Irak : Renforts U.S via Israël, prêts à neutraliser les milices

3
2571

L’armée américaine en Irak, via Israël et la Jordanie, prête à affronter des milices irakiennes pro-iraniennes

 

DEBKAfile Exclusive : des renforts américains ont été envoyés en Irak, mercredi 6 mars, prêts à l’offensive contre deux des plus grandes milices pro-iraniennes d’Irak qui s’apprêteraient à harceler les forces américaines dans le nord de l’Irak et en Syrie. Les troupes supplémentaires ont été expédiées à partir de bases américaines en Jordanie et en Israël. Le lendemain, lorsque ces milices ont appelé à la «résistance contre la présence américaine dans la région», les forces américaines dans la région du Golfe et du sud de l’Europe, notamment en Roumanie et en Bulgarie, ont également été placées en état de préparation élevée.

Nos sources ont désigné ces milices : Kata’ib Hezbollah et Asaib Ahl al-Haq, alias le réseau de Khazali – tous deux liés au Hezbollah, la mère porteuse libanaise de otutes les milices au service de l’Iran.

Le commandement américain dans la région estime que les forces américaines dans l’est et le sud de la Syrie, ainsi que les bases américaines proches de la frontière syrienne, sont menacées, ces deux milices ayant été déployées par leur commandant, le chef d’Al Qods, le général Qassem Solemani, sur des positions en Syrie. Les forces Al Quds ont également implanté des cellules secrètes dans les émirats du Golfe.

L’appel à la «résistance» intervient au lendemain de la désignation par Washington d’une organisation terroriste et de l’imposition de sanctions contre une troisième milice iranienne pro-iranienne appelée Harakat -Hezbollah al Nujaba. Ce groupe fournit à l’armée iranienne en Syrie une unité d’opérations spéciales. Il est armé de missiles de surface iraniens et de chars T-72 de fabrication russe remis par l’armée syrienne. La principale mission de Nujaba est de conquérir le Golan et de le retirer à la domination israélienne.

Jeudi, les forces américaines en Irak ont ​​été confrontées à un autre danger. Nessar al-Rab’ee, chef politique de l’aile militaire du puissant mouvement sadriste irakien, a appelé le parlement de Bagdad à adopter une loi ordonnant à toutes les forces étrangères de quitter le pays. Comme les troupes américaines constituent le gros de la présence étrangère, cette initiative législative a été perçue comme étant dirigée contre elles. C’était un revers inattendu. Muqtada Sadr, qui dirige ce mouvement, s’est longtemps opposé à l’influence iranienne à Bagdad. Le fait qu’il était disposé à ce que sa branche armée, l’armée du Mahdi, joignent leurs forces aux milices pro-iraniennes contre les États-Unis ont encore attisé les craintes des commandants américains au Moyen-Orient et de l’administration Trump à Washington.

Nos sources rapportent que le vendredi 8 mars, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a exprimé les préoccupations des États-Unis dans un appel téléphonique adressé au Premier ministre irakien Adel Abdul-Mahdi. Dans la soirée, Abdul-Mahdi a publié l’avis suivant: “Les États-Unis ne peuvent pas établir légalement de nouvelles bases en Irak et leur présence militaire actuelle doit se limiter à la lutte contre Daech et à la formation des troupes irakiennes”. Il est noté que le Premier ministre irakien peut guère faire grand chose contre les milices pro-iraniennes, car elles surclassent et dépassent en nombre l’armée nationale.

L’avis de Bagdad a été interprété comme un refus d’autoriser les États-Unis à mener à bien leur plan visant à établir de nouvelles installations militaires pour accueillir les troupes que le président Donald Trump a ordonné de retirer de la Syrie. Ces installations sont déjà en construction dans le nord, près de la ville pétrolière de Kirkouk, en face de la base aérienne américaine de la province occidentale d’Anbar.

   ,  ,  , 

Adaptation : Marc Brzustowski

US military buildup in Iraq via Israel and Jordan ready for clash with pro-Iranian Iraqi militias

3 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.