Les réfugiés palestiniens symbolisent l’inhospitalité arabe

11
2819

Les réfugiés palestiniens symbolisent l’inhospitalité arabe au proche Orient

Le magasine le Point a publié un article le 6 septembre 2018 intitulé « Israël Palestine : on ne peut résoudre un conflit en excluant 5 millions de personnes ». Le Commissaire général de l’UNRWA, Pierre Krähenbühl, livre son sentiment concernant l’annonce américaine visant à supprimer le financement de l’institution. Il tente d’expliquer que « la question des réfugiés ne peut être occultée dans la résolution du conflit » mais se méprend sur les causes réelles du problème : ce que l’on appelle « les réfugiés palestiniens » symbolisent l’inhospitalité arabe au Proche Orient, à l’égard des personnes qui ont quitté la Palestine en 1948.

La première question porte sur la décision américaine de couper des fonds de l’Unrwa. Pierre Krähenbühl indique que la position américaine était, antérieurement, marquée par la générosité, l’engagement et les convictions pendant des décennies. Or, elle est passée de 364 millions de dollars, en 2017, à 60 en début d’année, soit une différence de 300 millions de dollars. Aussi, laisse t il entendre que les américains ont cessé d’être généreux (sic). il fournit ensuite des informations sur l’état des finances de l’Unrwa : le déficit anticipé, en début d’année 2018, était de 146 millions, mais devrait, en conséquence, se monter à 446 millions. Pierre Krähenbühl annonce alors avoir trouve138 millions de dollars pour ouvrir les écoles, pour les 500 000 élèves et salue également la décision jordanienne d’organiser une conférence de soutien à l’Unrwa, le 27 septembre 2018… On nage en plein délire.

Le véritable problème de ce qu’on l’on appelle « les réfugiés palestiniens » tient exclusivement au refus des pays arabes de les intégrer dans leur population. A titre de comparaison, c’est un peu comme si les palestiniens en Europe, était regroupés dans des camps gérés par l’Unrwa, ou que, plus généralement, l’ensemble des réfugiés qui affluent par bateau en Europe, était parqué dans des baraquements …pour l’éternité. Si ces personnes étaient intégrés dans les pays du Proche Orient, (où ils vivent depuis 70 ans), qu’ils avaient le droit de travailler, de s’inscrire dans les écoles, et de posséder des titres de séjour leur confèrent une égalité de droit, (comme cela se fait dans les pays occidentaux) il n’y aurait par besoin des subsides américains. Les Etats-Unis (ou la communauté internationale) n’ont donc pas à palier l’inhospitalité des pays arabes à leur égard. (S’agissant, de la Bande de gaza ou de la Cisjordanie, les « camps de réfugiés » sont d’une parfaite absurdité puisque les palestiniens sont réfugiés… chez eux, puisqu’il s’agit de territoires contrôlés par les palestiniens (sic). Les palestiniens réclament autonomie, sans le vouloir).

La question suivante porte sur les conséquences de la décision américaine sur le système scolaire et les pays chargés de palier à la carence américaine. On y apprend que les pays du Golfe, Qatar, Emirats Arabes Unis et Arabie Saoudite, versent chacun 50 millions de dollars mais que les réfugiés peuvent également compter sur le Japon, l’Inde, la Turquie (qui ont augmenté les dotations), ou encore le Canada et plusieurs pays européens comme l’Allemagne, le Royaume Uni, la Suède, la Norvège…et la France. (Les contribuables européens seront encore à contribution cette année).

A ensuite été posée la question des conséquences de la décision des Etats Unis sur le terrain. Grand moment d’émotion. Les réfugiés palestiniens de Gaza manque(raie)nt d’aide alimentaire, d’écoles, de cliniques, et de soutien psychologiques, à la suite des opérations israéliennes menées ces dernières années (sic). L’Unrwa a été contrainte de se séparer de 116 personnes sur les ….12 500 employées dans l’enclave (sic). En d’autres termes,  les palestiniens peuvent vivre leur rêve d’indépendance à Gaza, mais ne peuvent l’être à cause des américains. Rappelons également qu’ils doivent se remettre psychologiquement des ripostes israéliennes, à la suite des tentatives d’assassinat de juifs. Le délire se poursuit.

Le Point s’inquiète ensuite de savoir s’il n’existe pas un « risque de radicalisation des réfugiés » (sic). Autrement dit, les réfugiés palestiniens risquent de recommencer leurs attentats anti-juifs, si les américains ne remettent pas la main au portefeuille (sic). Pierre Krähenbühl essaye, une nouvelle fois, d’émouvoir le lecteur : « les réfugiés souffrent d’un manque d’horizon », « d’une absence de dynamique dans les négociations de paix », « d’une absence d’emploi », « d’une démoralisation générale à la suite de l’annonce des coupes budgétaires » et « du transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem », à l’origine « d’angoisses et d’anxiété » (sic). Il rapporte, alors, les propos du Roi Abdallah II de Jordanie pour qui l’absence de scolarisation de 122 000 réfugiés palestiniens est « une question nationale puisque les écoles sont leur source de préservation d’un espoir » (sic). Or, faute de cette prise de conscience internationale, la frustration des palestiniens pourrait entraîner des réactions violentes (il s’agit ni plus ni moins d’un chantage, sinon d’un racket).

S’agissant des motifs de la décision américaine de supprimer l’aide, le responsable de l’Unrwa explique qu’il n’y a pas de corruption dans l’institution, ni d’un manque d’efficience et de discipline budgétaire (sic) puisque la gestion est parfaitement transparente (sic).

Pour ce qu’il en est de la « transmission du statut de réfugiés de générations en génération », Pierre Krähenbühl tente d’expliquer que c’est bien la règle internationale, comme le prévoit le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR). Il cite alors le cas des Afghans. C’est bien évidemment faux. Dans les pays occidentaux, le statut de réfugiés est limité dans le temps. Dès que les personnes sont reconnus comme tels, elles bénéficient d’un titre de séjour, et des même droit que les ressortissants des pays qui les accueillent. Si les pays arabes du Proche Orient faisaient preuve d’un véritable hospitalité, les palestiniens pourraient travailler, recevoir les aides nationales, et, éventuellement, de prendre la nationalité du pays. A cette inhospitalité arabe, l’Unrwa cultive une sorte de responsabilité occidentale dans leur soi-disant détresse, à l’origine de leur obligation de mettre au pot.

Lorsque le Point rappelle la position américaine selon laquelle, l’Unrwa est une partie du problème, et non de la solution du conflit, Pierre Krähenbühl explique que son action est un acte humanitaire (sic) « pour soutenir une communauté en pleine conformité avec un consensus international exprimé par l’Assemblée générale des Nations unies » (sic). Se contredisant, il explique que si les palestiniens disposaient d’un Etat indépendant, il remettrait à l’Autorité Palestinienne, ses outils de fonctionnement. Hé bien qu’il le fasse. Les palestiniens disposent d’une autonomie à Gaza et dans les zone A et B de Cisjordanie (40 % du territoire).

Pierre Krähenbühl ensuite que les réfugiés sont les « personnes dont le lieu normal de résidence était la Palestine durant la période allant du 1er juin 1946 au 15 mai 1948, et qui a perdu sa maison et ses moyens de subsistance après le conflit de 1948 ». (Il ne s’agit donc pas des trois générations suivantes de palestiniens que les pays arabes du Proche Orient discriminent). S’agissant de la possible remise en cause du statut de réfugié par l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, le responsable de l’Unrwa indique que cette décision est également une source « d’inquiétude et d’anxiété pour les réfugiés » et qu’il se voit mal expliquer aux élèves : « Écoutez, nous avons échoué à trouver le reste de l’argent » (sic). Il s’emmêle finalement les pinceaux en avançant « que toute cette région souffre depuis maintenant des décennies de l’absence de résolution de certains des conflits les plus durs, qui laissent beaucoup de souffrances et d’humiliations » (sic)… La cause du problème étant occultée, les solutions qu’il y apporte sont inadaptées.

Trump arrive donc à point nommé pour arrêter cette comédie que l’on appelle « réfugiés palestiniens ». Le problème est en réalité triple  : les pays arabes du Proche Orient doivent les intégrer dans leur populations, l’occident doit cesser de cultiver une mauvaise conscience insensée, et les palestiniens doivent montrer s’ils constituent un peuple en mesure de s’autodéterminer, financièrement, idéologiquement, philosophiquement, matériellement…et cesser de vivre sous tutelle de la communauté internationale.

 CHANA 5779 TOVA

Maître Bertrand Ramas-Muhlbach

11 COMMENTS

  1. Je suis de ceux qui ne croient pas à la Paix entre Israël et ces Arabes dits Palestiniens, pour la simple et bonne raison que les Occidentaux ont entretenus ces réfugiés, ou du moins leurs leaders, dans un état de dépendance financière.
    Une indépendance de la “Palestine”, peu importe sa forme et les concessions assorties, implique à moyen terme, l’arrêt et/ou la diminution drastiques des subsides. Or les petites industries sont trop peu nombreuses et les Arabes sont de bons commerçants et malheureusement cela s’arrête là ..
    Cela fait des décennies que des milliards sont donné à ces Arabes sans qu’aucune infrastructure se soit développée, à part quelques quelques rues goudronnées qui servent de faire-valoir aux journalistes pro-palestiniens.
    Par ailleurs, un problème de taille se pose .. La transformation démocratique en parti politique, de ces clans rivaux qui possèdent chacun leur police armée !

  2. 700 000 palestiniens en Israël se sont transformés en presque 6 millions !! et ceux des pays arabes , n’en parlons pas !!!
    C’est très simple : ceux qui sont nés en ISRAEL avant 1948 sont israéliens , les autres sont des résidents étrangers !

  3. Les pays arabes ne veulent pas des palestiniens d’ISRAEL , parce qu’ils ne voudraient pas que les attentats et le chaos s’arrêtent en ISRAEL !!

  4. Vous oubliez de dire le principal, …

    C’est la “Ligue Arabe” qui en 1950, réunie au Caire, qui s’oppose et interdit à tous les pays arabo musulmans d’accueillir des réfugiés en provenance d’Israël.

    C’est l’ONU qui en 1948, crée l’UNRWA qui au lieu d’aider ces populations à se fondre parmi d’autres populations, va les sanctuariser. Ad vitam æternam.

    C’est l’Europe et le Parlement Européen Islamo Gauchiste qui à partir de 1973 va financer à coups de centaines de millions d’Euros, le maintien de ces populations en tant que réfugiés.

    Actuellement l’UNRWA comptabilise environ 5,5 Millions de réfugiés. Suivant des critères bien particuliers. Mais si nous prenons en compte les critères internationaux établis par l’ONU pour le monde entier (sauf ceux de l’UNRWA). Le chiffre réel de réfugiés venant de Palestine, s’élève à 20 000.

    Il y a déjà 4 mois, le Sénat Américain a révélé un autre comptage, qui celui-ci fait ressortir à peine 40 000 réfugiés arabo Palestiniens.

    Entre 20 000, 40 000 et 5,5 Millions, il faudrait déjà se mettre d’accord sur le nombre réel de réfugiés.

  5. Si en 1948 les pays arabes n’avaient pas tenté de jeter les juifs à la mer en lançant les hostilités, la population arabe de la Palestine mandataire n’aurait pas bougé et le partage décidé par l’ONU aurait fonctionné.
    Mais les pays arabes ont perdu la guerre et ont laissé tomber leur frères qui habitaient en Palestine et tous ceux à qui ils avaient vivement conseillé de quitter leurs domiciles et d’y revenir après leur victoire…Ils se sont lavé les mains en désignant les responsables: les juifs. Les dindons de la farce ont été ces pauvres palestiniens lâchés par leurs frères qui ont refusé de les intégrer dans leurs pays respectifs. Pourquoi leurs descendants aujourd’hui ne réclament pas le droit de réparation par leurs frères qui les ont trahis. Pourquoi demander à Israël d’intégrer ces populations en errance chez qui on maintient un droit au retour irréalisable alors que c’est un droit à l’intégration chez leurs frères qui serait logique et souhaitable pour eux. Ce qui a été possible pour les juifs, chassés des pays arabes et s’intégrant parfaitement en Europe et en Amérique, devrait l’être beaucoup plus facilement pour des musulmans demandant l’intégration chez leurs voisins également musulmans.

  6. Avec ces camps de la honte ils ont installé la haine et le refus d’accepter un état Juif .

    C’est cet argent qui entretenait la pire des escroqueries de l’Histoire .

    Les arabes sont devenus des usines à fabriquer des ” réfugiés palestiniens ” .

    Ceux qui vivent en Israël sont les plus heureux et n’iront jamais vivre dans un pays arabe où ils seront rejetés et considérés comme citoyen de seconde zone .

    Israël ce petit pays n’a cessé de recevoir les Juifs du monde entier sans se plaindre malgré les blessures indélébiles de l’Histoire : Un exemple que personne ne veut voir .

  7. Quelque soit la pertinence de vos arguments, vous ne pourrez convaincre quiconque ne veut ni ne peut entendre raison.
    L antisémitisme chronique qui gangrène la pensée occidentale, et en general celle d une immense majorité des “analystes”, journaleux et autre donneurs de leçons, ne permettra jamais d avoir un échange productif, objectif, raisonné.
    Ne perdons pas notre temps, alors que nous sommes véritablement confrontés à une guerre totale que nous ont toujours mené, nous mènent et nous mèneront nos nombreux ennemis, qui n auront jama is de cesse de viser à notre disparition.
    Renvoyons les sans cesse et sans réserve aucune a leur immense responsabilite pour les pires crimes perpetres par Chretiens et Musulmans reunis, qui depuis 2000 ans sont la Plaie majeure de l’humanité. Ces deux croyances sont conjointement Responsables des pires massacres du Peuple de la Bible et totalement disqualifiés pour donner moindre avis, le moindre commentaire sur ce sujet.
    Avant d entrer dans tout discussion avec ces gens là, et puisqu il s agit d’ Histoire avant tout, l Histoire ne pouvant être sélective, rappelons leur sans cesse cette tare indélébile. Ils sont “out” de la Morale, disqualifiés et inaptes au dialogue.

    • Bravo Kakou, vous mettez le doigt dans le mille !
      Nous ne sommes pas dupes : ceux qui entretiennent à plaisir l’agressivité, la rancune et les illusions de ces faux “réfugiés” en les arrosant de fric ne cherchent qu’à perpétuer la haine sous couvert de pseudo “générosité”.

    • très juste ! l’ONU aussi sait tout cela : elle connaît très bien sa Charte qui lui interdit de créer un ETAT dans l’ETAT souverain d’Israël !! l’ONU est hypocrite , elle fait croire aux arabes qu’ils possèderont Israël un jour , elle sait très bien qu’il n’en sera rien !!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.