États-Unis-Israël : Biden et Bennett cherchent un terrain d’entente sur l’Iran

Le président américain, Joe Biden, et le Premier ministre, Naftali Bennett, se sont efforcés vendredi de trouver des terrains d’entente au sujet de l’Iran lors de leur première rencontre à la Maison blanche, perturbée par le choc lié à l’attentat suicide commis jeudi à Kaboul.

Joe Biden devait recevoir le Premier ministre israélien jeudi. Mais l’entretien a été reporté après l’attentat revendiqué par le groupe État islamique à Kaboul, qui a fait au moins 85 morts, parmi lesquels 13 militaires américains. « La mission là-bas […] est dangereuse et elle s’accompagne désormais de pertes importantes au sein du personnel américain, mais c’est une noble mission […]. Nous allons mener à bien la mission », a déclaré Joe Biden aux journalistes après son entretien en face à face avec Naftali Bennett, vendredi 27 août.

« Priorité à la diplomatie »

L’objectif de cette prise de contact était notamment d’établir les bases d’un nouveau dialogue entre les États-Unis et Israël, au moins sur la forme, alors que le prédécesseur de Naftali Bennett, Benjamin Netanyahu, proche de l’ancien président américain Donald Trump, a entretenu des relations notoirement tendues avec la précédente administration démocrate de Barack Obama, dont Joe Biden était vice-président.

L’un des principaux points de friction entre les États-Unis d’Obama et de Biden et Israël porte sur le programme nucléaire de l’Iran. Donald Trump a retiré Washington de l’accord international conclu par son prédécesseur en 2015. Mais depuis son arrivée à la Maison blanche en janvier, Joe Biden a entrepris, en vain jusqu’à présent, d’y réintégrer les États-Unis ainsi que l’Iran, qui s’en est aussi progressivement affranchi.

Le sujet a été brièvement abordé devant la presse avant que les journalistes ne soient priés de quitter le salon où se déroulait l’entretien. Joe Biden a déclaré que les deux hommes discutaient de « la menace émanant de l’Iran et de leur engagement à garantir que l’Iran ne développe jamais d’arme nucléaire ». « Nous donnons la priorité à la diplomatie et nous verrons où cela nous mène. Mais si la diplomatie échoue, nous sommes prêts à nous tourner vers d’autres options », a ajouté le chef d’État américain, sans plus de précisions.

Naftali Bennett a, pour sa part, déclaré aux journalistes qu’il était d’accord avec Joe Biden sur le fait que d’autres options existaient en cas d’échec des négociations indirectes entre les États-Unis et l’Iran. Mais lui aussi s’est abstenu de préciser lesquelles. Le dirigeant israélien, qui a mis fin en juin à douze années de pouvoir ininterrompu de Benjamin Netanyahu, devait au cours de l’entretien exhorter Joe Biden à durcir sa position à l’égard de l’Iran et à se retirer des négociations destinées à relancer l’accord de 2015.

Naftali Bennett est aussi venu à Washington, pour assoir sa légitimité qui reste toujours très contestée en Israël. « Naftali Bennett dirige le gouvernement le plus divers de l’histoire d’Israël », a-t-il dit, précisant « nous prenons en compte les conseils que vous nous avez donnés concernant l’injection de la troisième dose de vaccin contre le coronavirus et nous commencerons en septembre ».

Joe Biden a également abordé la question sécuritaire déclarant qu’il « soutiendrait pleinement le réapprovisionnement du Dôme de fer anti-missile en Israël ».

Naftali Bennett a tout d’abord présenté ses condoléances au président après l’attentat-suicide de Kaboul jeudi qui a fait plus de 100 morts dont 13 soldats américains.

Il a ensuite remercié le président pour le soutien indéfectible des Etats-Unis envers Israël: « vous nous avez toujours défendus, surtout dans les moments difficiles », a déclaré Naftali Bennett, « Israël sait que nous n’avons pas de meilleur allié dans le monde que les Etats-Unis d’Amérique. »

« Les terroristes aux frontières d’Israël veulent nous tuer et anéantir l’État juif. C’est pourquoi Israël doit toujours être plus fort que tous ses ennemis réunis », a-t-il dit.

Concernant l’Iran, Naftali Bennett a déclaré qu’il s’agit du « premier exportateur mondial de terrorisme, d’instabilité et de violations des droits humains. Et pendant que nous sommes assis ici en ce moment, les Iraniens font tourner leurs centrifugeuses… Nous devons les arrêter ».

N. Bennett a toutefois assuré à Joe Biden qu’il ne demandera jamais aux Etats-Unis d’envoyer des troupes pour défendre Israël. « C’est notre travail. Nous n’externaliserons jamais la sécurité de notre pays », a-t-il conclu.

JForum Avec Reuters

1 COMMENTAIRE

  1. Résumons une fois de plus la situation.
    L’ordure Obama voulait quitter l’Afghanistan, mais il n’a pas eu le courage de le faire.
    Le crapuleux Obama voulait que l’Iran soit la puissance hégémonique au Moyen Orient.
    L’odieux Obama voulait « jeter Israël sous l’autobus ».
    L’infect Obama a tout fait pour imposer la « solution à deux Etats » pour assassiner Israël.
    Après le coup d’Etat réussi contre TRUMP, ces « paramètres » sont toujours sur la table, ils ont tout simplement été confiés à Joe la marionnette ventriloque pour leur mise en oeuvre.
    Barak Obiden a quitté l’Afghanistan et a provoqué un désastre indigne de l’hyper puissance.
    Joe le sénile ne changera pas sa stratégie : il veut à tout prix obtenir une capitulation sans conditions des Etats-Unis face à l’Iran, et il continue à supplier les enturbannés pour qu’ils daignent reprendre les « négociations » dont ils ne veulent pas.
    Joe le pantin laisse l’Iran avancer à grands pas vers sa bombe nucléaire, et le laisse accélérer ses travaux en ne faisant rien pour le freiner, jusqu’à ce qu’il atteigne un point de non retour qui est l’objectif réel de ces « négociations » qui ne servent à rien.
    Joe le gâteux va mettre sur la table la « solution à deux Etats » et va demander des concessions dramatiques en vue de cette réalisation.
    Lorsque nous voyons Bennett le traître se vanter d’avoir réussi son entretien avec Joe le grabataire et d’avoir lié une relation avec lui, relève d’une inconscience inquiétante.
    Après la claque monumentale reçue par Joe la momie ressuscitée en Afghanistan, on le voit mal prendre de nouveaux risques avec l’Iran qui est bien plus dangereux.
    Les pressions contre la coalition des traîtres et des branquignols vont s’accentuer de plus en plus, et nous voyons mal les pieds nickelés résister ou refuser le diktat de Joe le pantin.
    Il faut d’urgence, sortir de ces pièges à cons et se rapprocher des pays de l’Accord d’Abraham pour former un front uni et régler son compte à l’Iran.
    Bien sûr, si c’est Bibi qui s’occupe de ces problèmes, les choses se passeront mieux……

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.