Le journaliste pro-Dieudonné chouchou des gilets jaunes

5
2176

VINCENT LAPIERRE

Le journaliste pro-Dieudonné chouchou des gilets jaunes

Qui est vraiment Vincent Lapierre, journaliste préféré des gilets jaunes ?

Qui est vraiment Vincent Lapierre, journaliste préféré des gilets jaunes ?

YOUTUBE

L’autoproclamé “journaliste indépendant” Vincent Lapierre perce depuis sa couverture engagée du mouvement des gilets jaunes.

Il ne serait “pas corrompu par l’État‘”. Il serait, contrairement aux autres journalistes traditionnels, “indépendant“, “honnête“. En gros, ce serait un “bon reporter“. Vincent Lapierre est – c’est un euphémisme – apprécié de nombreux gilets jaunes, qui ne lésinent pas sur les compliments sur les réseaux sociaux.

Ils saluent non seulement ses reportages sur le terrain, mais aussi d’anciennes vidéos du journaliste, parues du temps où il n’était pas encore aussi indépendant qu’il l’affirme aujourd’hui. Parmi les plus relayées, on trouve une séquence datant de juin 2018 [ci-dessous], dans laquelle Vincent Lapierre affirme, face caméra, que la liberté d’informer serait en danger. Il s’insurge notamment contre la loi anti-fake news, supposée “museler Internet.”

“La France glisse de plus en plus dans la dictature, débute-t-il. […] Tous les moyens sont bons pour interdire aux journalistes indépendants de travailler. […] Les libertés d’informer et de s’informer sont piétinées aujourd’hui en France. Cette censure s’appuie sur des milices qui signalent en meutes sur Internet, menacent sur le terrain.” Ces milices, affirme-t-il, ce sont les antifas et la Ligue de Défense Juive, qui forment ensemble une “police politique protégée par le pouvoir.”

Journaliste de confiance selon les gilets jaunes

De quoi gagner la confiance d’Eric Drouet, figure du mouvement des gilets jaunes. Celui-ci affirmait ainsi le 21 décembre dernier avoir seulement contacté Brut, site spécialisé dans les vidéos, et Vincent Lapierre pour l’acte VI de la protestation, le 22 décembre.

Vincent Lapierre, encensé par les protestataires, se décrit lui-même sur sa page Facebook (suivie par plus de 15 000 personnes) comme “un jeune français qui veut être utile à son pays”. Sur le site Tipee, où il demande à ses fans une petite participation (grâce à laquelle il gagne mensuellement 1422 euros), il entre davantage dans le détail, égratignant par la même occasion les fameux médias traditionnels.

PORTRAIT >> Eric Drouet, gilet jaune très en colère

“Je réalise depuis plus de trois ans des reportages de terrain dans lesquels je vais à la rencontre des Français de tous bords, connus ou inconnus, pour leur poser les questions que les autres médias ne leur posent pas, sans tabous et sans exclusive de sujet,” écrit Lapierre, qui affirme que cet exercice n’est pas si simple. “En effet, la police de la pensée règne dans notre beau pays, ce qui rend la tâche difficile au journaliste honnête : agressions, séquestration, menaces de mort, tout ce que j’ai vécu jusqu’à maintenant démontre que mes questions semblent déranger du monde.”

Plus d’une fois, Vincent Lapierre se met effectivement en scène dans des situations tendues. Parmi les plus connues, une vidéo de 2016 où l’on voit le journaliste de LCP Frédéric Haziza perdre son sang-froid face au reporter.

 

Dieudonniste et chaviste

Vincent Lapierre, également connu sous le nom “librepenseur007”, se présente comme anti-“médias dominants”, “à contre-courant du système” et a longtemps été proche d‘Alain Soral. Ce dernier, polémiste antisémite, homophobe et misogyne, a été condamné à de multiples reprises pour ses propos antisémites et négationnistes.

Lapierre officie ainsi trois ans durant pour le site d’extrême droite de Soral, Egalité et Réconciliation, où il publie des vidéos (sa page Les Reportages de Vincent Lapierre est quant à elle aimée plus de 113 000 fois) consacrées à des sujets divers et variés. On y trouve des reportages consacrés aux fans de Johnny Hallyday ou de Star Wars, mais aussi des interviews de militants anti-avortement, lors de la “marche pour la vie” organisée en janvier 2018.

Quand il se rend à la marche pour les femmes, le 8 mars 2018, force est de constater que Vincent Lapierre interroge davantage les participants sur la lutte des classes plutôt que sur le sexisme. “Je dis qu’en France, les femmes ne sont pas si mal loties que ça, on a un problème de chômage massif, prétend-il. […] On n’a pas de problème hommes/femmes. […] Il y a des hommes qui souffrent en France aussi. Pourquoi opposer les hommes et les femmes ?”

Vincent Lapierre est aussi un “dieudonniste” averti, puisqu’il est très proche de l’humoriste condamné lui aussi pour ses propos antisémites à plusieurs reprises. En 2013, il participe par exemple à une soirée hommage au défunt président vénézuélien Hugo Chavez, en compagnie d’Alain Soral et de Dieudonné. Il faut dire que ce chaviste assumé a rédigé une thèse sur la pauvreté au Venezuela et en Colombie.

LIRE AUSSI >> Au Venezuela, le parti d’en rire

Vincent Lapierre a interrogé plusieurs fois Dieudonné ces dernières années, toujours avec la plus grande bienveillance malgré les provocations du polémiste. Pour preuve, cette vidéo parue en janvier 2018, s’intéressant à la future expulsion de l’humoriste du théâtre de la Main d’or, à Paris.

 

Ou encore une vidéo parue quelques mois plus tard, intitulée “Dieudo en cavale.” Vincent Lapierre y suit l’humoriste à la campagne alors qu’il cherche une salle pour se produire.

LONG FORMAT >> Dieudonné, du rire à la nausée

Pro-Dieudonné, anti-CRIF et anti-Ligue de Défense Juive, Vincent Lapierre reçoit plusieurs fois la quenelle d’or pour son travail journalistique. La dernière fois, c’est en juin 2018. Un mois après, il quitte Égalité et Réconciliation afin de se lancer en solo, notamment sous le nom du “Média pour tous.

Rupture avec Soral, militantisme pro-gilets jaunes

C’est là que les choses se gâtent entre lui et Alain Soral. En octobre 2018, ce dernier lui reproche notamment une vidéo tournée pendant la dédicace du dernier livre d’Eric ZemmourDestin Français, à la librairie d’extrême droite la “Nouvelle Librairie”. Soral l’accuse de faire là du journalisme non-militant. “Ça n’a rien à voir avec ce qu’on faisait avant ensemble, et c’est ça le vrai problème”, déplore-t-il. La rupture est consommée.

LIRE AUSSI >> Une librairie d’extrême droite à l’assaut du Quartier latin

Aujourd’hui, si Vincent Lapierre est tant soutenu par les gilets jaunes, c’est pourtant grâce à ce “journalisme militant.” Engagé dans le mouvement, il ne se prive pas d’apporter aux manifestants son soutien sur les réseaux sociaux, en plus des vidéos tournées lors des différents actes des manifestations.

 

“Je reviens de la manifestation des gilets jaunes acte VI, et je dois dire que non seulement le mouvement n’a pas perdu de sa force mais qu’au contraire, il s’adapte à la stratégie des autorités visant à l’étouffer, écrit-il par exemple sur Facebook, le 22 décembre dernier. Les gilets jaunes gagnent en expérience, en mobilité. Le mouvement se fait insaisissable. Et même si les autorités parvenaient à leurs fins, tout indique que ça se répétera plus tard, plus fort.”

La veille, pour lancer l’un de ses reportages, il affirme : “Le pouvoir cherche à étouffer ce mouvement par tous les moyens” “Blocage des gares et contrôle des accès à Paris, fouilles permanentes, répression totalement disproportionnée, fausses promesses de Macron et diabolisation de gens comme Etienne Chouard (faut le faire !). Ça sent le régime qui a peur et qui vacille. Les gilets jaunes doivent tenir bon. Je serai encore avec eux demain pour relater ce qu’il se passe réellement.” On est davantage dans la subjectivité assumée que dans la recherche de neutralité journalistique.

LIRE AUSSI >> Le discours trouble d’Etienne Chouard contre les “1% qui se gavent”

C’est peut-être ce qui séduit autant certains gilets jaunes, qui, par ailleurs, affichent une défiance hors-norme envers les médias traditionnels. On ne compte plus les agressions de journalistes de BFMTV, LCI, CNews ou de France Télévisions. Vincent Lapierre, lui, n’a pas ce problème.

Par Audrey Kucinskas, publié le , mis à jour à 

lexpress.fr

5 COMMENTS

  1. Je me demande a quoi cela sert il de mettre en avant une ordure pareille
    Comme vous le savez votre article sera repris par d’autres que vos membres et viendront
    se rajouter aux messages d’anti juifs ( arrettez de dire antisémite cela n’a plus aucun sens ) notoires
    Donnez nous des nouvelles d’Israel cela nous suffit largement
    Pour ce qui se passe dans notre pays il y a ssez d’anti juifs et anti israelienspour que vous en
    rajoutiez
    Bien cordialement

    • Il est logique et nécessaire que nous dénoncions et désignons les antijuifs et l’hypocrisie des soi-disant contestataires qui leur offrent des tribunes où qu’ils se trouvent. C’est même notre taf le plus élémentaire, sans quoi nous n’aurions qu’à fermer boutique à vous entendre. Les messages de raseurs de mur nous sont totalement inaudibles. Vivre sous la commode et mourir d’admiration pour Eretz Israël, un jour on se cogne le crâne… Si les Juifs de France avaient un millième du cran de nos Hayalim, peut-être prendraient-ils leur destin en charge. Quitte à partir le moment souhaité, sans crainte et sans remords.

  2. c’est très difficile de vivre en Israël car la vie est chère et le pays avec son effort pour maintenir sa survivance dépense beaucoup d’argent pour l’armé même si les USA donne pas mal de $ c’est ce qu’il faut retenir de cette contrainte envers nos retraités qui souhaitent comme la plus part de nous vivre dans notre pays
    Pour revenir à ce monsieur qui ne mérite même pas une majuscule de ma part que voulez vous il faut bien vivre dans ce monde de requins et cette manifestation de mécontentements lui sert de tremplin et d’estrade pour essayer de ce hisser au rang de vrais journaliste de l’information
    Marc vous avez raison de souligner la dangerosité de et individu mais je pense que d’ici deux ou trois mois il redeviendra un obscur parmi les obscurs nous verrons bien a suivre

    • Il y a un moment, il faut se calmer et raisonner froidement JG, tout n’est pas égal à tout par pur bashing. Ce type est dix fois pire et bien plus dangereux en ce qui concerne les Juifs de la rue. A force de tout banaliser, vous ne rendez pas service à vos coreligionnaires là où ils se trouvent. Or, ici on pense même aux petits retraités à qui l’Agence Juive fait comprendre qu’ils n’ont pas assez d’économies pour s’installer en Eretz du jour au lendemain. Et même si vous trouvez que le manque de moyens leur donne tort de devoir rester parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement dans l’immédiat.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.