La Russie et l’Iran se dirigent vers la défaite en Ukraine

Tergiverser à un moment où nous devrions nous concentrer sur de nouvelles défaites pour les Russes sur le théâtre ukrainien ne fait qu’aider Vladimir Poutine. Saisissons le moment et portons à l’alliance russo-iranienne le coup qu’elle mérite.

Les nostalgiques des beaux jours du néoconservatisme voudront peut-être savoir que mercredi, l’ancien président américain George W. Bush animera une discussion vidéo avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Bush – dont le célèbre discours sur l’état de l’Union de 2002 sur « l’Axe du mal » a énuméré l’allié loyal de la Russie, l’Iran, aux côtés de la Corée du Nord et de l’Irak – a déclaré qu’il considérait Zelensky comme un Winston Churchill pour notre époque, tandis qu’une déclaration de l’Institut George W. Bush l’annonce de l’événement exhorte les États-Unis à « fournir l’assistance, militaire et autre, pour aider l’Ukraine à se défendre ».

Les isolationnistes de droite et les défenseurs « anti-guerre » de gauche se moqueront sans aucun doute de cet événement comme d’un exercice du genre de bellicisme que nous pensions avoir laissé derrière nous en Afghanistan et en Irak. Mais les préoccupations soulevées dans ces conflits n’ont que peu d’incidence sur la brutale invasion russe de l’Ukraine. Personne ne parle de déployer des troupes américaines ou de l’OTAN sur le terrain en situation de combat, pas plus qu’il n’est question d’une administration internationale pour superviser la partie croissante du territoire ukrainien qui est libérée des occupants russes. Le gouvernement démocratique de Kyiv a demandé des armes, mais ce sont des combattants ukrainiens qui les feront fonctionner et des responsables ukrainiens qui géreront la reconstruction d’après-guerre.

De plus, le timing de l’événement avec Bush et Zelensky est fortuit. La semaine dernière, les forces armées ukrainiennes ont réalisé leur percée la plus importante à ce jour, alors que la Russie a été contrainte à un retrait humiliant de la ville méridionale de Kherson qu’elle avait capturée au début de l’invasion. Pendant des mois, Kherson a été le lieu du règne de terreur de la Russie, avec des milliers d’habitants de la ville battus, arrêtés et torturés pour avoir protesté contre l’incursion russe, le viol et la maltraitance de femmes et de filles aussi jeunes que 12 ans et l’enlèvement de près de 2 000 enfants ukrainiens. enlevés à leurs familles et renvoyés en Russie même. Vendredi dernier, les citoyens battus de Kherson sont sortis dans les rues à la vue bienvenue du drapeau national ukrainien et des patrouilles de troupes ukrainiennes, et non russes.

Les sourires épuisés à Kherson étaient assortis aux grimaces nerveuses des hauts gradés russes alors qu’ils tentaient de transformer leur défaite à Kherson en un simple « redéploiement ». S’il reste vrai que Kherson est une ville pleine de dangers, avec des pièges jonchant ses rues et le reste des forces russes maintenant rassemblées sur la rive opposée du Dnipro, il ne faut pas se tromper sur le fait que Kherson marque également une victoire décisive.

Il est donc important que la communauté internationale aide les Ukrainiens à poursuivre sur cette lancée. Si la victoire est définie comme l’expulsion totale des forces russes d’Ukraine, alors le triomphe à Kherson est la meilleure preuve à ce jour qu’un tel résultat est possible. C’est aussi éminemment souhaitable; ce sont, bien sûr, les Ukrainiens qui ont le plus souffert de l’agression illégale de la Russie, mais le reste d’entre nous, où que nous vivions, avons souffert de l’impact de la guerre sur les prix des denrées alimentaires et de l’énergie à un moment où notre santé économique est se détériore sérieusement.

La situation actuelle a en outre révélé à quel point les dirigeants russes se sont aliénés la communauté internationale. En effet, il n’y a qu’un seul État qui est prêt à aider concrètement le dictateur russe Vladimir Poutine dans sa tentative d’éliminer l’Ukraine en tant que nation souveraine : l’Iran. La semaine dernière, le chef du Conseil de sécurité russe, Nikolai Patrushev, s’est envolé pour Téhéran à l’invitation de son homologue iranien, l’amiral Ali Shamkhani. À son arrivée, Patrushev a traité les journalistes d’une diatribe sur la prétendue campagne de « désinformation » des médias occidentaux infâmes concernant l’Ukraine avant d’entamer des discussions avec Shamkhani et d’autres qui se sont concentrées sur la façon dont l’Iran peut consolider la machine de guerre russe en ruine. Cela implique principalement la fourniture d’armes létales ; les drones Shahed-136 et Arash-2 qui ont déjà dévasté les centres de population ukrainiens et éventuellement les missiles Fateh-110 et Zolfighar avec des portées de plusieurs centaines de kilomètres. Une telle liste d’équipements est une indication de la manière dont la Russie entend mener cette guerre à l’avenir, en visitant la destruction des infrastructures civiles de l’Ukraine afin de provoquer l’exode de millions de réfugiés supplémentaires vers l’ouest alors que le froid glacial de l’hiver s’installe.

En temps de guerre, le timing est primordial. Les forces armées ukrainiennes ont déjà prouvé le dicton selon lequel une armée qui croit en ce pour quoi elle se bat est une force supérieure face à un ennemi plus grand, mieux équipé et au moral bas. L’importance de cela a été reconnue dans les principales capitales internationales, en particulier à Washington, DC, où le gouvernement américain a fourni la semaine dernière 400 millions de dollars supplémentaires d’aide à la défense, notamment les roquettes HIMARS déployées si efficacement par les Ukrainiens ainsi que les missiles Humvees, Stinger et cartouches de munitions.

D’autres pays débattant de mesures similaires devraient suivre l’exemple des États-Unis. Cela inclut Israël, qui – comme je l’ai dit ici le mois dernier – s’est vu offrir une occasion en or de souligner ses références en tant que membre dirigeant de la communauté des nations démocratiques. En outre, Israël a également l’occasion d’infliger, par son implication en Ukraine, une défaite majeure à l’Iran et son objectif d’éliminer l’État juif de la carte de la même manière que Poutine a l’intention de le faire avec l’Ukraine.

Il y aura ceux, comme toujours, qui poussent à la prudence avec divers arguments. La crainte que le fait de pousser la Russie puisse l’amener à déstabiliser d’autres parties du monde, le plus évidemment le Moyen-Orient, où elle conserve une présence militaire notable, quoique épuisante, en Syrie, en est une. Constater que la Russie est le deuxième fournisseur mondial de gaz naturel et le troisième fournisseur de pétrole, et qu’il faut par conséquent ménager ses dirigeants, en est une autre. Les avertissements apocalyptiques selon lesquels un Poutine désespéré retournera son arsenal nucléaire sur les villes occidentales en sont encore une autre. En fin de compte, le but de toutes ces perspectives – qui présentent des hypothèses discutables comme des faits incontestés – est d’éviter une défaite totale des Russes, permettant ainsi au régime de Poutine de présenter sa survie comme une victoire, tout comme la dictature de Saddam Hussein en Irak l’a fait après les années 1990. La guerre du Golfe.

Tergiverser à un moment où nous devrions nous concentrer sur de nouvelles défaites pour les Russes sur le théâtre ukrainien ne fait qu’aider Poutine, qui n’est manifestement pas l’autocrate pragmatique et bienveillant que trop de politiciens occidentaux ont stupidement cru qu’il était pendant deux décennies. Saisissons le moment et portons à l’alliance russo-iranienne le coup qu’elle mérite.

Source : jns.org – par Ben Cohen

1 COMMENTAIRE

  1. Le marché de l’armement est international, le Président Poutine utilise la Biélorussie comme son territoire militaire, une concession qui permet d’éviter une annexion probable, la Tchétchénie qui entend participer à un rôle important, contre l’Ukraine sont des faits, des armements israéliens sont réalisés en partage avec les U.S.A, aucune raison pour qu’ils ne soient pas livrés à ce pays louable agressé à l’horrible.
    Le chantage russe de représailles s’adresse à tous, à tous de ne pas l’accepter.
    Cette guerre n’est pas de ce temps, les défis qui se posent à la planète toute entière requièrent l’adhésion de tous, détruire des richesses, des valeurs, du patrimoine mondial, ne permet aucune évolution, toute vie est à respecter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.