Les Baloutches sous l’emprise de l’Iran©

1
945

Les Baloutches sous l’emprise de l’Iran

Les Baloutches parlent le balochi, une langue datant des Mèdes liée au kurde et au zaza-gorani.

 

Les gens achètent au Grand Bazar dans le centre de Téhéran, Iran, le 2 août 2017

Les gens font leurs achats au Grand Bazar du centre de Téhéran, en Iran, le 2 août 2017. (crédit photo: NAZANIN TABATABAEE YAZDI / TIMA VIA REUTERS)

Le gouvernement israélien a, à juste titre, clarifié à plusieurs reprises la distinction entre le régime iranien et le peuple iranien. Ceux du Mouvement du Balochistan libre voudrions faire une autre distinction qui aidera le peuple d’Israël à comprendre la profondeur et l’ampleur de l’oppression en Iran.

L’Iran n’est pas seulement composé de son peuple, au singulier, mais son peuple se conjugue au pluriel. L’Iran est un mariage forcé de plusieurs nations, chacune subissant la même oppression. Notre peuple, la nation baloutche, est le moins connu. Par conséquent, nous voudrions présenter notre peuple au peuple d’Israël.

Les Baloutches parlent le balochi, une langue issue des Mèdes, liée au kurde et au zaza-gorani. Ainsi, nous – les Baloutches et les Kurdes – avions les mêmes ancêtres dans un passé lointain.

Les Baloutches vivent au Baloutchistan depuis des milliers d’années. Le Baloutchistan est un vaste territoire actuellement divisé entre l’Iran, le Pakistan et l’Afghanistan. Il est plus grand que la France et commande environ 900 km du littoral de la mer d’Arabie. Il comprend la province pakistanaise du Baloutchistan, des régions du Sind au Pakistan et du Punjab en Inde. La partie iranienne du territoire du Baloutchistan comprend la province de Sistan va Baluchestan, des zones situées dans la province d’Hormozgan, de Jask à Bandar Abbas, des zones situées dans les provinces de Kerman et du Khorasan méridional, ainsi que des zones situées au sud, le long des frontières du Pakistan et de l’Iran. Il est clair que notre pays se trouve sur un point chaud géopolitique.

La nation baloutche a établi avec succès un État-nation au milieu du XVIIe siècle qui a dirigé toutes les régions du Baloutchistan jusqu’au 13 novembre 1839, lorsque l’Empire britannique a attaqué la capitale du Baloutchistan, Kalat (également orthographié Khelat). Après la colonisation britannique, le Baloutchistan a été systématiquement divisé en trois parties. Les parties occidentales ont été fusionnées avec la Perse en 1871 et les parties nord avec l’Afghanistan en 1893.

La partie orientale semi-indépendante du Baloutchistan a obtenu son indépendance le 11 août 1947, mais elle a été occupée par le Pakistan après à peine 227 jours. Au Pakistan, où l’État encourage l’antisémitisme, notre culture laïque nous a aidés à résister à un tel extrémisme religieux. Ceci est évident par le fait que le cimetière juif de Karachi est protégé par une famille Baloutche et ce depuis plus d’un siècle.

LA DIVISION et l’occupation du Baloutchistan ont entraîné le pillage des ressources nationales et le nettoyage ethnique systématique du peuple baloutche par les républiques islamiques du Pakistan et de l’Iran. Reza Khan, également connu sous le nom de Reza Shah Pahlavi, et ses successeurs ont promu le nationalisme persan et les nations non perses ont été opprimées. L’usage de la langue balochi dans les écoles a été interdit et les expressions de l’identité baloutche ont été interdites. De nouveaux livres d’histoire ont été introduits dans lesquels le peuple baloutche était décrit comme étant d’origine ethnique perse.

Les islamistes chiites qui ont remplacé le chah n’ont fait qu’empirer les choses pour notre peuple. Peu de temps après la révolution, des Baloutches instruits, affiliés à une politique laïque ou progressiste, ont été assassinés. Ceux qui sont restés ont quitté le Baloutchistan et se sont réfugiés à l’Ouest. Le régime islamique a poursuivi les politiques racistes et coloniales existantes de la dynastie des Pahlavi et a adopté de nouvelles politiques dirigées contre la population sunnite-baloutche et fondées sur le fondamentalisme chiite. Cette situation continue aujourd’hui. On nous refuse l’identité de notre peuple Baloutche.

Le régime iranien constitue une menace existentielle pour notre peuple, tout comme c’est une menace existentielle pour Israël. L’inverse est également vrai. Nos deux nations constituent un défi existentiel pour le régime iranien. Dans le cas d’Israël, c’est la présence même des libertés fondamentales et de la démocratie au Moyen-Orient. Dans notre cas, nous sommes des personnes assises sur de grands gisements de minerai de fer, d’or, d’argent et de platine. Le port de Chabahar est au cœur du Baloutchistan et il est vital pour le régime (comme l’a prouvé la guerre Iran-Irak).

Le régime islamique actuel a opprimé toutes les nations à l’intérieur de ses frontières, y compris les Baloutches, les Kurdes, les Arabes, les Turcs et les Persans. L’Iran peut changer si toutes les nations coopèrent au nom d’une véritable transformation. Cela permettrait, à terme, à chaque nation de décider de son propre destin politique.

La démocratie et la liberté en Iran pourraient constituer une opportunité, non seulement pour les Perses, mais également pour les nations non perses de la région. Nous pensons que pour y parvenir, nous devons créer une coopération pour la liberté à travers le Moyen-Orient et, ce faisant, créer les conditions de la sécurité pour tous.

PAR JAMAL NASIR BALOCH
 13 OCTOBRE 2018 22H15

L’écrivain est un activiste du Free Balochistan Movement et un membre de Chatham House. On peut le joindre à jnbaloch@hotmail.co.uk

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENT

  1. L iran des ayatollah repose sur un pied d argile , qui risque de se briser grace a Trump uniquement ! J ignorai completement la composition ethnique de l iran qui bientot , je l espere se desagregera sous l effet des pressions americaine et de sa population .
    Les minorites opressees retrouveront leur independance et leur liberte , si l europe ne s en mele pas .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.