Les questions difficiles sur l’opération de récupération des corps des quatre personnes enlevées à Gaza.

Contrairement aux rumeurs, l’opération n’a pas eu lieu à Rafah mais dans le nord de la bande de Gaza, où Tsahal opère depuis de nombreux mois et a déjà fait état de l’achèvement des missions, ces derniers jours, avec des questions inquiétantes qui se sont posés sur une image complète de la situation là-bas.

Le porte-parole de Tsahal a autorisé la publication ce week-end que les forces de Tsahal ont localisé et sauvé de Gaza les corps des personnes enlevées Shani Lok, Itzik Gelanter, Amit Buskila et feu Ron Binyamin, suite à de nouvelles informations provenant d’interrogatoires de prisonniers capturés. Des corps ont été retrouvés dans le nord de la bande de Gaza, dans une zone où Tsahal est actif depuis le début des manœuvres terrestres.

L’armée israélienne ne répond pas à ce stade à certaines questions importantes et difficiles, par exemple : comment est-il possible que les corps des personnes enlevées ne soient localisés que maintenant dans la zone où ils opéraient, dans un complexe stratégique du Hamas, dans le sud de la bande de Gaza ? Et ils sont apparus dans les plans de guerre de Tsahal ?

Même aujourd’hui (dimanche), de nombreux détails sont encore interdits de publication, selon l’armée israélienne, car l’opération est toujours en cours. Cependant, l’armée confirme que les corps des quatre personnes enlevées qui ont été sauvées de Gaza ont été retrouvés ces derniers jours au nord de la bande de Gaza, et non au sud et à Rafah.

Les FDI ont commencé leurs manœuvres dans le nord de la bande de Gaza dès le 26 octobre. Quelques jours plus tard, les forces de Tsahal avaient déjà encerclé et commencé à entrer dans Jabaliya. Plus tard, les combats ont cessé à la suite des accords conclus pour la libération des personnes enlevées. Immédiatement après, les combats ont repris et le porte-parole de Tsahal a rendu compte au public des combats qui s’étaient intensifiés à Jabaliya.
Les forces ont combattu là-bas et dans le nord de la bande de Gaza pendant plus de trois mois, avec pas moins de trois divisions qui ont déployé plus de brigades que leurs cadres organiques. En janvier 2024, Tsahal a annoncé la fin de la bataille de Jabaliya et que « le démantèlement du cadre militaire du Hamas dans le nord de la bande de Gaza était achevé ».

Lors d’un précédent point de presse destiné aux journalistes, le général de brigade Hagari a expliqué que le démantèlement du Hamas comprend cinq objectifs : l’élimination des commandants, le nettoyage de la zone des terroristes, la collecte de renseignements sur le terrain, la détection et la destruction des roquettes, et la destruction de la capacité souterraine de l’organisation terroriste.

Tsahal y a opéré dès le début de la manœuvre terrestre, car dans cette zone se trouvait le centre de gravité du Hamas, tant militaire que civil, contrairement au sud, où la proximité de la frontière égyptienne est limitée en raison de la situation politique. Problème, dans le nord, cette limitation n’existe pas et en même temps, la pression entre les Etats-Unis et Israël était à un niveau bien inférieur à la pression actuelle pour mettre fin aux combats.

Et pourtant, près de huit mois après le début de la guerre, nous découvrons dans des bribes d’informations que même dans le nord de la bande de Gaza, où Tsahal a opéré sans restrictions pendant des mois, il existe de vastes zones dans lesquelles Tsahal n’est ni entré ni exploré – et le travail qui y reste est encore important. Pour l’instant, l’armée israélienne ne dit pas pourquoi.

Pendant plusieurs heures, les responsables se sont assis et ont établir une carte de travail pour comprendre exactement où se trouvaient les corps et quelles forces du Hamas se trouveraient face à face nos forces. il y avait des terroristes et il y avait des combats. il est douteux que les terroristes savaient à ce moment-là pourquoi nos forces étaient arrivées sur les lieux. Les combattants, les unités spéciales du shin bet et de tsahal avec des équipes de combat de brigade sont arrivés sur place, ont fouillé et nettoyé la zone pendant des heures. vendredi vers minuit, les forces de l’ordre se sont rendues avec des scanners et ont retrouvé les restes des corps .

 

Certains d’entre eux étaient dans un état relativement dégradés tel qu’ils ne pouvaient pas être identifiés, d’autres non. Des échantillons d’ADN ont été immédiatement prélevés pour examen et vérification au département de médecine légale, et ils ont été collectés avant shabbat, le but était de faire avancer la procédure afin qu’au moment où les corps reviendront en israël, il sera possible de fournir une première indication. Quant à savoir s’il s’agit bien des corps des personnes enlevées, depuis le début de la guerre, tsahal a amené un grand nombre de cadavres en israël et, dans la plupart des cas, ils ont pu être restitués lorsqu’il s’est avéré qu’il ne s’agissait pas des cadavres de personnes enlevées.

L’examen initial a révélé qu’il s’agissait des personnes enlevées qui ont été assassinées le 7 octobre par des terroristes du hamas. aucune indication n’a été trouvée sur aucun d’entre eux selon laquelle ils auraient été tués par les tirs de nos forces. dès que la procédure d’identification a été achevée, des représentants de l’armée ont été envoyés pour accompagner les familles et leur ont remis les avis concernant la découverte des corps de leurs proches.
JForum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Adam

La guerre est quelque chose de difficile, on ne gagne pas à tous les coups, et le coût en soldats est très élevé : plus de 280 soldats morts à Gaza pour permettre à 8 millions de juifs israéliens de ne plus subir un nouveau 7 octobre.

La polémique sur la récupération de ces 4 corps d’otages AUJOURD’HUI ALORS QUE LA BATAILLE FAIT RAGE ne sert que le Hamas, pas les intérêts d’Israel. Nul doute par exemple que la CPI est sensible aux attaques des israéliens contre Netanyahou.

Il sera temps lorsque la guerre sera finie et gagnée, et que tous les otages auront été ramenés à la maison, de questionner TSAHAL et les dirigeants politiques pourquoi ceci et pas cela.

La division en temps de guerre sert nos ennemis.

Yéochoua

Vous demandez : « Pourquoi faut-il une fois de plus se battre dans des zones où Tsahal a battu les terroristes? »
Quand une guerre survient sur un terrain donné, le gagnant est celui qui occupe pour finir ledit terrain. Tuer tous les terroristes, saisir ou détruire toutes les armes, mais se retirer ensuite, c’est céder le terrain à l’ennemi comme si l’ennemi avait remporté la bataille.

Asher Cohen

Si dès octobre dernier, Netanyahou avait fait interroger les prisonniers capturés par les Juifs Sefardim, nous n’aurions pas attendu déjà 7 mois pour savoir où sont les otages. Est-ce-que les américains, à Guantánamo ont mis des gants pour faire parler les prisonniers ? L’humanisme chrétien des Askénazim coûte très cher au Peuple Juif. Rahem!

martin

L’humanisme CHRETIEN ???