Le peuple seul peut-il déjouer le plan iranien dans la région?

7
395
Iran hand fist propaganda poster fight and protest independence struggle rebellion show symbolic strength vector

 

Le peuple réussira-t-il à saper le plan iranien de propagation de sa puissance dans la région?

Le Moyen-Orient est actuellement témoin des premiers exemples de rébellion populaire dans des pays dominés par l’Iran. Dans les contextes très différents de l’Irak et du Liban, les manifestations en cours mettent l’accent sur la corruption politique et économique, la mauvaise gestion et l’accès limité du peuple au pouvoir et aux ressources. Dans les deux cas, malgré cette focalisation, les manifestants sont confrontés au fait de la domination de leur pays par une structure imposée de l’extérieur.

Les manifestations ont commencé le 1er octobre en Irak. Elles ont eu lieu à Bagdad et se sont rapidement étendues à plusieurs villes du sud du pays, notamment les gouvernorats de Nassiriya, Diwaniya, Babil, Wasit, Muthanna et Dhi Qar. La cause immédiate en était le limogeage par le Premier ministre, Adel Abdul Mahdi, d’un général populaire, Abdul-Wahab al-Saadi, de son poste de commandant adjoint du Service de lutte contre le terrorisme.

Le limogeage de Saadi a toutefois débouché dès le départ sur des questions plus vastes. Lui-même Chiite de Bagdad, Saadi est connu pour ses positions dépassant tout sectarisme et son professionnalisme. Le CTS, dans lequel il a servi, est une force créée et entraînée par les Américains. Son retrait de ce poste a donc été largement interprété comme un effort des Unités de mobilisation populaire (PMU) liées à l’Iran pour se débarrasser d’un rival potentiel.

Ainsi, alors que les manifestations ont rapidement porté sur des questions économiques et sociales – en particulier le manque d’accès à un logement abordable pour les jeunes -, la question du pouvoir iranien non élu et non responsable qui est au cœur de la gouvernance en Irak était implicitement présente.

Un manifestant, Moussa Rahmatallah, 28 ans, de Bagdad, a décrit ce processus dans une interview publiée par le Centre pour l’information et l’analyse au Moyen-Orient [Middle East Center for Reporting and Analysis]. «Le problème était lié aux questions communautaires et économiques, mais il a pris de l’ampleur à présent. Maintenant, la principale demande et le principal appel émanant des manifestations sont qu’elles souhaitent la chute du régime. »

Ceci, bien sûr, correspond au vieux slogan qui a résonné à travers les places publiques des États arabes au cours du «Printemps arabe», de courte durée, entre 2010-11. Mais il y a une différence significative. Dans la Tunisie de Ben Ali, dans l’Égypte de Moubarak, dans la Syrie d’Assad, etc., on savait clairement à quel type de régime on avait affaire. L’Irak, cependant, a un système formel de démocratie, un parlement, des élections régulières. Alors, quel est ce «régime» auquel Rahmatallah et ses compagnons manifestants font allusion?

Un manifestant l’a exprimé dans les termes suivants par un message Facebook: «La démocratie formelle ne suffit pas (à les dissuader), de s’adonner au pillage du pays! À quoi sert de pouvoir participer à une élection, si on voit en même temps, les milices intimider (l’opinion) par la menace de guerre civile au profit des vainqueurs, et si on leur permet ensuite de contrôler beaucoup plus le gouvernement?! ”

De même, l’Iran et ses alliés ne semblent pas douter que le «régime» en question (le mot arabe «nizam» se traduit aussi, peut-être plus exactement ici, par «système») est celui qui, au sein des structures de la démocratie formelle, maintient sa propre structure de pouvoir politique et militaire indépendante, contre laquelle les décisions sont sans appel.

Le fait que les Iraniens soient convaincus à cet égard peut être évalué non pas par des déclarations, mais par des actes. Depuis le début, le pouvoir armé des milices chiites a été mobilisé aux côtés des forces de sécurité officielles de l’État, en coopération avec elles, dans le but de réprimer brutalement les manifestations. Le commandant de la Force Qods, le Corps des Gardiens de la révolution iranienne, Qassem Soleimani, s’est rendu en Irak le 2 octobre pour coordonner l’opération, selon un rapport de l’Associated Press.

Résultat : en seulement quatre semaines de manifestations, plus de 250 manifestants ont perdu la vie. Un rapport de l’agence Reuters du 17 octobre a décrit en détail le processus selon lequel des tireurs isolés appartenant à des milices soutenues par l’Iran étaient déployés sur les toits dans les zones où se déroulaient des manifestations, avec pour ordre de tirer. Selon Reuters, l’opération était dirigée par un certain Abu Zeinab al-Lami, haut responsable du PMU étroitement lié à l’Iran. Des sources de sécurité irakiennes citées par Reuters ont affirmé que les tireurs d’élite “relevaient directement de leur commandant [vraisemblablement de Lami ou de Soleimani] et non du commandant en chef des forces armées”.

En chemise bleue, Abou Zeinab al Lami, patron de la prison secrète de Dujail, à 65 KM au nord de Bagdad, où sont perpétrées des tortures, ici aux côtés de Abu Mahdi al-Muhandis, chef d’Al-Hashd Al-Sha’abi (Les milices de Mobilisation populaire)

La chaîne de commandement précise et l’étendue de la collusion restent sujettes à controverses. Mais le rôle des forces liées à l’IRGC en tant que bord tranchant de la tentative d’écraser les manifestations est clair.

La situation continue de s’aggraver et aucune fin n’est en vue. Mercredi, des tirs réels ont été utilisés contre des manifestants dans la ville chiite  emblématique de Kerbala. Dix-huit personnes ont été tuées. Des sources irakiennes disent que les milices Asaib Ahl al Haq et Ktaeb Hezbollah étaient actives dans la ville. Les plus grandes manifestations se déroulent sur la place Tahrir à Bagdad.

Dans des conditions différentes au Liban, une dynamique essentiellement similaire est en cours. Une manifestation qui visait initialement à s’opposer à de nouvelles taxes sur le tabac, le pétrole et les services téléphoniques Internet a rapidement dégénéré en un défi généralisé à l’ordre politique enraciné et profondément corrompu du pays.

Les griefs des manifestants sont socio-économiques. Ils ne sont pas spécifiquement dirigés contre le Hezbollah et ses maîtres iraniens. Les manifestants veulent que la coalition actuelle d’intérêts sectaires corrompus et enracinés soit remplacée par un gouvernement de technocrates. Ils sont motivés par la situation économique désastreuse du Liban, son chômage massif et son endettement croissant.

Mais il s’avère que cet ordre actuel est au goût de la structure iranienne, qui est le véritable dirigeant du Liban. Il offre la couverture administrative commode sous laquelle le Hezbollah est capable de conserver son pouvoir sans être dérangé. En conséquence, depuis le 20 octobre, lorsque Hassan Nasrallah a pris la parole pour la première fois contre les manifestations et en exerçant une force croissante après le 25 octobre, des voyous du Hezbollah et d’Amal ont harcelé les manifestations et cherché à provoquer la violence.

À ce jour, le Premier ministre Saad Hariri a présenté sa démission. Les manifestants ont juré de rester dans les rues. Ils réclament un gouvernement «d’experts» et l’abolition du système politique sectaire libanais, ce qui permet aux élites enracinées, qu’elles tiennent pour responsables du malaise économique actuel, de continuer de tenir les rênes. En tant que véritable décideur, la décision revient maintenant au Hezbollah de savoir quel nouveau gouvernement il entend voir se former.

L’essentiel, dans les cas tant irakien que libanais, est que toute protestation ou manifestation publique doit finalement poser la question du pouvoir – à savoir, qui décide? et y a-t-il un droit d’appel? Dans les situations libanaise et irakienne, une fois le décor, les fictions et les formalités dépouillées, les manifestants sont confrontés à une structure politico-militaire non élue, armée et absolument impitoyable, qui est le dernier décideur et le principal détenteur du pouvoir dans le pays. Cette structure, à son tour, est contrôlée depuis l’Iran, via le mécanisme du Corps des gardiens de la Révolution islamique.

L’Iran, dans sa rhétorique, aime appeler son bloc régional «l’axe de la résistance». L’idée est qu’il rassemble des forces régionales opprimées et authentiques contre les machinations des États-Unis, d’Israël et de leurs marionnettes. En réalité, comme le montrent les événements actuels en Irak et au Liban, le système iranien ressemble beaucoup plus à un système colonial dans lequel la capacité de décision des populations locales disparaît et une structure contrôlée par l’Iran se met en place. Cette règle est ensuite conduite de manière à profiter à Téhéran, avec une totale indifférence pour les intérêts économiques et autres de la population concernée.

Les sujets en Irak et au Liban sont maintenant en révolte contre ce système. Cependant, il est difficile de savoir s’ils disposent des moyens nécessaires pour relever le défi.

Dr. Jonathan Spyer

Expert sur la Syrie, l’Irak, les groupes islamistes radicaux et les Kurdes

Publié dans The Jerusalem Post 01.11.2019


Les documents de politique de JISS sont publiés grâce à la générosité de la famille Greg Rosshandler.


photo: Bigstock

Revolt Against Iran’s ‘System’ in Iraq and Lebanon

7 COMMENTS

  1. Je ne peux m’empêcher de sourire lorsque l’on parle de “puissance” à propos de l’Iran.
    Leur seul pouvoir, c’est le pouvoir de nuisance. Nuisance par le terrorisme, parce que cela ne coûte pas cher. Rappelez-vous les attentats du Drakkar à Beyrouth, les attentats de le rue de Rennes et du métro Saint-Michel à Paris. Les Iraniens chiites ne sont que des lâches et ne font pas la guerre si vous êtes plus forts qu’eux.
    Deux chiffres :
    – PIB Iran : $452 Mds,
    – PIB Italie : $2.072 Mds.
    Vous pensez qu’avec un quart de PIB de l’Italie, on représente une “puissance” ?
    Si malgré tout, ils pensaient gagner une victoire “à la Pyrrhus”, ils se trompent, le prix à payer serait intolérable pour eux, et le pays “rayé de la carte” ressemblerait peut-être au leur!…

  2. Le constat me semble fidèle aux informations directes que nous recevons. Mais qui peut aider ces peuples qui ont pris conscience qu’ils existent!!!! Ce que les chites au pouvoir en Iran ignorent dans leur quête de puissance coloniale, ets que toutes les tentatives d’asservissement se terminent tôt ou tard en suicide…. Mais quand et combien de morts avant? Le miracle de 1989, dû à M Gorbatchev et Raïssa, JP2 et D reagan n’est pas prêt de se reproduire. Quant à la sécurité d’Israël, anticiper le plus souvent possible, sz servir de tous les moyens intelligents, garder lucidité et sang froid, et être libre de ce qu’on a envie de croire!!!!!

    • Gorbatchev, ce n’était pas un miracle.
      L’URSS était en faillite, et Gorbatchev est venu négocier la chute du mur contre un prêt de 5 (ou 50 je ne me souviens plus) milliards de dollars (j’étais dans le convoi qui l’a amené à Rambouillet).

      • Bonsoir Moshe ,

        ” j’étais dans le convoi qui l’a amené à Rambouillet). ” .

        Je suis curieux : à quel titre ?

        Vous n’êtes pas obligé de me répondre bien sûr .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.