Au Pays Bas, le député d’extrême droite néerlandais Geert Wilders a réclamé vendredi un référendum sur une éventuelle sortie des Pays-Bas de l’Union européenne (UE). « Les Néerlandais ont le droit à un référendum aussi. Le Parti pour la liberté demande ainsi un référendum sur un “Nexit”, une sortie néerlandaise de l’UE », a-t-il déclaré dans un communiqué. En Italie, alors que le chef du gouvernement Matteo Renzi n’a toujours pas commenté les résultats du vote, Matteo Salvini, le leader du parti autonomiste et anti-immigrés de la Ligue du Nord a été le plus prompt a réagir ce matin en saluant « le courage » des Britanniques : « Maintenant c’est à notre tour », écrit-il sur Twitter.

En France, Marine Le Pen, chef du Front national a salué une « victoire de la liberté ! » : « Comme je le demande depuis des années, il faut maintenant le même référendum en France et dans les pays de l’UE. » Alors qu’une déclaration du président de la République est attendue à 9 heures du matin, le ministre des affaires étrangères Jean-Marc
Ayrault estime que « l’Europe continue mais elle doit réagir et retrouver la confiance des peuples. C’est l’urgence».

En Allemagne, le ministre des affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a estimé sur son compte Twitter, et en anglais, que le résultat du référendum en Grande-Bretagne marquait « un jour triste pour l’Europe et la Grande-Bretagne ». « Les nouvelles de ce matin en provenance de Grande-Bretagne sont une vraie désillusion. » Son homolgue du ministère des finances, Wolfgang Schäuble, qui ne s’est pas caché d’voir « souhaité un autre résultat » a demandé aux Européens de « regarder vers l’avant et composer avec cette situation ».

« Démontrer la plus-value européenne  »

Le premier ministre de Belgique Charles Michel a appelé vendredi matin à la tenue d’un « conclave à haut niveau » pour la prise de nouveaux « engagements clairs » et l’ébauche d’un « nouvel avenir » au niveau européen. Le but étant, selon le responsable libéral, de « démontrer la plus-value européenne dans le quotidien des citoyens », tout en reprochant à l’Union de s’être montrée incapable d’afficher une stratégie et des perspectives au cours des dernières années.

Dans une déclaration à la télévision, le président du Parlement européen, le social-démocrate allemand, Martin Schulz, a affirmé de son côté qu’il allait «s’entretenir avec la chancelière Angela Merkel» afin d’«éviter» un effet domino. «La réaction en chaîne que les eurosceptiques célèbrent maintenant un peu partout n’aura absolument pas lieu», a-t-il affirmé. «Je ne suis pas choqué», a-t-il par ailleurs déclaré, ajoutant : « Nous nous étions préparés». «Nous respectons ce résultat mais la Grande-Bretagne a décidé de partir», a-t-il regretté.

Aux Etats-Unis, le président Obama se tient au courant de la situation et prévoyait de contacter le premier ministre David Cameron dans la journée.

 Le Monde

3 Commentaires

  1. a propos de la vision de daniel concernant la statue du songe de nebucadonosor, il est ecrit:
    Et si tu as vu le fer mêlé avec de l’argile boueuse,( les pieds de la statue) c’est que ces [deux parties] se mêleront par des alliances humaines, mais sans qu’elles s’attachent solidement l’une à l’autre, pas plus que le fer ne s’amalgame avec l’argile.
    il s’agit bien du dernier royaume avavnt le regne du mashiah ( la grosse pierre qui vient détruire ce royaume) a jerusalem.
    je ne serais pas etonné que l’europe se retrouve a dix, comme les dix orteils des pieds.
    l’europe est une rébellion contre dieu, c’est bien d’en sortir.
    sinon elle ne serait pas aussi profondément anti-israelienne et anti sionniste.
    shabbat shalom,

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.