Le Qatar utilise des otages israéliens pour prolonger la bouée de sauvetage du Hamas

L’État du Golfe tente d’atténuer la pression américaine en libérant les captifs de Gaza.

Alors que les États-Unis font pression sur le Qatar pour qu’il expulse les dirigeants du Hamas de son territoire, Doha tente plutôt de tirer parti de sa médiation pour garantir la sécurité des groupes terroristes. l’avenir dans cet État du Golfe.

« Le Qatar subit une très forte pression de la part des Etats-Unis, qui lui demandent de changer de direction vis-à-vis du Hamas et s’apprêtent déjà à imposer une série de lourdes sanctions contre le Hamas », a indiqué une source arabe.

« Il y a de fortes chances que le Qatar demande bientôt au [président du Hamas] Ismail Haniyeh et à l’équipe dirigeante de quitter le pays, mais en attendant, il tente d’atténuer la pression en libérant des otages. »

Selon une série de médias arabes, le secrétaire d’État américain Antony Blinken fait pression sur Doha pour qu’elle retire le Hamas du sol qatari, arguant que les relations existantes ne peuvent pas continuer. Cependant, le Qatar tente d’atténuer la pression de Washington en promouvant de nouveaux accords de libération d’otages et en vantant sa capacité à modérer le Hamas.

Plus précisément, les Qataris se sont appuyés sur le groupe terroriste pour publier des déclarations modérées et ont suggéré que le Hamas soit intégré à l’Organisation de libération de la Palestine.

Le 13 décembre, Haniyeh, qui est basé au Qatar, s’est déclaré ouvert aux négociations visant à mettre fin à la guerre et à « remettre de l’ordre dans la maison palestinienne, tant en Cisjordanie que dans la bande de Gaza ».

Le lendemain, Mousa Abu Marzouk, haut responsable du Hamas, a abordé le sujet de la reconnaissance d’Israël dans une interview avec Al Monitor.

« Vous devriez suivre la position officielle. La position officielle est que l’OLP a reconnu l’État d’Israël », aurait déclaré Marzouk.

Toutefois, les divisions au sein de Gaza pourraient court-circuiter les plans du Qatar. Des sources ont indiqué que si Haniyeh est enclin à soutenir de nouveaux accords de libération d’otages, Yahya Sinwar, le chef du Hamas dans la bande de Gaza qui contrôle le sort des otages, refuse de coopérer.

« Sinwar est le plus fidèle au camp iranien ces derniers temps et défie le Qatar », a expliqué une source arabe.

Les pays arabes continuent de promouvoir un plan pour Gaza d’après-guerre, dont l’un des principes directeurs est « ni [le chef de l’OLP/P.A./Fatah, Mahmoud] Abbas, ni le Hamas ».

JForum.fr avec jns BARUCH YEDID
Des Israéliens se rassemblent à Tel Aviv pour exiger le retour des otages détenus par le Hamas à Gaza, le 16 décembre 2023. Photo d’Eitan Elhadez-Barak/TPS.

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
o.icaros

Le Qatar, la Mouche du Coche ou la Grenouille qui se voulait plus grosse que le bœuf. Il y a 50 ans, le Qatar, même pas 100000 habitants, c’était des tribus dans le désert et aujourd’hui la conscience du monde. Si Albert de Monaco faisait comme le Qatar, on lui dirait, Albert va jouer avec tes billes!