Le Jihad Islamique est la véritable menace de Gaza

2
442

Le Jihad Islamique est la véritable menace de Gaza

Tandis qu’Israël est occupé à négocier des moyens de calmer les tensions dans l’enclave côtière, il serait bon de prêter attention à l’organisation qui n’écoute pas le Hamas et tente seulement d’aggraver la situation.

Mardi matin, une délégation d’officiers du renseignement égyptiens est arrivée à l’aéroport Ben Gourion, dirigée par le chef du “Département de la Palestine”, le général Omar Halfi. Le groupe d’officiers israéliens qui les attendait les a conduits directement au siège du ministère de la Défense à Tel-Aviv (la Kirya) pour des entretiens avec les échelons supérieurs de la défense, dans le but de trouver un moyen de réduire les tensions croissantes dans la bande de Gaza, avant l’explosion de cette violence.

Les Égyptiens ont dressé une liste des engagements pris par Israël pour améliorer les conditions de vie à Gaza : eau, électricité, extension des zones de pêche, augmentation de la quantité de marchandises en provenance d’Israël, etc. Mais le lendemain, lorsque les Égyptiens se sont rendus à Gaza avec les propositions israéliennes en main, il est apparu clairement qu’elles étaient insuffisantes.

Ainsi, l’envoyé du Qatar dans la région, Mohammed al-Emadi, a été convoqué mercredi dans la région, parce que le Hamas a demandé une augmentation de l’allocation mensuelle du Qatar à Gaza de 15 à 20 millions de dollars. Il est également apparu que le travail prévu que les Nations Unies étaient censées organiser dans la bande de Gaza n’avait pas encore commencé.

Envoyé qatarien à Gaza, Mohammed al-Emadi

Envoyé qatari à Gaza, Mohammed al-Emadi

 

Les Égyptiens se sont donc rendus à Gaza mercredi avec un paquet partiel. La semaine dernière, ils ont essayé de faire leur part pour aider à un relâchement les tensions en libérant huit prisonniers du Hamas. Toutefois, contrairement aux attentes, le Hamas n’a pas profité de cette libération pour organiser des célébrations de grande envergure mettant en lumière les réalisations des dirigeants de l’organisation. Ce que le Hamas veut, c’est de l’eau et de l’électricité, et il les veut maintenant. Il réclame l’activation immédiate du plan de la société israélienne d’électricité, pour qu’elle fournisse de l’électricité à Gaza.

L’impact de la dernière série de médiations égyptiennes est peu visible lors des manifestations du week-end à la barrière frontalière entre Israël et Gaza : si la violence s’intensifie, Gaza n’acceptera pas la proposition israélo-égyptienne visant à calmer la situation. Si les tensions restent à leurs niveaux actuels, il reste encore de la place pour des compromis. Pour le moment, les deux camps sont à deux pas de l’abîme. Un petit déclencheur, et nous nous retrouverons dans un véritable conflit.

Sur le terraion, l’armée israélienne a riposté et frappé dans la nuit de vendredi à samedi plusieurs cibles d’une base militaire du groupe islamiste Hamas dans le sud de la bande de Gaza, ainsi que des structures souterraines dans le nord de l’enclave.

Ces frappes ont été menées après qu’une roquette a été tirée depuis la bande de Gaza vendredi soir et s’est écrasée dans une zone inhabitée du Conseil régional d’Eshkol (sud) sans faire de blessés ni dégâts a ajouté le porte-parole.

“L’attaque a été conduite en réponse au tir d’un projectile depuis la bande de Gaza plus tôt dans la soirée (de vendredi), et à la violence permanente en provenance de l’enclave, notamment le lancement de ballons portant des engins explosifs et les tentatives d’endommager les infrastructures de sécurité ces derniers jours”, a indiqué un communiqué de l’armée.

Selon des sources sécuritaires à Gaza, les frappes israéliennes n’ont pas fait de blessés.

Vendredi après-midi un émeutier palestinien a été tué et 42 autres blessés lors d’affrontements avec l’armée israélienne à la frontière qui sépare Israël de la bande de Gaza.

Tamer Arafat, 23 ans, a succombé à ses blessures après avoir été grièvement touché à la tête, a indiqué Achraf al-Qodra, le porte-parole du ministère gazaoui de la Santé.

Près de 8.400 Palestiniens se sont rassemblés le long de la clôture pour le 50ème vendredi de mobilisation dans le cadre de la “Marche du retour” hebdomadaire qui a lieu depuis le 30 mars dernier.

Cette situation fragile comporte également un autre facteur majeur susceptible de bouleverser le tableau : il semble qu’actuellement, Israël et le Hamas à Gaza aient un ennemi commun : le Jihad islamique palestinien.

Le Jihad islamique est responsable de la plupart des attaques à la roquette, aux missiles antichars et aux tireurs d’élite menées ces derniers mois contre Israël. Ses dirigeants, qui se cachent dans le quartier de Dahiya à Beyrouth sous la direction du secrétaire général adjoint Ziad al-Nahla, ont décidé de reprendre les activités militaires dans la bande de Gaza. Les représentants de l’organisation à Gaza ont également cessé de coordonner leurs activités militaires avec le Hamas, dans le cadre d’une salle de guerre commune mise en place par toutes les organisations terroristes de la bande de Gaza.

Manifestations à la frontière de Gaza (Photo: EPA)

Manifestations à la frontière de Gaza

 

Et ainsi, le Hamas se trouve aujourd’hui confronté à une organisation intransigeante qui enfreint ses objectifs. Le Jihad islamique s’assure de mener à bien ses provocations militaires les jours où le Hamas mène un dialogue avec Israël ou avec l’Égypte concernant des arrangements dans la bande de Gaza – et lorsqu’ils attaquent, Israël riposte en attaquant les installations du Hamas.

On peut raisonnablement supposer que s’il existe des signes d’un quelconque progrès constructif entre Israël et le Hamas vers la fin de la semaine, le Jihad islamique tentera de le saboter. Il suffit qu’un tireur d’élite mercenaire frappe un Israélien pour que Gaza se mette à flamber. Mais quand Israël ne fait pas face à la menace que pose Jihad islamique, il encourage l’anarchie croissante à Gaza, ce qui conduira finalement à une invasion terrestre de l’armée.

Le Hamas, pour sa part, mène une bataille inefficace contre l’organisation renégate. Il y a quelques jours, par exemple, l’appareil de sécurité interne du Hamas a arrêté Hashem Salem, membre du Jihad islamique converti de l’islam sunnite au chi’isme, et créé Sabireen, une organisation pro-iranienne dans la bande de Gaza. C’est ainsi que tout commence : c’est aujourd’hui une petite organisation caritative, financée par l’Iran, qui soutient les veuves et les orphelins, mais si nous n’y prêtons pas attention, cette association sera demain une nouvelle organisation militaire iranienne à Gaza.

Le Hamas comprend le danger inhérent aux organisations pro-iraniennes, mais en Israël, le Jihad islamique n’est considéré que comme un ennemi secondaire. Alors que le Hamas est un mouvement politique, le Jihad islamique est un mouvement militaire. Il ne reconnaît pas l’OLP en tant que représentant du peuple palestinien et se considère comme une unité d’élite combattante ayant pour objectif de libérer la Palestine. Il compte désormais plus de roquettes dans la bande de Gaza que le Hamas. Et c’est ce qui va enflammer la frontière entre Israël et Gaza.

 

Mise à jour: 03.08.19, 04:17

Alex Fishman | Publié: 03.08.19, 04:17

ynetnews.com

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.