Fiasco pour les uns, progrès pour les autres. La Russie et l’Iran se congratulent déjà, Fabius claque la porte et les USA s’obstinent à l’optimisme et veulent encore négocier une rallonge aux négociations.

Dans la nuit de mardi à mercredi, la Russie et l’Iran ont fait état de progrès dans les négociations sur le nucléaire iranien, qui se tiennent actuellement à Lausanne en Suisse, mais Israël reste sceptique, après que Laurent Fabius a quitté les discussions sans faire de déclarations.

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a déclaré tôt mercredi matin : « Nous espérons conclure aujourd’hui. Ensuite, nous entamerons la rédaction » de l’accord final, qui doit être atteint d’ici fin juin. Et d’ajouter que des solutions ont été trouvées « pour la plupart des questions ». Un optimisme partagé par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavror qui a affirmé : « Nous pouvons dire avec une relative certitude [que] nous sommes parvenus à un accord de principe sur tous les points clés d’un règlement de la question, que l’on commencera à porter à l’écrit dans les heures à venir. »

En revanche, le chef de la diplomatie française a quitté Lausanne pour retourner à Paris, affirmant qu’il reviendrait lorsque cela serait « utile ». De source américaine, on affirme aussi que « tous les problèmes ne sont pas encore réglés. »

L’ancien consul d’Israël à New York, Alon Pinkas, a affirmé sur les ondes de la radio de l’armée Galatz que les États-Unis essaieraient de prolonger les négociations. « Ce qui a le plus de chances de se produire c’est quelque chose que les Américains aiment toujours faire : obtenir une prolongation de plusieurs mois », a déclaré l’ancien diplomate interviewé par Assaf Lieberman, présentateur de l’émission « Boker tov Israël » (Bonjour Israël). Et d’ajouter : « Ils accepteront un accord de principe préliminaire à un autre accord de principe pour obtenir par exemple une prolongation de trois mois. »

Mercredi matin, les négociations ont repris et les médias avancent l’hypothèse que les délégations pourraient bien rédiger un accord de principe dès aujourd’hui.

YA – Israpresse

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.