Pompeo fait allusion à d’autres annonces de l’administration Trump sur Israël à l’avenir

«Il y a tout lieu de penser que l’orientation de la politique américaine à l’égard d’Israël se poursuivra.»

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo s'adresse au Jerusalem Post, 20 novembre 2020 (crédit photo: MARC ISRAEL SELLEM / THE JERUSALEM POST)
Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’adresse au Jerusalem Post, 20 novembre 2020 (crédit photo: MARC ISRAEL SELLEM / THE JERUSALEM POST)

La politique américaine envers Israël se poursuivra dans la même veine dans les semaines à venir, a déclaré vendredi le secrétaire d’État américain Mike Pompeo dans une interview accordée au Jerusalem Post.

Interrogé sur la question de savoir si les États-Unis trouveraient d’autres moyens de consolider davantage les principes de la Vision pour la paix entre Israël et les Palestiniens édictée par le président américain Donald Trump, qui appelle à ce que les frontières définitives d’Israël incluent plus de 30% de la Judée et de la Samarie et la majeure partie de Jérusalem-Est, comme la reconnaissance de la Souveraineté israélienne dans ces parties de sa capitale, Pompeo n’a pas confirmé les politiques spécifiques qui sont à l’étude.

Cependant, il a ajouté: «Il y a toutes les raisons de s’attendre à ce que l’orientation de la politique américaine à l’égard d’Israël se poursuive

Les remarques de Pompeo sont intervenues au lendemain de l’annonce que les produits importés aux États-Unis provenant des Israéliens de Judée-Samarie seraient étiquetés «fabriqués en Israël» et que les États-Unis considéreraient le mouvement anti-israélien de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) comme étant antisémite et tout financement serait révoqué à ses affiliés.

Les annonces sont survenues alors qu’il visitait la cave de Psagot à Sha’ar Binyamin, faisant de lui le premier secrétaire d’État américain à visiter une implantation de Cisjordanie, et peu de temps après, il est aussi devenu le premier à visiter les hauteurs du Golan.

Le texte de l’annonce du BDS s’applique également aux entités qui boycottent «tout territoire contrôlé par Israël». Cela répond à un autre objectif politique de Pompeo, qui a cherché à déclarer antisémites plusieurs organisations de défense de l’action des groupes terroristes palestiniens sous couvert des « droits de l’homme ». Ce plan a été divulgué aux médias le mois dernier et a été mis de côté à cause d’un tollé au département d’État.

Interrogé sur la question de savoir si sa nouvelle politique s’applique à des organisations comme Amnesty International, qui ont appelé à boycotter les implantations, Pompeo a répondu: «Je pense que la politique est assez claire. Nous allons continuer à appliquer cette politique par rapport aux faits existants sur le terrain et, le cas échéant, nous l’appliquerons.

Parmi toutes les annonces, les politiques de l’administration Trump pour freiner les ambitions nucléaires de l’Iran n’ont pas été autant évoquées dans les déclarations publiques durant le voyage de trois jours de Pompeo en Israël.

Mais vendredi, Pompeo a réaffirmé que l’option militaire contre l’Iran était toujours sur la table, alors même que la campagne de sanctions maximales se poursuivait: «L’administration a été claire à ce sujet pendant ses quatre années entières. Il n’y a aucune raison que cela change aujourd’hui ou demain. »

Quant à savoir si l’administration Trump fournirait des bombes anti-bunker GBU-57 à Israël, sachant que cela lui permettrait d’attaquer les sites nucléaires iraniens, comme le permettrait un nouveau projet de loi bipartisan au Congrès, Pompeo n’ac pas souhaité commenter, mais a déclaré qu’ils «continueront à faire tout ce qui a déjà été entrepris, comme nous l’avons fait précédemment.

«Conformément à ce que nous avons fait à ce jour, nous avons essayé, dans chaque cas, de construire une énorme coalmoyens qui créent des opportunités au Moyen-Orient et réduisent le risque pour Israël et par conséquent, le risque pour les États-Unis également », a-t-il déclaré.

Interrogé sur la probabilité qu’une administration Biden cherche à renverser les politiques de l’ère Trump liées à Israël sur l’Iran, les Palestiniens et les implantations, Pompeo n’a pas tout à fait voulu admettre que son mandat se termine, selon toute vraisemblance, dans deux mois, en fidèle à la ligne de contestation continue de son patron, le président américain Donald Trump, face aux résultats apparents des élections en faveur du candidat démocrate Joe Biden.

«Nous comptons toujours les votes aux États-Unis, il n’y a donc pas beaucoup de marge pour pouvoir en parler, à part dire que nous sommes tout à fait convaincus que nous avons rendu le Moyen-Orient plus sûr et que les politiques que nous mettons en place sont les bonnes, »a dit Pompeo.

Se référant apparemment à l’intention déclarée de Biden de retourner à l’accord du JCPOA, Pompeo a déclaré: « Il n’est pas possible de récompenser l’intransigeance iranienne, de récompenser la terreur, de récompenser les Iraniens pour la construction de leurs programmes d’enrichissement et d’affirmer que c’est la bonne ligne de conduite pour rendre Israël plus sûr ».

«Nous sommes fermement convaincus que la poursuite de ce que nous faisons conduit à une probabilité accrue d’un Moyen-Orient plus sûr et plus prospère et que nos amis en Israël seront également plus sûrs grâce à cela,  » il a déclaré.

La campagne de sanctions contre l’Iran a été «plutôt réussie», selon Pompeo, et «nous continuerons à le faire aussi longtemps que le pays l’exigera».

«Je me souviens quand nous avons commencé la campagne de pression maximale», a-t-il raconté. «Nous nous sommes retirés du JCPOA [Plan d’action global conjoint, accord de 2015 sur l’Iran], et le monde a dit que cela ne fonctionnera jamais, les sanctions américaines seules ne fonctionneront pas. Eh bien, ils ont considérablement réduit la capacité de l’Iran à fomenter des dommages dans le monde.

Les sanctions n’ont pas fondamentalement changé le comportement de l’Iran, a admis Pompeo, mais ils ne sont pas en mesure de financer les groupes supplétifs en Syrie, en Irak et au Liban autant qu’ils l’avaient fait auparavant, et autant qu’ils l’auraient pu «si nous avions continué à empiler des palettes d’argent» pour les envoyer en Iran, comme cela s’est produit sous l’administration Obama.

«Le chemin emprunté par le président a privé le régime de ses ressources pour continuer à mettre Israël et le Moyen-Orient en danger», a expliqué Pompeo.

Non seulement la campagne de pression maximale a refusé l’arrivage d’argent en Iran, mais elle a également envoyé un message dans tout le Moyen-Orient qui a isolé l’Iran et facilité les accords d’Abraham entre Israël et les Émirats arabes unis et Bahreïn, a-t-il déclaré.

Pompeo n’a pas souhaité discuter des autres pays arabes qui pourraient établir des relations diplomatiques ouvertes avec Israël, mais il a déclaré qu’il y travaillait toujours.

«Je crois de tout mon cœur que les politiques de l’administration Trump que nous avons mises en place ont créé les conditions pour que ces dirigeants prennent exactement cette décision [de normaliser les relations avec Israël], et s’ils le font, ce sera une chose glorieuse pour la région. , » a t-il dit. «Les habitants de ces pays seront mieux lotis, [avec] plus de prospérité et d’opportunités. Ils auront accès à la technologie, à l’intelligence et à la créativité israéliennes et vice-versa. Il y aura de meilleures relations de sécurité et des relations diplomatiques. »

Pompeo a ajouté: «Le Moyen-Orient mérite un ensemble d’ententes qui font qu’Israël fait partie de la solution ici au Moyen-Orient. Les Accords d’Abraham sont l’instrument pour y parvenir, et ça a été glorieux de faire partie d’une équipe qui a aidé ces nations à arriver jusqu’à ce point décisif.

Un autre facteur cité par Pompeo pour mener aux accords d’Abraham était le sens du plan de paix de Trump réfutant «l’idée que vous ne pouvez rien faire tant que vous n’avez pas résolu le conflit israélo-palestinien … C’était une condition préalable pour faire tout ce que nous pouvons au Moyen-Orient». Et on considérait impossible de commencer à construire la paix, la prospérité et la stabilité au Moyen-Orient tant que nous n’aurions pas résolu ce conflit. Le président Trump a démontré que c’était faux, pendant toutes ces années.

Au-delà du signal que les Accords d’Abraham ont diffusé aux Palestiniens, l’administration Trump a également reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël, a réduit la plupart de l’aide aux Palestiniens – certaines à cause du «Taylor Force Act» refusant le financement de l’Autorité palestinienne tant qu’elle continue de «payer» pour tuer »p en versant des salaires aux terroristes en prison et à leurs familles et certains au-delà – et a fermé le bureau de l’OLP à Washington.

L’AP a presque totalement coupé les liens avec l’administration Trump et a interrompu la coopération avec Israël pendant plusieurs mois cette année, mais il semble que la pression économique ait fait le travail. L’Autorité palestinienne a renouvelé sa coopération avec Israël, notamment en acceptant les taxes et les tarifs perçus par Jérusalem, et modifierait apparemment le programme «payer pour tuer». Le timing est tel qu’il permettrait au président élu Joe Biden de rétablir l’aide à l’AP l’année prochaine.

Pompeo a déclaré que la vision de la paix de Trump «a tracé un avenir meilleur pour le peuple palestinien», et le fait que les Palestiniens ont refusé de négocier sur la base de ce plan nuit au peuple palestinien.

«En ce qui concerne la politique palestinienne, nous espérons que la politique palestinienne en viendra à refléter la volonté des Palestiniens», a-t-il déclaré. «Si tel est le cas, je suis convaincu que les dirigeants palestiniens reviendraient à la table des négociations. Ils s’asseyaient, mèneraient des négociations acharnées. Ils auraient des désaccords que nous avons depuis des décennies, mais ils peuvent parvenir à un ensemble de compréhensions communes des problèmes qui offriraient un très bon résultat et une bien meilleure vie aux personnes qui vivent en Judée-Samarie et dans la bande de Gaza également. Ce sont des endroits où les gens vivent dans des conditions très difficiles, et c’est très malheureux et inutile. Cela leur est apporté par un leadership défaillant, que ce soit le [Jihad islamique palestinien] à Gaza ou le Hamas à Gaza ou les dirigeants en Cisjordanie aujourd’hui. C’est très malheureux.

Pompeo a continué vers les Émirats arabes unis depuis Israël vendredi et le Qatar samedi, et il devrait également s’arrêter en Arabie saoudite lors de ce voyage.

Lisez la transcription complète de l’entrevue ici .

2 Commentaires

  1. Il va être bientôt le « Moment Begin » pour Israël: taper fort sur la table et la renverser et dire qu’Israël se passera des Empires pour « exister de façon pérenne »….
    Sinon, se préparer à une future prochaine Diaspora…..Bien choisir son Désert….! Utah est déjà pris…

    • et commencer a prévenir les arabes musulmans « israéliens » qu ils doivent se préparer enfin a etre aussi nombreux que les juifs des 57 pays musulmans

      ne jamais perdre de vue que ces 21% de musulmans, ennemis de l’ intérieur, et le piaillant de plus en plus fort, n ont absolument rien a faire en Eretz Israel

      Juifs entre Juifs, autres en nombre limité comme les 100.00 chrétiens ou les Druzes ou les Tcherkesses
      même les Bédouins reprennent du poil de la bête et commencent a faire les malins

      charbonnier étant maitre chez soi, ces indésirables musulmans incapables de la moindre reconnaissance devront partir

      la Jorda-stine voisine leur tend les bras

      ils n’ ont pas su etre ni loyaux ni respectueus du pays Juif
      ce qui n’ a fait que les confirmer dans leur complee de supériorité

      allez, dehors! y a pas de place pour des traitres

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.