Satan 2 : Poutine teste « avec succès » le Sarmat, un missile dévastateur « qui fera réfléchir à deux fois » ses ennemis.

La Russie a annoncé mercredi avoir procédé à un premier tir d’essai de son nouveau missile balistique intercontinental Sarmat, que le président Vladimir Poutine présente comme unique au monde et susceptible de faire réfléchir tous ceux qui seraient tentés de menacer son pays. Il s’agit du terrible « Satan 2 ».
Ce mercredi 20 avril, des images diffusées à la télévision russe montrent le chef de l’Etat avec des responsables de l’armée après le tir effectué depuis le cosmodrome de Plesetsk, dans le nord-ouest du pays. Le missile a touché ses cibles dans la péninsule du Kamchatka, dans l’Extrême-Orient russe.

« C’est véritablement une arme unique qui va renforcer le potentiel militaire de nos forces armées, qui assurera la sécurité de la Russie face aux menaces extérieures et qui fera réfléchir à deux fois ceux qui essayent de menacer notre pays avec une rhétorique déchaînée et agressive », a déclaré Vladimir Poutine.
Cette arme qui peut transporter une dizaine d’ogives nucléaires et dont le premier lancement a eu lieu aujourd’hui fera l’objet d’un programme de test spécial a précisé le ministère de la Défense russe. Le tir a été réalisé à 15h12 (14h12 en France), selon le ministère de la Défense russe et a touché sa cible à Koura, à environ 6 100 kilomètres de là.

 

« La plus longue portée de destruction du monde »

« Ce Sarmat est le missile le plus puissant et avec la plus longue portée de destruction du monde, affirme de son côté le ministère de la Défense russe. Cela « augmentera considérablement la puissance de combat des forces nucléaires stratégiques de notre pays ».
Véritable arme de guerre ce missile a été conçu pour la Russie par le bureau d’études Makeyev, son nom de code : le RS-28, surnommé par l’OTAN le Satan 2. Il s’agit d’un « missile balistique intercontinental avancé conçu pour échapper aux défenses ennemies, les tromper ou les déborder, mais il n’est pas à l’abri des mesures prises pour éventuellement le contrer », expliquait l’expert Guy Martin, du site sud-africain defenceWeb.

Le Pentagone averti

Le Pentagone a toutefois assuré que ce tir du Sarmat était un essai de « routine » et ne constituait « pas une menace » pour les Etats-Unis ni leurs alliés. Moscou a « convenablement informé » Washington du test de ce mercredi 20 avril. Il ne s’agit donc pas pour les États-Unis d’une « surprise » a ajouté le ministère américain de la Défense via son porte-parole John Kirby.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.