LES AMÉRICAINS PRÉFÈRENT LES EXTRÉMISTES ARABES AUX JUIFS DANS LES GOUVERNEMENTS ISRAÉLIENS.

Certains veulent que Netanyahou expie pour avoir envisagé de faire rejoindre Itamar Ben-Gvir dans son prochain cabinet. Pourtant, bon nombre des mêmes personnes ont applaudi l’inclusion d’un islamiste dans la dernière coalition.

L’un des plus éminents partisans de l’État d’Israël au Sénat américain a récemment lancé un avertissement au chef du plus grand parti d’Israël. Dans le contexte du calendrier, cela semblait représenter le point de vue de nombreux autres Américains qui pensent que Benjamin Netanyahou – le président du Likud qui espère ajouter à son bilan en tant que Premier ministre le plus ancien de son pays après les élections du 1er novembre à la Knesset – a quelque chose à expier.

C’est le président de la commission sénatoriale des relations étrangères, Robert Menendez , qui a signifié à Netanyahou que si, comme c’est probable, il envisage d’inclure le député Itamar Ben-Gvir dans son prochain cabinet, il met en danger l’alliance américano-israélienne. Ben-Gvir est le chef du parti Otzma Yehudit (« Pouvoir juif ») du Parti sioniste religieux, qui, selon les sondages, sera la troisième force en importance à la prochaine Knesset et il sera essentiel à la formation de la coalition droite/religieuse que Netanyahou espère former après les élections. En ce qui concerne Menendez, c’est un extrémiste qui compliquerait les efforts pour maintenir le soutien à Israël s’il était autorisé à occuper de hautes fonctions.

Menendez est loin d’être le seul à exprimer ses inquiétudes au sujet de Ben-Gvir, mais bon nombre des mêmes personnes qui s’insurgent contre lui n’ont eu aucun problème lorsqu’une autre marque d’extrémistes a été incluse dans un gouvernement israélien l’année dernière. Alors que Ben-Gvir est considéré comme irréprochable, lorsque Mansour Abbas du parti Ra’am a fourni l’année dernière les votes décisifs qui ont permis la formation de la coalition (alors dirigée par Naftali Bennett et par la suite par l’actuel Premier ministre par intérim Yair Lapid), il y avait une réjouissance générale parmi ceux qui s’inquiètent publiquement de l’extrémisme israélien. Ainsi, bien qu’il y ait de bonnes raisons de s’inquiéter de ce que Ben-Gvir pourrait faire s’il était ministre, l’hypocrisie affichée dans cette controverse ne devrait pas passer inaperçue.

Selon  Axios , Menendez a spécifiquement évoqué la question de Ben-Gvir lors d’une réunion avec Netanyahou en Israël au début du mois. Les sources anonymes qui ont divulgué le récit de la dispute disent que Netanyahou était irrité par ce qui semblait être un ultimatum de Menendez, mais que le sénateur a tenu bon sur la question.

Que les Américains doivent ou non émettre des diktats, même lorsqu’ils sont présentés comme des conseils amicaux, aux dirigeants politiques israéliens, Menendez doit être pris au sérieux. Dans un parti où la sympathie pour l’État juif est en déclin alors que sa gauche intersectionnelle embrasse l’antisionisme, le sénateur senior du New Jersey a été un fervent partisan.

Il était un adversaire courageux de l’apaisement de l’ancien président Barack Obama envers l’Iran, et c’est exactement le genre de démocrate dont les amis de l’État juif craignent la disparition rapide. Ses inquiétudes au sujet de Ben-Gvir sont largement partagées par de nombreux membres de la communauté pro-israélienne, y compris certains qui hésiteraient à critiquer publiquement Netanyahou.

Ben-Gvir, âgé de 46 ans, était adolescent militant du parti Kach de feu le rabbin Meir Kahane, qui a soutenu l’expulsion des Arabes d’Israël et qui a été effectivement banni de la Knesset (à laquelle il a été élu pour un mandat en 1984) pour être raciste. L’adhésion à Kach a conduit au refus de Ben-Gvir d’être intronisé dans les Forces de défense israéliennes lorsqu’il est devenu majeur – un coup dur pour l’avenir de tout Israélien juif non haredi.

Il a continué à redorer sa réputation d’extrémiste et a été inculpé des dizaines de fois pour des déclarations racistes (Israël est peut-être un pays libre, mais il n’y a pas de protection du premier amendement pour la liberté d’expression comme aux États-Unis) et  a été reconnu coupable une fois  d’incitation contre Arabes. En tant que personne qui aurait accroché une photo du meurtrier de masse, le Dr Baruch Goldstein – tueur de 29 Arabes adorant au tombeau des patriarches en 1994 – sur le mur de sa maison et ne l’a enlevée qu’une fois qu’il est devenu un candidat sérieux à la Knesset, il est le genre de personnage trouvé répugnant même par certains membres de la droite sioniste.

Ben-Gvir repousse constamment les limites en matière de comportement politique normatif et s’est forgé une réputation d’avocat qui a représenté des Israéliens accusés d’attaques contre des Arabes. Mais il a suffisamment éloigné son parti de l’idéologie de Kahane au point qu’il peut prétendre de manière crédible parler au nom d’un segment important d’électeurs plutôt qu’à la frange des fous. En conséquence, il n’est plus possible pour Netanyahou d’ignorer ou d’isoler le parti qu’il a créé.

Plus précisément, Netanyahou a joué un rôle en persuadant d’autres dirigeants de droite de se joindre à Ben-Gvir lorsqu’ils se présentent à la Knesset, de peur que certains votes qui pourraient aider à créer un gouvernement dirigé par le Likud ne soient gaspillés dans le système électoral proportionnel d’Israël. Dans un Israël avec une méthode moins dysfonctionnelle pour élire un gouvernement, un lanceur de bombe politique comme Ben-Gvir ne serait pas dans une position aussi forte. Mais le système actuel ne va pas disparaître simplement parce qu’il le fait fonctionner pour lui.

Néanmoins, malgré toute sa fureur d’être dicté par Menendez, Netanyahu essaiera probablement d’éviter d’être mis dans une telle position. S’il a une majorité de droite/religieuse dans sa poche après le 1er novembre, attendez-vous à ce qu’il essaie de doubler les sionistes religieux. Comme il l’a fait par le passé, il va probablement tendre la main à un ou plusieurs des partis qui ont juré de ne jamais siéger avec lui dans un gouvernement pour rejoindre sa coalition, lui permettant ainsi d’exclure Ben-Gvir du pouvoir ministériel.

Que cela se produise ou non, il faut relativiser les essoufflements à propos de la réputation compromettante d’Israël par Ben-Gvir. L’idée de voir un parti comme Ra’am rejoindre un gouvernement était en quelque sorte une réalisation du rêve sioniste de la minorité arabe faisant sa paix avec la réalité d’un État juif et participant pleinement à sa politique, plutôt que de se tenir à l’écart et espérant sa destruction.

Pourtant, l’agenda du parti d’Abbas, qui veut un État dirigé selon la loi religieuse musulmane, est bien plus radical que tout ce que préconise Ben-Gvir. Si la décision d’Abbas de s’associer à Lapid et Bennett peut être considérée comme la preuve qu’il a transcendé ses origines politiques, pourquoi les tentatives de Ben-Gvir de se distancer de l’idéologie kahaniste ne peuvent-elles pas être traitées de la même manière ?

Les positions citées par ceux qui pensent qu’une coalition avec lui serait illégitime incluent son soutien à la construction dans les communautés juives de Judée-Samarie, la prière juive sur le mont du Temple et le droit de vivre dans des propriétés appartenant à des Juifs dans les quartiers de Jérusalem que les Arabes demande d’être libre de Juifs. Pourtant, ce sont des positions tout à fait légitimes qu’un grand nombre d’Israéliens considèrent, à juste titre, comme faisant partie du courant dominant.

Même si vous pensez, comme beaucoup le pensent à juste titre, que la Knesset serait mieux sans Ben-Gvir, les Israéliens n’ont pas besoin d’expier le péché d’avoir voté pour lui dans l’espoir qu’il sera un défenseur intransigeant des droits des Juifs. Le message aux détracteurs américains d’Israël devrait être clair : si vous pensiez que l’inclusion dans la coalition gouvernementale d’Israël d’un parti islamiste qui plaide ouvertement pour la fin du sionisme et de l’État juif dans sa plate-forme était une bonne idée, alors vous n’avez pas à donner de cours quelqu’un à propos de Ben-Gvir.

Mais il n’y a pas que les Américains, car des comédiens israéliens de gauche n’ont pas hésité dernièrement de grimer Ben-Gvir en Hitler, et il lui préfère Abbas, un frère musulman, à un Juif.

JForum.fr – Israël unwired

2 Commentaires

  1. En lisant le diktat de Menendez Israël serait donc une colonie américaine et les israéliens devraient se plier aux exigences de ces démocrates dont la venue au pouvoir a déclenché un anti sionisme et donc anti judaïsme jamais connu y compris dans les campus universitaires grâce à l’argent déversé par le Qatar et l’Arabie aux 10 millions d’arabes rentrés aux États Unis par Obama lors de ses 2 mandats qui ont boulversé le parti démocrate qui s’est gauchisé rappelant les travaillistes anglais de Corbyn
    Le parti démocrate qui a changé n’est plus en mesure de dicter ce qu’il veut à Israël notamment en allant contre les intérêts de ce pays de liberté
    Que le parti démocrate commence à nettoyer son parti devenu nauséabond avec des racistes arabes et mexicaine qui n’ont pas construit les Etat unis et sont un fardeau économique et politique pour les USA
    Quand aux gauchistes israéliens pratiquent ashkénazes ils ont des idiots utiles pour les arabes et dangereux pour Israël en devenant des traîtres et en ignorant le danger d’un Israël faible : veulent ils une seconde Shoah ces masos ashkénazes qui sont des bobos en majorité et.connaissent rien à ces simulateurs arabes à part le thé à la menthe et leurs gâteaux qui sont une manière d’inviter généreusement derrière une façade de haine
    Ben Gvir est dans son pays et n’a pas à recevoir des leçons du peuple dit américain qui en fait est européen d’origine et a exterminé les véritables amérindiens le vrai peuple
    Que les américains d’aujourd’hui n’oublient pas les massacres commis par leurs ascendants y compris les mexicains d’origine espagnole grand tortionnaire des peuples de tout l’Amérique
    Alors Bonne chance à Ben Gvir un vrai sabra d’Israël dans la terre natale de nos ancêtres et qui défendra valeurs .et droits des juifs
    Nous lui faisons totalement confiance

  2. C’est certain que Bibi va écouter Biden!!!
    Rappelons à tous ces ignorants qu’Israël est un état démocratique et que ce pays n’a besoin de personne pour former le gouvernement qui nous débarrassera de ces traîtres à la merci de Biden et de l’UE
    On croit rêver.
    ROSA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.