Accueil International L’amende astronomique de Trump est-elle constitutionnelle?

L’amende astronomique de Trump est-elle constitutionnelle?

526

La méga-amende de Trump est-elle inconstitutionnelle?

par Alan M. Dershowitz

Arthur Engoron, juge de la Cour suprême de New York dans l’affaire immobilière intentée contre Donald Trump par le procureur général de l’État, a infligé une amende de 464 millions de dollars à Trump et aux membres de sa famille.

Cela soulève la question de savoir si l’amende – qui ne reflète pas les dommages réellement causés – est « excessive » au sens du huitième amendement de la Constitution américaine, qui se lit comme suit : « Une caution excessive ne sera pas exigée, ni des amendes excessives imposées, ni des peines cruelles et des punitions inhabituelles infligées.

Le tribunal a également ordonné à Trump de payer 111 000 dollars d’intérêts par jour , et qu’il « lui est interdit d’exercer les fonctions de dirigeant ou d’administrateur d’une société new-yorkaise ou d’autres entités juridiques de l’État pendant trois ans, et qu’il ne peut pas demander de prêts auprès de l’État » toute institution financière enregistrée dans l’État depuis trois ans… »

En outre, le tribunal a infligé une amende de 4 millions de dollars chacun à ses deux fils, Donald Trump Jr. et Eric Trump , et leur a interdit d’exercer des fonctions de direction au sein de la Trump Organization pendant deux ans.

Bien que le huitième amendement ne se limite pas explicitement aux affaires pénales, ses trois sujets – la caution, les amendes et les sanctions – se rapportent tous de manière générale aux affaires pénales. L’amende de Trump a été infligée dans le cadre de ce qui a été appelé une affaire civile. Mais il ne s’agissait pas d’une affaire civile traditionnelle entre parties privées, car aucune partie privée n’aurait été lésée par Trump. Il s’agissait d’une affaire intentée par l’État de New York, qui recevrait l’amende. De plus, l’amende visait à dissuader le type de comportement dont Trump était accusé.

Ces facteurs font que l’amende semble plus proche des attributs habituels d’une affaire pénale publique que d’une affaire civile privée. Une analyse fonctionnelle de l’amende dans cette affaire pourrait bien conclure qu’elle est réellement de nature pénale et qu’elle devrait être couverte par le huitième amendement.

Les avocats de Trump argumenteront certainement à ce stade, même s’il est peu probable qu’ils obtiennent gain de cause lors du premier appel. Ils solliciteront alors certainement un contrôle de la Cour suprême des États-Unis, en alléguant une violation du huitième amendement. Si la Cour suprême devait accorder un contrôle, elle devrait examiner deux questions : la première est de savoir si cette amende imposée par l’État et d’autres amendes similaires sont couvertes par le huitième amendement ; si tel est le cas, la deuxième question serait de savoir si l’amende de 464 millions de dollars est excessive.

La réponse à la deuxième question est plus simple que la première. L’amende est clairement excessive selon toute norme raisonnable. Cela ne reflète pas les dommages réels infligés à autrui par la prétendue surestimation par Trump de la valeur de ses actifs. Cela ne reflète pas non plus raisonnablement les bénéfices réellement réalisés par Trump en surestimant ces actifs.

Quant à la première question, il n’y a même pas eu d’allégations de dommages causés aux institutions bancaires géantes auprès desquelles Trump a emprunté. Ils n’ont perdu aucun argent, n’ont réclamé aucune perte et étaient impatients de faire affaire avec le promoteur immobilier qui remboursait ses emprunts avec intérêts.

On ne peut pas non plus raisonnablement conclure que Trump a profité de ses prétendues surévaluations en bénéficiant d’un taux d’intérêt inférieur. Les taux d’intérêt des prêts immobiliers sont négociés en grande partie en fonction de l’offre et de la demande. Les banques étaient avides des affaires de Trump, et si elles avaient essayé d’augmenter le taux d’intérêt, il aurait facilement pu aller ailleurs et négocier le taux qu’il avait effectivement obtenu. L’amende imposée dans cette affaire était clairement punitive dans son intention, dans ses effets et dans la réalité. Cela nous amène à la question constitutionnelle plus fondamentale de savoir si cette amende excessive est interdite par le huitième amendement.

Les États cherchent depuis longtemps à échapper aux restrictions du huitième amendement en désignant les sanctions comme étant civiles plutôt que pénales. Mais les tribunaux reconnaissent parfois que lorsqu’il marche comme un canard et cancane comme un canard, c’est un canard. Ce canard en particulier présente tous les éléments d’une amende pénale, imposée par l’État, à titre de punition, afin de dissuader de futures mauvaises conduites.

L’action civile contre Trump a été intentée par la procureure générale de New York, Letitia James, une procureure qui a fait campagne pour son poste électif en s’engageant à obtenir Trump. En intentant une action civile plutôt qu’une poursuite pénale, James a refusé à Trump un procès devant jury, ce qu’il n’aurait pas pu obtenir dans ce genre d’affaire ; une exigence de preuve hors de tout doute raisonnable et d’autres garanties constitutionnelles. Elle cherche désormais à lui refuser la protection de l’interdiction des amendes excessives prévue par le huitième amendement.

Les tribunaux devraient se concentrer sur la réalité de cette amende et la juger inconstitutionnellement excessive.

Alan M. Dershowitz est professeur de droit et l’auteur le plus récent de War Against the Jewish: How to End Hamas Barbarism . 

la procureure Laetitia James, arrive au procès civil de Trump le 2 octobre 2023 à New York. (Photo de Michael M. Santiago/Getty Images)
JForum.fr avec www.gatestoneinstitute.org

 

 

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Damran

Tout est fait pour empêcher TRUMP de se présenter contre Sleepy Joe aux prochaines élections présidentielles de novembre 2024.
Tous les coups bas sont permis, les entorses au Droit, l’acharnement judiciaire, et surtout, la justice américaine qui n’arrête pas de noyer le dossier de Hunter Biden.
En admettant que TRUMP puisse se présenter, il n’est pas du tout certain que ceux qui ont participé au vol de sa victoire ne vont pas récidiver une fois de plus.
Biden la marionnette est prêt à tout pour l’emporter et il a besoin de toutes les voix pour y parvenir, surtout celles des wokistes cinglés, des nazislamistes, les gaucho-fachos, et surtout, les arabo-musulmans très engagés, qui veulent se faire entendre et modifier le résultat des élections en prétendant défendre Gaza contre Israël.
A force de céder à tout au nom de la liberté d’expression, les Etats-Unis ont laissé se développer une cinquième colonne très agressive, très raciste, très antisémite, très anti-Israël, et qui n’a pas peur de faire le coup de poing avec les forces de l’ordre du pays qui les a accueillis.
Il ne faut pas oublier que c’est l’odieux Obama qui a, peu après son élection, laissé entrer plus de six millions d’arabo-musulmans aux USA.
Comme dans tous les pays du globe où s’installent ces populations impossibles à intégrer, les violences et le racisme virulent prennent place et se développent.
L’ensemble de la planète est infecté par ce virus impossible à détruire….