Les intérêts israéliens et arabes «  ont commencé à fusionner  »

Dore Gold, ancien directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères, parle au JC de l’accord de paix avec les Émirats arabes unis et des relations au Moyen-Orient

Doré Gold
Dore Gold (Image: Centre des affaires publiques de Jérusalem)

Le Dr Dore Gold, ancien directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères, conseiller aux affaires étrangères de deux premiers ministres et ancien ambassadeur d’Israël auprès des Nations Unies, a dû être l’une des rares personnes dans le pays à ne pas être surpris de la nouvelle d’un éventuel accord avec les Émirats arabes unis.

Après tout, le Dr Gold, né aux États-Unis, a ouvert un petit bureau économique aux Émirats arabes unis en 2015 et, en tant qu’observateur compétent et expert des relations entre Israël et les États arabes, il est mieux placé que la plupart pour juger du rythme de la sensibilisation du monde arabe à la question des relations avec Israël.

Dans une large conversation avec le Jewish Chronicle cette semaine, le Dr Gold, président du Centre des affaires publiques de Jérusalem, a déclaré qu’il y avait d’autres pays arabes qui se rangeaient discrètement derrière les Émirats arabes unis – notamment Oman, Bahreïn, le Soudan, le Maroc et le Qatar. – et c’est un phénomène motivé non seulement par la peur et la méfiance à l’égard de l’Iran, l’ennemi régional reconnu, mais aussi par l’inquiétude face aux machinations de la Turquie. Le président Erdogan, estime le Dr Gold, «essaie de faire revivre le statut de la Turquie en revenant à l’Empire ottoman».

Au cours de sa longue carrière diplomatique, le Dr Gold a constaté de nombreuses anomalies dans les relations entre Israël et le monde arabe. Dès 1996, dit-il, lorsqu’il est arrivé au gouvernement en tant que conseiller en politique étrangère du Premier ministre Netanyahu, «j’ai visité un certain nombre de pays, dont le Qatar et Oman, où nous avions des bureaux économiques. Ce n’étaient pas des ambassades, mais nous avons cherché à étendre la nature de la représentation que nous avions dans ces pays.

«Je me souviens avoir parlé à un ministre des Affaires étrangères au Qatar et lui avoir dit, serait-ce si mauvais que nous délivrions des visas aux citoyens qataris qui souhaitent visiter Israël? Parce qu’une fois que vous délivrez des visas, vous ne vous engagez pas seulement dans un travail économique, vous vous engagez également dans un travail diplomatique et politique. Il a dit oui. Je ne sais pas combien de temps cela a duré. Mais c’était un effort que nous avons fait pour prendre tout ce que nous avions et en tirer parti.

Président des Emirats Arabes Unis, Sheikh Al Nahyan
Le président des Émirats arabes unis, Sheikh Al Nahyan (Image: Getty Images)

 

Dès 1996, le Dr Gold s’est rendu à Paris pour une réunion avec un haut diplomate saoudien. «Israël a été très optimiste dans sa politique étrangère, essayant d’amener plus de contacts», a-t-il dit.

Pendant ce temps, aux Nations Unies, où le Dr Gold a été ambassadeur d’Israël entre 1997 et 1999, «tant de relations ironiques ont émergé. Je me souviens avoir reçu un message, donné par un chauffeur, pour rencontrer le ministre des Affaires étrangères d’un pays arabe, avec lequel nous n’avions pas de relations diplomatiques, dans l’un des plus beaux hôtels de Manhattan.

Quelques jours plus tard, le Dr Gold avait une «conversation très amicale» avec l’ambassadeur égyptien à l’ONU. «Il était aux côtés de l’ambassadeur de ce même pays arabe. Le ministre des Affaires étrangères m’avait invité dans sa suite. Son ambassadeur a tourné la tête et a détourné le regard.

Dans un autre incident à l’ONU, «il y avait un pays africain à majorité musulmane, dont l’ambassadeur était à la tête du comité pour les droits inaliénables des Palestiniens. Il s’adressait à l’Assemblée générale. Il a terminé ce discours de feu et de soufre et j’étais assis au bureau d’Israël. Il est descendu jusqu’au plénum et est venu directement vers moi. Plutôt grognon, il a dit: «Dore, peut-être pourriez-vous m’emmener déjeuner dans l’un de vos restaurants casher?» Le Dr Gold s’exécuta. Aujourd’hui, dit-il, Israël et le pays entretiennent des relations diplomatiques complètes.

«Le fait est que les pays sont motivés par une compréhension approfondie de leurs intérêts. Si leurs intérêts les amènent à des liens plus étroits avec Israël, ils les poursuivront. D’abord peut-être de manière cachée, mais ensuite de manière ouverte ».

En théorie, aujourd’hui, dit le Dr Gold, Israël peut parler à presque tous les pays arabes. Tout de même, dit-il, «ne retenez pas votre souffle» en attendant qu’un grand nombre d’autres pays se retrouvent derrière les Émirats arabes unis et rendent publiques leurs relations avec Israël.

Une méfiance mutuelle à l’égard de l’Iran n’est pas la seule chose qui préoccupe les Etats arabes, dit-il. «Regardez l’Égypte, où nous sommes en pleine paix. Cela illustre les problèmes au Moyen-Orient aujourd’hui; car outre l’Iran, ils rencontrent des difficultés avec le monde sunnite radical. Lorsque l’Occident menait la guerre dans l’ouest de l’Irak et le sud de la Syrie, contre les radicaux sunnites, bien qu’il semblait avoir vaincu ces affiliés d’al-Qaïda, ils ont transféré la guerre dans le Sinaï égyptien. Et ils ont apporté à l’armée égyptienne une période de confrontation très difficile. Et même le président Sissi a admis qu’Israël avait été d’une grande aide dans cette lutte. Ce serait typiquement le genre d’histoire qu’Israël ne divulguerait jamais, jamais – mais Sissi l’a révélée.

Le Dr Gold dit que cela montre que «si vous êtes assis au Caire, votre principale préoccupation concerne les extrémistes sunnites du Sinaï (ou la Libye). Si vous êtes dans les pays du Golfe, votre principale préoccupation est l’Iran ».

Du plus grand acteur de la région, l’Arabie saoudite, dit le Dr Gold, «le jury est toujours absent». Il dit avoir eu un certain nombre de réunions avec le chef d’un groupe de réflexion de Djeddah, le général Anwar Eshki, à Rome, New Delhi, et qui ont abouti à une longue session devant le Council on Foreign Relations à Washington DC en 2015 (photo ci-dessus). «Nous avons eu une présentation commune saoudo-israélienne en public dans laquelle nous avons sévèrement condamné les négociations du président Obama avec l’Iran. Le général Eshki, qui avait une formation dans le renseignement militaire saoudien, a été autorisé à tenir au moins neuf ou 10 réunions avec le Dr Gold.

Il connaît bien certaines des dures leçons de la realpolitik dans la région. Parlant d’un éventuel suivi des Emirats Arabes Unis, d’un accord avec le Soudan, le Dr Gold a déclaré : «nous étions extrêmement conscients du fait que l’ancien président était recherché par la Cour pénale internationale pour génocide au Darfour.

Des drapeaux israéliens et émiratis flottent à Netanya après l'accord avec les EAU
Des drapeaux israélien et émirati arborent Netanya après l’accord avec les Émirats arabes unis (Image: Getty Images)

 

«J’étais directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères et j’ai eu des réunions en Europe avec des hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères [européen] et je me suis demandé, que faisons-nous? Nous voulons atteindre le Soudan, mais l’homme est recherché pour génocide et nous, Israël, survivants de la Shoah, ne pouvons pas prendre cela à la légère. Et je me souviens que l’un des fonctionnaires, du plus haut niveau des pays européens, a dit, « eh bien, Dore, nous ne pouvons pas toujours avoir autant de principes ». C’était tellement gluant (glauque). Il faut trouver une réponse qui ne brûle pas les ponts, mais qui est impossible à accepter.

«Israël veut élargir la portée de ses traités de paix, mais d’un autre côté, vous avez certains principes. Vous n’allez pas être très apprécié dans les éditoriaux des journaux occidentaux, et alors? Si vous renoncez à ces principes, que devenez-vous? »

Parmi ses voisins immédiats, le Dr Gold estime qu’Israël «relèverait certainement le gant» pour offrir une assistance économique au Liban, tout en avertissant qu’il «n’est pas un pays indépendant. C’est devenu une extension de l’Iran à travers le Hezbollah ». Un tel point doit être évoqué à plusieurs reprises lors de discussions avec les pays européens, déclare le Dr Gold.

Il n’offre pas beaucoup de sympathie pour la suggestion selon laquelle les États arabes, en cherchant à se rapprocher d’Israël, auraient jeté les Palestiniens aux pertes et profits (sous un bus). «Je pense que les Palestiniens se sont disqualifiés (jetés sous un bus) et ont brûlé les ponts avec de nombreux alliés arabes.

«En 2015, alors que j’étais directeur général du ministère des Affaires étrangères, j’ai conduit une équipe dans un pays arabe pour un dialogue avec mon homologue. Lui, que j’appellerai Mohammed, a dit, voulez-vous lire [les points -qui vous amènent à cette rencontre]? J’ai dit, pourquoi pas? Et j’ai commencé à les lire, j’avais 13 points principaux à exposer. Je suis arrivé vers le cinquième et je l’ai regardé, et il avait un ricanement sur le visage. J’ai dit, ai-je fait quelque chose pour vous offenser? Il a dit, non, c’est juste que les points que vous soulignez sont identiques aux miens ».

Pour le Dr Gold, cela souligne le fait que «nos intérêts vitaux et ceux du monde arabe ont commencé à fusionner (se fondre) réellement. Et cela constitue une excellente opportunité pour des percées spectaculaires. Je suis optimiste quant à ce qui peut être fait ».

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

  1. Depuis 48 les pays arabes étaient sourds et aveugles .
    Leur fanatisme les avait rendu allergique à l’énoncé du mot  » Israël  » .
    Aujourd’hui certains pays arabes ont accepté de voir la réalité en face .
    On leur a menti sur tout concernant les palestiniens .
    Ces derniers ont fini par lasser leurs plus fervents soutiens .
    Ils ont coûté des milliards de dollars utilisés pour engraisser leurs chefs : des terroristes responsables des crimes les plus abominables .
    Aujourd’hui beaucoup de pays arabes commencent à reprendre leurs esprits et crier à la face du monde :

    BASTA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.