rédits/photos : - (AL-FURQAN MEDIA/AFP/ARCHIVES) Le "calife" autoproclamé de l'Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, à Mossoul dans une vidéo diffusée le 5 juillet 2014
Abou Bakr al-Baghdadi, leader de l’Etat islamique, a appelé ses troupes à « tenir » Mossoul, le fief des djihadistes en Irak, actuellement visé par une offensive de l’armée irakienne appuyée par une coalition internationale.

Mercredi, un responsable des troupes kurdo-irakiennes Fouad Hussein avait déclaré que le chef de l’EI serait encore vivant et se cacherait à Mossoul, dans une interview exclusive au quotidien britannique The Independant.

Dans son premier message de l’année, diffusé par Al-Furqan, un média affilié à l’EI, une voix présentée comme celle du chef djihadiste appelle ses combattants, à ne pas se « replier » face à l’armée irakienne.

« Tenir ses positions dans l’honneur est mille fois plus aisé que de se replier dans la honte », assène le chef djihadiste, dont l’état de santé et les déplacements font l’objet de nombreuses spéculations.

« Les Juifs, les Chrétiens, les chiites hérétiques et toutes les nations ont alloué à leurs médias, tout leur argent, leur équipement et leurs armées pour lutter contre les Musulmans et les combattants du djihad à Mossoul », ajoute-t-il..

Le précédent message de Baghdadi avait été diffusé en décembre 2015.

ei2

C’est d’une de ses mosquées que Baghdadi en juin 2014 avait proclamé son « califat » réunissant les territoires conquis en Irak et en Syrie.

Dans son message, il incite également ses partisans à s’en prendre à l’Arabie saoudite et à la Turquie, qui dispose de troupes stationnées sur une base près de Mossoul.

Sur le plan intérieur, Baghdadi accuse les responsables politiques irakiens sunnites de « trahison ». Il tente aussi de jouer sur la corde sectariste en rappelant que, au sein de l’armée irakienne, des soldats arborent des drapeaux et des slogans à la gloire de figures révérées dans l’islam chiite.

Quelque 20.000 personnes ont déjà été déplacées depuis le début des opérations sur Mossoul, selon l’Organisation internationale pour les migrations.

L’ONU a exprimé ses « sérieuses inquiétudes » quant au sort de dizaines de milliers de civils que l’EI aurait emmenés pour possiblement les utiliser comme boucliers humains.

Le Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme avait indiqué mardi que les djihadistes auraient tenté de transporter dans des camions et autocars « quelque 25.000 civils » de la localité de Hamam al-Alil pour les rapprocher de la métropole.

I24 News

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.