Nouvelle-Zélande : fusillades dans 2 mosquées, au moins 49 morts

2
2175

Attaques en Nouvelle-Zélande : Des fusillades dans deux mosquées de Christchurch font au moins 49 morts

Dans son manifeste, le terroriste d’extrême droite auteur de cette tuerie explique que le personnage historique le plus proche de ses idées à lui est Sir Oswald Mosley. Créateur de la (petite) British Union of Fascists, Mosley n’a jamais caché qu’il s’inspirait de Mussolini et d’Hitler, et n’a jamais caché non plus son antisémitisme. Il a été incarcéré de 1940 à 1945, pour des raisons évidentes.

 

ACTUALITE Selon le Premier ministre australien, le tireur de Christchurch est un « terroriste extrémiste de droite et violent »

P.B.

 — 

Au moins deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande ont été frappées par des fusillades le 15 mars 2019.
Au moins deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande ont été frappées par des fusillades le 15 mars 2019. — Mark Baker/AP/SIPA
  • Deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, ont été frappées par des fusillades. Les attaques ont fait au moins 49 morts et une vingtaine de blessés graves.
  • Quatre personnes, trois hommes et une femme, ont été arrêtées, et des explosifs artisanaux ont été retrouvés.
  • Selon le Premier ministre Australien, le tireur est un Australien de 28 ans, qualifié de « terroriste extrémiste de droite ».

« Cela restera comme l’un des jours les plus sombres de la Nouvelle-Zélande. » Selon la Première ministre Jacinda Ardern, quarante-neuf personnes seraient mortes, au moins, après les attaques qui ont éclaté dans deux mosquées de Christchurch, durant la prière ce vendredi. Selon le Premier ministre australien, le tireur est un « terroriste extrémiste de droite et violent ».

TicToc by Bloomberg

@tictoc

“I could hear screaming and crying and I saw some people drop dead.”

A witness inside the Hagley Park mosque describes the scene in Christchurch, New Zealand

Vidéo intégrée

TicToc by Bloomberg

@tictoc

“They are us. The person who has perpetuated this violence against us is not. They have no place in New Zealand.”

Prime Minister Jacinda Ardern condemns the mosque shooting in Christchurch pic.twitter.com/wwOZOd9man

Vidéo intégrée

974 personnes parlent à ce sujet

Après avoir arrêté un suspect, la police a finalement annoncé que quatre personnes, trois hommes et une femme, avaient été interpellées. L’armée a désamorcé des engins explosifs retrouvés sur les véhicules des suspects avaient été sécurisés.

Deux fusillades dans deux mosquées

Deux fusillades ont éclaté dans deux mosquées remplies de Christchurch à la mi-journée, vendredi. Selon les médias néo-zélandais, un tireur est notamment entré dans la mosquée Masjid Al Noor Mosque vers 13h40 (1h40 heure de Paris) et a ouvert le feu. « Nous avons un incident critique », a confirmé la police locale sur Twitter, vendredi, précisant que le tireur était toujours « actif ».

Canterbury Police NZ

@NZPCanterbury

We have a critical incident in Deans Ave Christchurch. Please avoid the area. We will give more in the near future.

250 personnes parlent à ce sujet

New Zealand Police

@nzpolice

In response to a serious ongoing firearms incident in Christchurch all Christchurch schools have been placed into lockdown. Police urge anyone in central Christchurch to stay off the streets and report any suspicious behaviour immediately to 111.

New Zealand Police

@nzpolice

1/2 A serious and evolving situation is occurring in Christchurch with an active shooter.Police are responding with its full capability to manage the situation, but the risk environment remains extremely high.Police recommend that residents across Christchurch remain off…

1 152 personnes parlent à ce sujet

Au moment de la fusillade, la mosquée Masjid al Noor, sur l’avenue Deans, était remplie de fidèles, dont les membres de l’équipe nationale de cricket du Bangladesh. Ceux-ci sont ressortis indemnes. Un témoin a raconté au site internet d’information Stuff.co.nz qu’il était en train d’y prier quand il a entendu des tirs. En prenant la fuite, il a vu sa femme morte devant l’édifice religieux. Un autre homme a dit avoir vu des enfants se faire abattre. « J’avais des corps partout sur moi ». Un témoin a expliqué à Radio New Zealand qu’il avait entendu des coups de feu et vu quatre personnes gisant au sol, « avec du sang partout ».

« Un acte de violence extraordinaire et sans précédent »

La police a demandé aux gens de ne pas partager « des images extrêmement pénibles » après la mise en ligne d’une vidéo montrant un homme blanc se filmant en train de tirer sur des fidèles dans une mosquée. « Clairement, ce qu’il s’est passé est un acte de violence extraordinaire et sans précédent ». Les victimes, peut-être des migrants ou des réfugiés, « ont choisi de faire de la Nouvelle-Zélande leur pays, et c’est leur pays. Ils sont nous. La personne qui a commis cette violence contre nous ne l’est pas », a déclaré la Première ministre de Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern.

La police a demandé aux fidèles d’éviter les mosquées « partout en Nouvelle-Zélande ». Toutes les écoles de la ville avaient été bouclées. La police avait appelé « tous ceux qui sont présents dans le centre de Christchurch à ne pas descendre dans la rue et à signaler tout comportement suspect ». Des bâtiments publics comme la bibliothèque centrale étaient aussi fermés. La Nouvelle-Zélande est réputée pour sa faible criminalité. Dans ce pays, « l’usage d’armes à feu pour commettre des crimes reste un événement rare », écrit ainsi le département d’Etat américain dans ses conseils aux voyageurs.

Forces de sauvetage évacuant les blessés (Photo: AP)

Forces de sauvetage évacuant les blessés (Photo: AP)

 

Des séquences vidéo largement diffusées sur les réseaux sociaux, apparemment prises par un homme armé et postées en direct au fur et à mesure du déroulement de l’attaque, le montraient en train de se rendre dans une mosquée, y pénétrant et tirant au hasard sur des personnes se trouvant à l’intérieur.

La vidéo montre que des fidèles, éventuellement morts ou blessés, sont couchés sur le sol de la mosquée. Reuters n’a pas été en mesure de confirmer l’authenticité de la séquence.

Un homme qui a déclaré être à la mosquée Al Noor a déclaré aux médias que le tireur était blanc, blond et portait un casque et un gilet pare-balles. L’homme est entré dans la mosquée alors que les fidèles étaient à genoux pour la prière.

“Il avait une grosse arme à feu … il est venu et a commencé à tirer sur tout le monde dans la mosquée, partout dans la foule”, a déclaré l’homme, Ahmad Al-Mahmoud. Il a dit que lui et d’autres s’étaient échappés en brisant une porte vitrée.

Selon un témoin à l’intérieur de la mosquée, Radio New Zealand a déclaré avoir entendu des coups de feu, au moins quatre personnes étaient couchées par terre et “il y avait du sang partout”.

Des foules se rassemblent autour du site de l'attaque (Photo: Reuters)

Des foules se rassemblent autour du site de l’attaque (Photo: Reuters)

 

La Première ministre Jacinda Ardern a condamné ce qu’elle a appelé “un acte de violence extraordinaire et sans précédent”.

“C’est l’un des jours les plus sombres de la Nouvelle-Zélande”, a-t-elle déclaré.

Ni Ardern ni la police n’ont fait état du nombre de victimes.

Le commissaire de police néo-zélandais, Mike Bush, a déclaré que quatre personnes – trois hommes et une femme – avaient été arrêtées, mais il n’était pas évident de savoir si le tireur était parmi eux ou si d’autres personnes étaient impliquées.

Bush a également déclaré qu’il ne fallait pas présumer que l’attaque avait été isolée à Christchurch. “A ce stade, nous ne devrions jamais faire de suppositions”, a-t-il déclaré.

Bush a également déclaré que des engins explosifs improvisés avaient été découverts avec un véhicule qu’ils avaient arrêté.

La séquence vidéo en ligne, qui semblait avoir été capturée sur une caméra fixée sur la tête du tireur, montrait des bidons d’essence rouges à l’arrière de sa voiture, ainsi que des armes.

Toutes les mosquées de Nouvelle-Zélande ont été invitées à fermer leurs portes, a annoncé la police.

L’équipe de cricket du Bangladesh arrivait pour la prière du vendredi lorsque la fusillade a eu lieu, mais tous les membres ont été mis en sécurité, a déclaré un entraîneur de l’équipe à Reuters.

Le ministre indonésien des Affaires étrangères, qui compte la plus grande population musulmane au monde, a condamné cette fusillade.

Les musulmans représentent un peu plus de 1% de la population néo-zélandaise, selon un recensement de 2013.

“Beaucoup de ceux qui auraient été touchés par cette fusillade pourraient être des migrants arrivés depuis peu en Nouvelle-Zélande”, a déclaré Ardern.

“Ce sont peut-être même des réfugiés ici. Ils ont choisi de s’installer en Nouvelle-Zélande et c’est leur chez-eux … ils sont comme nous. Les personnes qui ont perpétué cette violence à notre égard … n’ont pas de place en Nouvelle-Zélande”.

“Du sang partout”

La séquence en ligne montre le tireur au volant alors que la musique résonne dans son véhicule. Après avoir garé sa voiture, il prend deux armes à feu et marche jusqu’à l’entrée de la mosquée.

 

Des forces de police importantes arrivent sur les lieux de l'attaque (Photo: Reuters)

Des forces de police importantes arrivent sur les lieux de l’attaque (Photo: Reuters)

 

Il a ensuite ouvert le feu. En cinq minutes, il tue à plusieurs reprises des fidèles, laissant plus d’une douzaine de corps dans une seule pièce. Il est retourné à la voiture pendant cette période pour changer de fusil et est retourné à la mosquée pour tirer sur quiconque présentait des signes de vie.

La vidéo montre le tireur qui s’éloigne à grande vitesse et tire plus tard sur des voitures en stationnement et un bâtiment. La police a déclaré que la deuxième mosquée attaquée était située dans la banlieue de Linwood, sans donner de détails.

Une autre vidéo non confirmée, prise par quelqu’un d’autre, a semblé montrer que la police appréhendait le tireur au bord d’une route.

L’équipe de cricket du Bangladesh est à Christchurch pour affronter la Nouvelle-Zélande dans une troisième épreuve de cricket qui débutera samedi.

“Ils étaient dans le bus, qui était en train de se rendre à la mosquée lorsque la fusillade a commencé”, a déclaré Mario Villavarayen, entraîneur des équipes de cricket du Bangladesh, dans un message à Reuters.

Les crimes violents sont rares en Nouvelle-Zélande et la police ne porte généralement pas d’armes à feu.

Avant vendredi, le pire massacre à l’arme à feu en Nouvelle-Zélande remonte à 1990. Un loup solitaire fou d’armes à feu avait tué 11 hommes, femmes et enfants dans un déchaînement qui avait duré plus de 24 heures, dans le petit village balnéaire d’Aramoana. Il a été tué par la police.

Reuters

2 COMMENTS

  1. A semer la haine et la terreur de par le monde, les islamistes récoltent à leur tour ce qu’ils ont semé venant de personnes autant détraquées qu’eux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.