Le groupe d’intérêt n°1 pour Israël a publié sa première rebuffade publique contre l’Administration Obama, au sujet de sa réponse à la victoire électorale en raz de marée du Premier Ministre israélien Binyamin Netanyahu et de ses déclarations peu de temps avant et juste après l’élection. 

Prime Minister Benjamin Netanyahu speaks to the American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) on March 2. in Washington, DC. / Mark Wilson / Getty Images / AFP

Le 19 mars, le Président Barack Obama a déclaré à Netanyahu que les Etats-Unis allaient réévaluer leur politique, en réponse au commentaire pré-électoral de Netanyahu, qui rejetait, dans l’immédiat, l’idée d’un Etat Palestinien dans le contexte de la guerre contre l’Islam radical. Lors d’un appel téléphonique, Obama a prodigué à Netanyahu ses félicitations tardives, mais a exprimé ses inquiétudes, à propos de la mise en garde de Natanyahu sur le fait que les Arabes Israéliens étaient emmenés en bus jusqu’aux bureaux de vote, ce que la Maison Blanche a dénoncé comme un effort « cynique » pour mobiliser les électeurs, en insinuant qu’il s’agissait d’une manœuvre raciste. 

La Commission des Affaires Publiques Américano-Israéliennes (AIPAC) a publié un communiqué, un peu plus tard, ce même 19 mars, qui exhorte l’Administration Obama à tenir ses engagements envers Israël. 

« Aujourd’hui, le Premier Ministre israélien Binyamin Netanyahu a fermement et clairement réaffirmé son engagement à tenter de résoudre le conflit palestino-israélien par la solution à Deux Etats », rappelle l’AIPAC.

« Malheureusement, les porte-parole de l’Administration ont, de leur côté, rejeté les efforts du Premier Ministre pour tenter d’améliorer l’entente entre Israël et les Etats-Unis », dit cette déclaration publique. 

« En opposition à ses commentaires actuels, nous exhortons l’Administration à renforcer encore plus les liens avec l’allié le plus fiable et le seul réellement démocratique de l’Amérique au Moyen-Orient ». 

|

worldtribune.com

Adaptation : Marc Brzustowski

————————-

 

John McCain: « Obama, maîtrisez vos nerfs »

 

Abir Sultan (Pool/AFP)
Abir Sultan (Pool/AFP)« Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (c) pose au milieu de sénateurs américains, parmi lesquels John McCain (2e g), le 19 janvier 2015 dans son bureau à Jérusalem »
 

Le sénateur américain John McCain a accusé dimanche le président Barack Obama de « piquer une crise de colère » concernant les déclarations du Premier ministre Benyamin Netanyahou selon lesquelles il rejettait un Etat palestinien « sous sa gouvernance ».

Interrogé sur la fragilité des relations israélo-américaines, l’ancien candidat républicain à la présidentielle américaine a indiqué : « Je pense que cela dépend de la présidence des Etats-Unis« .

« Le président doit s’en remettre » a déclaré McCain sur CNN. « Vous devez maîtriser vos nerfs, Monsieur le Président« .

« Le cadet de vos soucis est ce qu’a déclaré Bibi Netanyahou pendant la campagne électorale. Si tous les politiciens respectaient ce qu’ils disent durant une campagne, on aurait là évidemment un long sujet de discussion ».

McCain a également appelé Obama à se concentrer davantage sur la menace croissante de l’Etat islamique au Moyen-Orient et sur le programme nucléaire iranien.

« La position d’Israël est confuse »

Brendan Smialowski  (Pool/AFP)
Brendan Smialowski (Pool/AFP)« John Kerry (D) et l’ambassadeur américain en Israël Daniel Shapiro le 6 janvier 2014 à l’aéroport Ben Gourion à Tel Aviv »
 

L’ambassadeur des Etats-Unis en Israël Dan Shapiro a déclaré dimanche que, compte tenu des récentes déclarations du Premier ministre Benyamin Netanyahou sur le rejet d’un Etat palestinien sous sa gouvernance, Washington n’avait pas d’autre choix que de réexaminer sa politique à l’égard d’Israël.

« La position d’Israël était différence jusqu’à ces déclarations. Ces propos sèment la confusion et soulèvent des doutes sur la véritable position d’Israël », a-t-il déclaré dans une interview à la radio militaire.

« La question que nous privilégions systématiquement est comment avancer vers la solution de deux Etats pour deux peuples », a-t-il ajouté.

Samedi soir, le président américain Barack Obama a mis en garde le Premier ministre israélien, dans une interview accordée au Huffington Post, contre une érosion de la démocratie israélienne, après que ce dernier a menacé d’un « vote arabe massif » le jour des élections.

« Nous avons indiqué que ce genre de discours était contraire aux traditions d’Israël. Que, bien qu’Israël ait été fondé sur la base de la patrie juive historique et la nécessité d’avoir une patrie juive, la démocratie israélienne est basée sur le principe d’un traitement égal pour tous ses citoyens. Si cela se perd, alors je pense que non seulement Israël donne des arguments à ceux qui ne croient pas en un Etat juif, mais je pense aussi que la démocratie dans le pays commence à s’éroder », a déclaré le président américain.

« Nous pensons que Netanyahou ne veut pas d’Etat palestinien » (Obama)

Saul Loeb (AFP/File)
Saul Loeb (AFP/File)« Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu listens to US President Barack Obama during a 2013 meeting in the White House »
 

Insitant sur la position « non clarifiée » du Premier ministre israélien sur « la solution à deux Etats », Obama a répondu au journaliste: « J’ai eu la chance de parler avec Benyamin Netanyahou hier et je lui ai indiqué que nous continuons de croire qu’une solution à deux Etats est la seule manière de parvenir à la sécurité d’Israël à long terme, s’il veut rester à la fois un Etat juif et démocratique. Et je lui ai dit que, étant donné ses déclarations avant l’élection, il sera difficile de trouver une voie pour que les négociations paraissent possibles ».

Netanyahou avait déclaré la veille du grand rendez-vous électoral israélien que le statu quo serait maintenu s’il était élu, ce qui a provoqué de vives réactions du côté de l’administration américaine.

Obama a toutefois rassuré Israël; en affirmant que la coopération sécuritaire se poursuivrait dans les intérêts de l’Etat hébreu, alarmé tout de même sur une aggravation potentielle de la situation dans la région.

« Nous le prenons au mot quand il dit que cela n’arrivera pas au cours de son poste de Premier ministre, et c’est pourquoi nous devons évaluer d’autres options pour s’assurer que la région ne devienne pas chaotique ».

i24news.tv

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires