Pourquoi je rejoins Tsahal à 35 ans

J’avoue que faire l’alyah à l’âge de 32 ans, et maintenant, avec une femme et quatre enfants, ma situation est un peu différente de celle d’un jeune de 18 ans typique.

L'écrivain dans son uniforme de Tsahal (crédit photo: courtoisie)
L’auteur dans son uniforme de Tsahal (crédit photo: courtoisie)

 

‘Vous êtes fou. »

C’est la première réponse que j’obtenais de hauts responsables de Tsahal, ces dernières années, à chaque fois que j’ai demandé l’opportunité de postuler. «Vous servez notre nation d’une autre manière et il y a une raison pour laquelle la loi exempte des gens comme vous», m’ont-ils dit à chaque fois.

J’avoue que faire son aliyah à l’âge de 32 ans et me trouver maintenant, avec une femme et quatre enfants, ma situation est un peu différente de celle du jeune type de 18 ans qui est recruté dans l’armée. Mais moi aussi je voulais servir mon pays et Je n’ai pas jugé bon d’utiliser mon exemption simplement parce que je le pouvais.

Forces spéciales de Duvdevan

 

Quand il a terminé l’université, mon frère Jon a fait son alyah et s’est enrôlé dans l’armée. Il a servi dans l’unité d’élite des forces spéciales de Duvdevan (celle autour de laquelle tourne le scénario de Fauda) et des années plus tard, il continue d’y être une légende. Ils pensaient qu’il était fou de se porter volontaire pour servir avec un groupe d’enfants en sortie de lycée, mais il sentait qu’il voulait jouer son rôle dans la défense physique du peuple juif, même s’il n’était pas obligé de le faire.

Je me souviens à l’époque, assis confortablement dans la synagogue et je lisais l’exhortation de Moïse aux descendants de Gad et Ruben (Nombres 32: 6): «Vos frères iront-ils à la guerre pendant que vous serez assis ici?» Je me suis dit : pourquoi mon frère devrait-il partir et pas moi? Oui, aucun de nous n’avait à le faire, et pourtant il l’a fait. Il s’est levé et s’est porté volontaire pour faire partie de quelque chose de plus grand que lui.

Et qu’en est-il de mes sœurs et frères au sens large? Comment pourrais-je vivre aux premiers rangs de l’histoire, au cœur de l’une des premières générations que l’on puisse servir de cette manière et ne pas le faire? Je sais que ce n’est pas la norme et bien sûr je respecte tous ceux qui ne le font pas, mais pour moi, c’était une opportunité que je ne voulais pas manquer. Mon frère l’a fait, mes amis l’ont vécu, tous mes voisins l’ont fait, et mes enfants aussi participeront un jour au service national. Pour moi, ce n’était pas une question de savoir si, mais quand.

Après s’être remis du fait que ce fou d’australien voulait les rejoindre dans l’armée, mes conversations avec les responsables étaient tout simplement enthousiasmantes. C’était un peu comme le processus traditionnel de conversion au judaïsme – une fois qu’ils ont essayé de, et échoué à me dissuader, ils m’ont accueilli à bras ouverts.

J’étais heureux d’aider n’importe où je le pourrais, mais une fois qu’ils ont appris que mon premier diplôme concernait la discipline des médias et communications et que j’avais une certaine expérience dans ce domaine, ils m’ont demandé si j’envisagerais de suivre la formation requise, puis de rejoindre l’unité du porte-parole de Tsahal (Dover Tzahal).

A peine le temps que je puisse répondre, et j’étais dans le bureau du lieutenant-colonel Jonathan Conricus, le porte-parole international de Tsahal et responsable des affaires publiques internationales et de la diplomatie publique, pour discuter de la manière dont je pourrais aider. Il m’a chaleureusement accepté. Ensuite, nous devions simplement attendre et voir si la célèbre bureaucratie de l’armée rattraperait son retard légendaire.

Les mois passaient et je n’avais aucune idée de ce qui allait se passer. Puis, venant de nulle part, j’ai reçu l’appel:

«Nous avons un enrôlement spécial en raison des demandes suscitées par les efforts de Tsahal pour lutter contre le coronavirus et nous recherchons certaines personnes. Pouvez-vous vous joindre à nous? » « Bien sûr, » répondis-je automatiquement. Quelqu’un prendrait alors contact, ont-ils dit. Et ce n’était pas des semaines de silence cette fois. Le lendemain matin, j’ai reçu un message WhatsApp d’un numéro inconnu avec des formulaires à remplir, « ASAP » (as soon as possible). Je suis allé chez le médecin, je suis allé chez l’optométriste, j’ai travaillé sur les formulaires et je les ai retournés aussi vite que possible. Puis silence radio pour une autre semaine.

J’ai contacté: « Je voulais simplement confirmer que vous avez reçu les formulaires et s’il y a autre chose? »

« Reçu. Nous vous contacterons lorsque nous en aurons besoin », fut la réponse.

Une autre semaine s’est écoulée et finalement un autre WhatsApp est arrivé: « venez à Tel Hashomer [base de Tsahal] à 9 heures jeudi. » C’était mardi. Au cours de mercredi, l’heure a changé deux fois en ce qui concerne le moment où je devais être là et même où, mais bien sûr, à midi jeudi, j’ai apporté les formulaires que j’avais remplis et j’ai subi un entretien et un autre contrôle médical.

Cette nuit était la première nuit de Hanoukka.

Dimanche matin aux aurores, je me suis dirigé vers la base.

Je suis actuellement en formation de base – j’apprends vraiment intimement une culture dont j’avais entendu parler dans le passé, le creuset et l’égaliseur ultime de la plupart de la société israélienne qu’est Tsahal. Bien que n’étant pas un soldat de combat comme mon frère, ou un officier du renseignement comme ma belle-sœur, je suis fier de servir mon peuple en première ligne de la guerre des mots et de promouvoir la diplomatie et les affaires publiques. Alors que nous célébrons les miracles de Hanoukka, lorsque les Maccabées ont exprimé notre indépendance et protégé notre peuple contre toute attente, je portais l’uniforme vert olive pour la première fois et ne servais que comme un rouage dans les mécanismes qui continuent de tourner, garantissant notre droit de nous défendre et de protéger notre droit à l’autodétermination.

Quand elle a entendu mon histoire, une des soldates m’a dit à quel point elle était étonnée, que malgré tout je me sois enrôlé. «Beaucoup de mes amis se sont battus pour sortir de l’armée et vous vous êtes frayé un chemin pour y entrer coûte que coûte. Merci», a-t-elle dit, «de m’avoir rappelé ce que signifie être ici. Vous êtes vraiment spécial. » Je l’ai remerciée pour ses aimables paroles, mais je lui ai dit que c’était en fait le contraire. Je ne suis pas du tout spécial. Je ne veux pas être une exception; Je veux faire partie de la règle. Nous avons tous un rôle à jouer, chacun à notre manière, et c’est pourquoi je me suis joint aux personnes spéciales qui ont le privilège de vivre dans cette génération et de représenter notre peuple.

Ce fut mon miracle de Hanoukka – l’occasion d’ajouter une petite touche à notre flamme éternelle et d’aider à faire en sorte qu’elle continue de brûler.

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.