L’ex Premier ministre Netanyahou et le ministre de l'Énergie Steinitz sur la plate-forme gazière Léviathan

Toutes les personnes concernées connaissent cette vérité et personne n’en parle publiquement, à l’exception d’une ou deux publications dans la presse professionnelle du domaine de l’énergie – qui sont bloquées au grand public en raison du prix élevé des abonnements.

Et donc le gouvernement peut en attendant garder le silence et Assad et Nasrallah aussi: il est très commode pour eux de ne pas choquer en disant qu’il s’agit bien du gaz égyptien qui affluerait au Liban dans un an ou plus si tout se passe bien.

Sans trop entrer dans les détails voici l’explication: l’idée est d’utiliser le «gazoduc arabe», qui absorbera le gaz arrivant à Aqaba depuis un point au sud de Taba par un gazoduc au fond de la mer Rouge et de là par la Jordanie jusqu’à la Syrie. La section en Syrie doit être reconstruite à partir de ses ruines et étendue au Liban. Apparemment, même pour une entreprise d’ingénierie assez ordinaire, ce n’est pas vraiment simple ou possible.

Premièrement, le gazoduc dans le nord du Sinaï par lequel les Égyptiens sont censés acheminer leur propre gaz vers la Jordanie est «occupé» par le gaz venant d’Israël et circulant dans la direction opposée – vers l’ouest en Égypte. Par conséquent, si vous souhaitez acheminer du gaz d’Al-Arish vers le sud, vers la mer Rouge, vous n’avez pas d’autre choix que d’acheminer le gaz que l’Égypte achète au «Leviathan».

Deuxièmement, la section nord du «gazoduc arabe» en Jordanie est utilisée pour acheminer le gaz de la «baleine» au sud vers les centrales électriques de Zarqa et de Samra. Encore une fois: pour acheminer le gaz vers la Syrie et le Khanon, il faudra s’approvisionner davantage en «égyptien» depuis le sud, ce qui permettra de détourner le gaz du «Leviathan» vers le nord.

Dans les conversations fiévreuses qui se déroulent maintenant à un niveau élevé, aucune autre alternative ne s’est présentée, jusqu’à preuve du contraire. En ce qui concerne le Hezbollah, il vaut mieux fermer les yeux tant qu’ils éclairent le Liban. L’électricité produite à partir du gaz sera également bien utilisée par les usines d’armement et les dépôts de missiles de Nasrallah. Pour Assad, c’est un retour dans le cercle arabe. Le roi Abdallah de Jordanie pense que pas à pas Assad peut être sauvé de l’étreinte iranienne, et le président égyptien Sissi s’est toujours opposé à la destitution d’Assad.

Comment, alors, Israël se comportera-t-il? Est-il possible d’exiger un retour politique significatif d’Assad et de Nasrallah? Et si oui, sur quelle considération insisterons-nous?

Et en l’absence d’une compensation adéquate, Israël doit-il contrecarrer le plan que les Etats-Unis saluent? Les bénéfices supplémentaires des ventes de gaz ne sont pas la principale considération. Ce qui n’éclaire pas le Liban avec l’aide du pétrole iranien.

JForum ‒ Infos Israel-news

https://infos-israel.news/le-gaz-israelien-arrivera-t-il-au-hezbollah/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.