Photo Haïm Zach / GPO

Lors de son discours à l’Assemblée générale de l’ONU, le président français a lui-aussi abordé le conflit israélo-palestinien, et s’est permis de “donner de bons conseils à Israël” sous prétexte d’amitié pour l’Etat juif.

Une attitude récurrente dans la politique étrangère française. Concernant la construction juive en Judée-Samarie – question d’envergure internationale – Emmanuel Macron a déclaré: “Israël sait que la France est son amie, et c’est en tant que telle que nous lui demandons de cesser sa politique (de construction) qui empêche toute possibilité d’arriver à la solution de deux Etats”.

Le président français, enfermé comme beaucoup d’autres dans sa conception irréaliste et dangereuse, a une fois de plus répété qu’il s’agit de la seule solution possible.

Sans le nommer, Emmanuel Macron a également tâclé la politique de Donald Trump concernant le conflit: “Qu’est ce qui pourra résoudre ce conflit? Sûrement pas des initiatives unilatérales qui ne prennent en compte que les intérêts de l’une des parties et pas les exigences légitimes des Palestiniens à un Etat, ni celles qui ne prennent pas en compte les besoins sécuritaires d’Israël. Il n’y a pas d’alternative à une solution à deux Etats avec Jérusalem comme capitale de chacun d’eux”.

Sur l’Iran, le président français a également exposé sa conception erronée, qui est celle de l’Union européenne, en appelant à un “dialogue constructif et multilatéral” avec les Iraniens afin de résoudre la crise…

Shraga Blum

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.