 vierges soit Yahia Sinwar, bien avant Haniyeh

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.