Présidentielle 2022 : « Mélenchon est tombé dans un piège au service de Zemmour »

Le débat avec Éric Zemmour dans l’émission « Face à Baba » a duré beaucoup plus longtemps qu’annoncé, suscitant la colère de l’entourage de Jean Luc Mélenchon.

« Ça va pas durer toute la soirée cette affaire », « C’est pas un deuxième ‘Face à Baba Zemmour’, c’est un ‘Face à Baba Mélenchon ». Après 45 minutes de débat entre Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour jeudi soir sur C8, le candidat à la présidentielle puis Raquel Garrido, située dans le public, ont fait part de leur colère quant à la tournure de ce second numéro de « Face à Baba », présenté par Cyril Hanouna.

Mélenchon comme beaucoup d’autres est incapable de répondre à Zemmour, la seule arme disponible reste l’injure. C’est donc l’injure qu’il a utilisée pour répondre à Zemmour et après il crie au piège, défendu en cela par des personnes de gauche dépitées de constater la médiocre prestation de Mélenchon. Au demeurant il n’y a pas que l’épisode Zemmour qui lui restera en travers de la gorge, mais aussi l’épisode sur la police, qui aurait dû être sujet à poursuite pour insulte des forces publiques. Rappelons que Mélenchon é été condamné par le tribunal correctionnel de Bobigny qui a infligé une peine de 3 mois de prison avec sursis et une amende de 8 000 euros au leader de La France insoumise pour rébellion et provocation le 9 décembre 2019.

1h07 face à Zemmour au lieu de … 20 minutes

En cause, la présence (beaucoup) plus longue qu’annoncé d’Éric Zemmour face à Jean-Luc Mélenchon, comme premier débatteur. Le candidat « Reconquête » à la présidentielle, dont l’intervention était prévue pour durer une vingtaine de minutes, est en effet resté 1h07 en plateau face à Mélenchon, jusqu’à 22h37.

« Une stratégie étrange »

À titre de comparaison, lors du premier numéro de « Face à Baba » en décembre dernier, dont l’invité principal était Eric Zemmour, aucun contradicteur n’a dépassé la demi-heure sur le plateau, les plus longs étant le député LFI Alexis Corbière, et la ministre Élisabeth Moreno.

« Jean-Luc Mélenchon se retrouve à débattre pendant plus d’une heure en début d’émission sur les thèmes de Zemmour, l’immigration, l’islam. Symboliquement, cela a lieu un jour de manifestation pour la défense du pouvoir d’achat, c’est une stratégie étrange de sa part », estime Alexis Lévrier, historien des médias.

« Tombé dans un piège au service de Zemmour »

Si Jean-Luc Mélenchon a pu aborder des thèmes de son programme comme l’avenir du système de retraites ou l’écologie en deuxième partie d’émission, l’impact n’a pas été le même auprès des potentiels électeurs. La première partie de l’émission dédiée au débat face à Eric Zemmour a été jusqu’à réunir près de 2 millions de téléspectateurs, tandis que la seconde partie n’a réuni que 989 000 téléspectateurs. Ce qui porouve que c’est une fois de plus Zemmour qui fait l’audience.

Jean-Luc Mélenchon est tombé dans un piège au service d’Éric Zemmour, avec une émission articulée pour lui. C’est le sens de la colère de Raquel Garrido, qui s’en rend compte en pleine émission. Mélenchon a eu tort de penser qu’il pouvait peser dans cette émission et s’est retrouvé à parler des thèmes forts d’Éric Zemmour au moment où l’audience est la plus importante », analyse Alexis Lévrier qui pointe du doigt le poids du groupe de presse de Vincent Bolloré, dans la candidature de l’ancien polémiste.

Des émissions au service de Zemmour ?

Un sentiment couché sur le papier par le candidat Insoumis, au lendemain dans l’émission, sur son blog. « Quand une séquence qui devait durer vingt minutes avec Zemmour au lieu de dix par faveur de l’antenne et qui dure pour finir une heure dix, on a du mal à ne pas avoir le sentiment de s’être fait manœuvrer », écrit notamment Jean-Luc Mélenchon.

Un mécanisme qui n’a rien de surprenant aux yeux d’Alexis Lévrier. « ‘Face à Baba’, ‘Face à la rue’, ‘Face à l’info’, ce sont toutes des émissions qui sont articulées autour de la personne d’Éric Zemmour. Dans la galaxie Bolloré au service de Zemmour, Hanouna prend toute sa part dans cette « machine à fabriquer zemmouriste », en rendant sympathique Zemmour, en traitant de sujets graves comme le racisme avec légèreté, ce qui le banalise », poursuit Alexis Lévrier.

Les regrets de Mélenchon

Conscient de s’être fait piéger, Jean-Luc Mélenchon assure qu’on ne l’y reprendra plus. « ne plus jamais accepter aucune émission sans garantie sérieuse d’équilibre, quitte à annuler une heure avant ou à quitter un plateau en cours de route », poursuit sur son blog le candidat. « Il tente de retourner ce piège à son avantage en se présentant comme un résistant face au retour des heures sombres. La stratégie est intelligente, mais à mon sens elle n’effacera pas l’effet produit par l’émission d’hier », poursuit Alexis Lévrier.

Refuser les invitations dans l’émission d’Hanouna, ou plus globalement sur les chaînes du groupe Bolloré (C8 et CNews), c’est la stratégie adoptée par plusieurs candidats dont la socialiste Anne Hidalgo. En octobre 2019, c’était LFI qui annonçait boycotter CNews en raison de la présence de Zemmour à l’antenne.

Tous les candidats « piégés » ?

Valérie Pécresse (LR) et Marine Le Pen (RN) ont toutes deux refusé d’être face à Jean-Luc Mélenchon, mais participeront plus tard à « Face à Baba », selon l’animateur.

« En réalité, tous les candidats sont ‘piégés’. En acceptant comme Jean-Luc Mélenchon, ils se retrouvent à faire le jeu de Zemmour en débattant sur ses thèmes de prédilection, et en déclinant, leur refus est répété de nombreuses fois à l’antenne comme pour Valérie Pécresse, ce qui peut nuire à leur image en montrant qu’ils fuient le débat. Au-delà de cette émission, les candidats sont piégés car Zemmour a réussi à ancrer son seul thème de campagne, l’immigration, dans tous les débats politiques. Seul Emmanuel Macron, en se revendiquant président en exercice, peut échapper à ce type de débats », poursuit l’historien. Selon son entourage, le chef de l’État refuserait de participer aux débats en marge du 1er tour de l’élection présidentielle.

Dans la catégorie des pièges on peut aussi citer TF1 où l’objet de l’interview avec Gilles Bouleau consistait de manière malhonnête à dézinguer Zemmour. La même chose sur la Deux avec Ruquier et Salamé, sans parler de France-Info ou et le service public dans son ensemble, où Zemmour ne peut mettre les pieds, alors qu’ils vivent des fonds publics et sont astreints à un équilibre inexistant. Les médias du service public sont notoirement de gauche, voire d’extrême gauche. Pendant des années ils ont occulté l’antisémitisme en France et ont activement participé à l’antisionisme qui est l’antichambres de l’antisémitisme, pour venir par la suite nous donner des leçons d’antiracisme, voire d’islamophobie. Il est vrai que l’antiracisme n’a rien à voir avec l’antisémitisme.

«Les propos de Jean-Luc Mélenchon sur la police ne sont pas dignes d’un candidat à la présidentielle»

Dans l’émission Face à Baba, le candidat de la France insoumise a dénoncé «une police violente […] qui fait ce qu’elle veut quand elle veut». L’avocat Thibault de Montbrial s’indigne du comportement du candidat, qui alimente la haine des policiers déjà en difficulté.

Thibault de Montbrial est conseiller régalien auprès de Patrick Stefanini, le directeur de campagne de Valérie Pécresse et avocat au Barreau de Paris. Président du Centre de réflexion sur la sécurité intérieure. Il a publié Osons l’autorité (L’Observatoire, 2020) et Le Sursaut ou le chaos (Plon, 2015).

FIGAROVOX. – Dans l’émission Face à Baba, Yannick Landurain, major d’une BAC dans le 93 et délégué syndical Unité-SGP-Police faisait face à Jean-Luc Mélenchon pour dénoncer sa proposition de dissoudre la BAC. Quel regard portez-vous sur cet échange ?

Thibault DE MONTBRIAL. – Plutôt que d’échange, je parlerais davantage d’un face-à-face entre un fonctionnaire de police qui s’est montré tout à la fois respectueux, mesuré et nuancé et un politicien vieillissant, méprisant, plein de morgue et sur le fond dans un déni sidérant.

Faut-il réinstaurer la police de proximité pour apaiser les relations entre les policiers et la population, comme le propose La France Insoumise ?

Les propos tenus à ce sujet par Jean-Luc Mélenchon hier soir démontrent sa totale incompétence sur le sujet. Le fait que les policiers soient présents sur un terrain qu’ils connaissent pour apporter de l’aide à la population sur des petites avanies du quotidien est une évidence que personne ne conteste. C’est le rôle des équipages de police secours. Pour autant, des unités plus opérationnelles, plus à même de combattre la délinquance que sont les BAC sont absolument indispensables.

« Faire le boulot à la bonne franquette » face à des voyous qui agressent, face à des individus en rébellion totale contre l’autorité, n’a aucun sens !  – Thibault de Montbrial

Jean-Luc Mélenchon a affirmé hier qu’il faut une police qui «fera le boulot à la bonne franquette». Or, c’est déjà le cas lorsque des citoyens se tournent vers les policiers pour leur demander un renseignement ou de l’aide pour un problème de santé sur la voie publique. Toutefois, «faire le boulot à la bonne franquette» face à des voyous qui agressent, face à des individus en rébellion totale contre l’autorité, n’a aucun sens !

Hier soir, face à un policier plein de sang-froid, Jean-Luc Mélenchon a révélé sa méconnaissance totale et son déni de la réalité du travail des policiers aujourd’hui sur la voie publique dans un nombre important de quartiers en France.

En réalité, la police de proximité est un slogan. Le travail de police de voie publique consiste d’une part en une nécessaire bonne connaissance du terrain et une capacité à porter assistance à la population en cas de difficultés de quelque nature qu’elle soit, et d’autre part en une capacité à répondre face à la délinquance, à la faire cesser, éventuellement à la dissuader, par l’action, l’interpellation et l’assistance aux victimes.

Yannick Landurain l’a très bien expliqué lors de l’émission.

Il faut d’ailleurs rappeler qu’il a été condamné en correctionnelle pour des violences sur des policiers à cause de son comportement honteux lors d’une perquisition chez lui – Thibault de Montbrial

L’échange d’hier soir confirme que Jean-Luc Mélenchon est totalement disqualifié pour parler des questions de sécurité. Il passe une partie importante de sa campagne à dénigrer la police, à l’affubler de faits qui sont faux. Il est incendiaire et entretient auprès d’une partie de la population la haine de la police. Il a déjà lui-même apporté sa part active à la question puisqu’il a été condamné en correctionnelle pour des violences contre les policiers. Jean-Luc Mélenchon est, de l’ensemble des candidats à la présidence de la République, celui qui est le moins qualifié pour parler des questions de sécurité et de la police. Il est devenu un clown triste.

À quoi ressemblerait la police républicaine revendiquée par Jean-Luc Mélenchon s’il est élu ?

Jean-Luc Mélenchon n’a, heureusement, aucune chance d’être élu et le spectacle pathétique qu’il a offert hier soir ne concourt pas à ce que cette calamité se produise. Mais pour vous répondre : le déni des réalités, son attitude haineuse et l’absence de maîtrise de soi fait que l’élection de Jean-Luc Mélenchon ferait courir à la démocratie française un risque insupportable, car on frémit à l’idée de l’imaginer prendre des décisions sous la pression.

«Ceux qui se sont couverts d’opprobre et ont ridiculisé l’institution par des comportements racistes seront expulsés de la police nationale» a affirmé Jean-Luc Mélenchon à propos de l’assassinat de Cédric Chouviat. Êtes-vous choqués par ses propos ?

Étant l’avocat de deux des quatre policiers concernés, je ne commenterai pas sur le fond. Jean-Luc Mélenchon évoque des éléments qu’il ne connaît pas puisqu’ils sont couverts par le secret de l’instruction. Les révélations dans la presse cette semaine à propos de ce dossier sont partielles et orientées, et en plus Jean-Luc Mélenchon les dénature ! Ce que dit Mélenchon sur ce sujet comme sur les autres questions de sécurité est malheureusement du grand n’importe quoi.

L’aversion de Jean-Luc Mélenchon pour la police est-elle digne d’un candidat à l’élection présidentielle ? Est-ce électoraliste comme l’affirmait Linda Kebbab ce 28 janvier sur BFMTV ?

Électoraliste ou pas, c’est en tout cas à mon sens pathétique et très inquiétant. L’aversion de Jean-Luc Mélenchon pour la police tient du pathologique. Ses incitations à la haine envers les policiers sont préoccupantes. Il faut d’ailleurs rappeler qu’il a été condamné en correctionnelle pour des violences sur des policiers à cause de son comportement honteux lors d’une perquisition chez lui.

Outre l’irresponsabilité de son propos sur la forme et sur le fond, Jean-Luc Mélenchon a montré hier soir un visage physiquement déformé par la haine et une absence totale de maîtrise de ses nerfs, ce qui est inquiétant pour un candidat à l’élection présidentielle. Il est manifestement très fatigué. Quoi qu’il en soit, son comportement d’hier soir face à ce policier conduit à s’interroger sur son aptitude personnelle à la fonction de président de la République.

JFORUM – LE FIGARO – BFM

 

10 Commentaires

  1. Ce qui me bluffe c’est d’entendre et de lire que Mélanchon a la stature d’un homme d’état. Même Z lui accorde d’être une valeur sûre en tant que personnalité politique. On peut donc être nul sans être jamais tout nu !
    Heureusement que je ne suis pas rancunier car je ne suis pas aidé par la nature.

  2. Un bulldog au caractère grossier et au visage tuméfié par sa vulgarité habituelle. Non,ne me dites pas que c’est cette chose qui voudrait conduire la France? Juste bon pour nettoyer les toilettes.

  3. J’ai bien des divergences historiques avec Mr Zemmour sur le passé, mais au présent, il me semble bien être le seul capable de tenir tête au candidat sortant et de l’évincer lors de l’ultime débat et surtout le seul à motiver les abstentionnistes de venir voter.
    Il reste simplement aux droites de ce pays à avoir l’intelligence de n’en faire qu’une…

  4. Ordurier et incapable d’écouter un Zemmour calme et brillant …….Melanchon égal à lui même : un ennemi de la France et un collabo .
    Ce type me dégoute .

  5. Mélenchon a atteint le sommet et l’excellence, il a brillé dans sa forte capacité de déni de la réalité.
    Sa bêtise, son arrogance mais surtout le son dogmatisme tellement profond me fait penser qu’il est encore plus intégriste que les islamistes, ce qu’une majorité de Français on en compris le danger.
    Enfin, islamisme nazisme ou communisme : c’est un peu la même chose.
    Quand à l’émission c’etait tout sauf un débat.
    Bravo Mr Zemmour qui incarne en toute simplicité cette France méprisée par cette grave dérive des organes politiques qui n’ont plus rien à défendre d’autre que leur poste et à se taper sur la bodenne et se laisser diriger par les diktats d´eurabia.

  6. Il n’y pas véritablement de piège. Hanouna avait en temps réel la courbe d’audience qui cartonnait, et a donc fait durer le débat car il savait que, une fois Zemmour parti, l’audience retomberait lourdement. Ce qui a été le cas.

    Mélenchon a été odieux (notamment avec Zemmour et avec le policier de la BAC), suffisant, vulgaire, méprisant, dédaigneux et arrogant, le tout applaudi par ses soutiens qui ont des cacahuètes au cerveau. Nullissime, avec des propositions sur la police idiotes. Il sait qu’il a raté sa prestation, que Zemmour a été bien meilleur, il sait surtout qu’il a perdu de son aura et que cela va lui couter des points dans les sondages. Tant mieux.

    Zemmour a été égal à lui même. Calme, direct, didactique et constant dans ses positions. Qu’on l’aime ou pas, il faut reconnaître qu’il a pris de l’épaisseur et peut créer une surprise au 1er tour.

    Finalement, cette émission est un show sur une base politique à destination des téléspectateurs qui suivent Hanouna, plutôt des jeunes entre 15 et 25 ans qui sont plus attirés par la castagne que par la réflexion. Pas sûr que la politique en sorte grandie. Pas sûr non plus que Le Pen, Pécresse et Hidalgo maintiennent leur participation à cette émission. Wait and see.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.