fbpx
Accueil International Les mollahs ne génèrent que le crime et la misère.

Les mollahs ne génèrent que le crime et la misère.

872 vues
1

De l’Afghanistan au Yémen, en passant par l’Iran et l’Irak, en regardant ce que font les supplétifs le Hezbollah au Liban, le Hamas à Gaza, El-Assad en Syrie, le régime des mollahs n’a amené que la misère, le crime, le malheur et la souffrance.

L’Occident aveugle ou feignant de l’être laisse ces criminels agir sans réagir, et dans le cadre d’une politique munichoise cherche le compromis, qui n’est qu’une criminelle compromission.

Tous ces peuples qui ont cru en la charia comme solution à leur souffrance ont récolté la souffrance et le malheur. Les talibans assassinent à tour de bras en Afghanistan – 22 prisonniers afghans brutalement assassinés par les talibans hier sans aucune forme de procès -. Les meurtres et les assassinats partout dans les pays cités sont monnaie courante.

Le monde dans son indignité n’a d’yeux que pour Israël, pour lui lier les mains et lui interdire de se défendre contre ces barbares. La civilisation n’est plus fondée sur la morale, ou l’éthique, mais sur une perverse hypocrisie. C’est dans ce contexte que se déroulent les négociations avec l’Iran, pays assumant totalement sa mission génocidaire à l’égard d’Israël. Le retrait de l’Afghanistan, qui marque la défaite de la coalition occidentale, laisse ce pays entre les mains des talibans bourreaux de la charia. Tandis qu’El-Assad reste libre d’écraser son peuple, que le Hezbollah est un interlocuteur au Liban lui-même meurtrie pour avoir vendu son âme aux mollahs, alors que l’Europe aide le Hamas à Gaza, et que la compromission est généralisée.

A contrario Biden sans scrupule, ose dicter sa loi à Israël en s’immisçant dans ses affaires intérieures, comme la semaine dernière quand il condamne la destruction d’une maison de terroriste arabe conformément à la loi qui date du mandat britannique.

Que la France et l’Allemagne boycottent une cérémonie à l’ambassade américaine de Jérusalem pour la nomination du nouvel ambassadeur américain dans la capitale d’Israël, le jour même où des archéologues israéliens confirmaient par leurs découvertes d’une partie du second Temple de Jérusalem que cette ville est bien la propriété du Peuple Juif sur sa terre ancestrale.

Malgré tout cela, la vision juive de l’histoire se vérifie chaque jour. Le monde a été créé avec une exigence de morale et de justice. Même si cela n’est pas flagrant. Seuls ceux qui sont en capacité de lire l’histoire en ayant une culture juive sont en capacité de décoder les évènements.

Alors qu’Israël continue son ascension, jour après jour, les ennemis d’Israël continuent leur chute jour après jour. Liban, Syrie, Irak, Iran, Yémen, Algérie, Tunisie, Libye et d’autres s’enfoncent dans la crise, et ont tous rétrogradé de manière considérable.

Le premier d’entre eux, l’Iran est en voie d’effondrement.

Les Iraniens démunis alors que leur pays fait face à une cinquième vague.

La très lente campagne de vaccination et les déclarations mensongères des autorités, alors que le pays est sous la menace d’une cinquième vague, attisent la colère et la frustration des Iraniens. Le quotidien Sharg, proche du courant réformateur, ne cache pas son irritation.

Les promesses restées lettre morte, l’inauguration en grande pompe [des lignes de production de vaccins], mais sans résultats tangibles, l’exagération des succès dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19, les propos malpolis tenus face aux Iraniens qui perdent des membres de leur famille tous les jours à cause des mensonges… Ces faits ne sont qu’une partie des expériences traversées par les Iraniens depuis un an et demi [l’Iran, avec 86041 morts, chiffre certainement sous-estimé selon les observateurs, est le pays le plus touché par le Covid-19 dans la région].

Alors que le ministre de la Santé, Saïd Namaki, parle de l’Iran comme d’un exemple de la bonne gestion de l’endiguement du Covid-19 pour le monde entier, le pays est frappé par une cinquième vague de l’épidémie, et seulement moins de 1 % de la population [83 millions d’habitants] a été vaccinée. Depuis six mois, nous observons le lancement de la production de différents vaccins dans le pays [six pour le moment], tandis que dans le reste du monde, il n’y a que cinq vaccins.

“La mauvaise organisation de la campagne de vaccination a poussé les Iraniens à aller en Arménie pour se faire vacciner (les touristes peuvent recevoir le vaccin dans ce pays)”, explique Minou Mohraz, infectiologue et responsable du projet de vaccin iranien COVIran Barakat. “Les promesses non tenues ont rendu les Iraniens très méfiants envers le pouvoir. La très lente avancée de la vaccination revient à jouer avec la vie des gens, quand ceux-ci sont impatients de reprendre la vie normale, comme cela est leur droit. La demande de vaccin est logique et s’ils n’arrivent pas à satisfaire ce besoin dans leur propre pays, il est naturel qu’ils cherchent à se faire vacciner ailleurs.”

Après des recherches poussées par les journalistes, il a été avéré que 1,2 million de doses du vaccin COVIran Barakat ont été perdues, alors que ce vaccin est censé être distribué par millions de doses pour l’instant, 350 000 doses ont été fournies au ministère de la Santé, selon les responsables.

Déclarations sans fondement

À en croire Hojat Niki-Maleki, responsable des médias du Setad [siège exécutif d’où émanent les directives du guide suprême, Ali Khamenei, le Setad contrôle un empire économique et est chargé de la production du COVIran Barakat], les 1,2 million de doses ont rencontré “un problème” lors de leur versement dans les fioles et elles ont été “perdues”. Il a ajouté que ce problème a eu lieu à cause du fait que la ligne de production vient d’être lancée.

Minou Mohraz a, de son côté, réagi à ces propos, les qualifiant de “mensonges”“Le retard dans la distribution de ce vaccin est dû au fait que l’importation des produits additifs était soumise à des sanctions américaines, de retour depuis le retrait unilatéral de Washington, en 2018, de l’accord sur le dossier nucléaire de Téhéran. Cette difficulté a été résolue, et ces produits ont été reçus et nous pourrons bientôt produire le vaccin. Rien n’a été perdu.”

Dans cette grande mêlée de propos contradictoires, trouvez ceux qui disent la vérité !

Durant ces derniers mois, les déclarations sans fondement du ministre de la Santé et de son porte-parole, Kianoush Jahanpour, ont, à plusieurs reprises, fait l’objet de critiques. M. Namaki refuse d’admettre que ses propos sur le vaccin étaient erronés et il n’arrête pas de montrer du doigt ses détracteurs. Encore récemment, il a promis que la vaccination commencerait dès le 10 juillet “avec force” [soit 400 000 doses par jour]. Malgré ces promesses, les Iraniens ne perçoivent que la mort et l’imminence de la cinquième vague.

1 COMMENTAIRE

  1. Moi je soutiens les mollahs à fond, car ils sont là par la volonté du peuple.
    La religion chiite étant plutôt masochiste, il est normal que les mollahs soient durs et cruels avec le peuple.
    D’ailleurs je les trouve un peu mollassons ces mollahs.
    Les mollahs mollassons.
    Le peuple doit en chier merde, on est masos ou pas ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.