Gérard Collomb a démissionné car Emmanuel Macron voulait créer un centre d’accueil de migrants à Toulon

L’ancien ministre de l’Intérieur a révélé avoir quitté son poste à la suite d’un désaccord majeur avec le président de la République sur la question migratoire.

Vendredi 11 novembre, Gérard Collomb a publié un tweet qui n’est pas passé inaperçu. Alors que le bateau Ocean Viking a accosté au port de Toulon, l’ancien ministre de l’Intérieur a évoqué « un tournant dans la politique d’immigration en France », et même révélé avoir démissionné de son poste en 2018 car il s’opposait « de toutes [ses] forces » à la « création d’un hot spot à Toulon ». Dans une interview au Point publiée ce dimanche 13 novembre, Gérard Collomb s’est exprimé sur ses propos et expliqué pourquoi il s’opposait aux centres de migrants. « Compte tenu des législations françaises et européennes, si l’on accueil des migrants dans ce type de centre, on ne pourra pas les faire repartir », justifie-t-il, refusant que la France ne se retrouve à devenir un pays de premières entrées à l’instar de l’Italie ou la Grèce.

« Welcome tout le monde »

S’il n’avait jusqu’à présent jamais évoqué les raisons de sa démission, c’est parce que l’ancien ministre de l’Intérieur pendait que « la question était réglée ». « En accueillant l’Ocean Viking, on ouvre une nouvelle brèche. Cela ne peut qu’encourager les réseaux de passeurs pour qui les migrants sont une source de gain considérable », regrette Gérard Collomb. Ce dernier souligne aussi que les migrants arrivés en France sont destinés à finir « sous des tentes, sous des ponts, dans des camps de fortune ». Avec la politique du « Welcome tout le monde », l’ex-maire de Lyon rappelle que les grandes agglomérations ne parviennent plus à gérer la situation.

En tout cas, l’ancien ministre d’Emmanuel Macron se rappelle avoir agi sur parole en 2018 en quittant son poste. Alors qu’il se rendait à Marseille pour commémorer la mort de deux jeunes femmes tuées à la gare Saint-Charles par un Tunisien en situation irrégulière qui aurait dû être placé la veille en centre de rétention administratif pour être expulsé, Gérard Collomb se rappelle les mots poignants des parents des victimes. Ces derniers lui avaient demandé de « tout faire pour qu’une telle tragédie ne se reproduise plus ». S’il acceptait l’ouverture d’un centre d’accueil pour migrants, l’homme politique confie qu’il se serait senti « responsable des actes qui pourraient entraîner la mort de personnes ». Deux jours après cette commémoration, Gérard Collomb a démissionné.

Par valeursactuelles.com
Gérard Collomb. Photo © KONRAD K./SIPA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.