ALGÉRIE: ÉCLABOUSSÉE PAR LE SCANDALE DE DEUX CADAVRES DANS UN AVION, LA JUNTE DÉCLENCHE UNE PURGE AU SEIN DE LA POLICE.

Une purge sans précédent a secoué la police algérienne ce mardi 7 juin 2022. Tous les hauts gradés de la police des frontières au sein de la DGSN ont été limogés. Cette nouvelle saute d’humeur du régime algérien intervient suite au scandale de la découverte de deux cadavres de harraga dans un avion d’Air Algérie à l’aéroport Houari Boumediene.
C’est sur les écrans d’une télévision locale, proche du pouvoir, Al Hayat TV, que les Algériens ont appris, ce mardi en début d’après-midi, le limogeage de sept hauts responsables de la police. Il s’agit du directeur de la police des frontières (PAF) au sein de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), du directeur adjoint de la PAF, du directeur de la police des frontières à l’aéroport Houari Boumediene, du chef de la police chargée de la sécurité des avions, du responsable de l’équipe en charge de la sécurité et du contrôle de l’aéroport international d’Alger, du commissaire principal de la police de l’aéroport ainsi que de l’officier de sécurité du tarmac dudit aéroport.
Ces limogeages interviennent suite à la découverte, samedi dernier, de deux cadavres de jeunes Algériens qui ont tenté une émigration clandestine en se cachant dans la soute du train d’atterrissage d’un avion d’Air Algérie. Il est très probable que les malheureux ont fait le trajet Alger-Barcelone-Alger, et ont trouvé la mort dès le vol aller.
Le «hrig» réussi en mars dernier d’un adolescent de 16 ans, qui a lui aussi déjoué la vigilance de tout le dispositif de sécurité de l’aéroport de Constantine pour atterrir à Paris, sain et sauf, après avoir voyagé dans la soute d’un avion, semble faire des émules. Le drame de samedi dernier a eu un écho très négatif au sein de l’opinion algérienne, outrée non pas par l’insécurité de ces aéroports-passoires qu’on dit pourtant ultra-sécurisés, mais par la mal-vie des Algériens qui tentent ces derniers temps, par milliers, et par tous les moyens, de quitter leur pays –riche en énergies fossiles–  au péril de leur vie.

Pour masquer son impéritie en matière de gestion des affaires du pays, le régime algérien, lui, n’a qu’une seule réponse, celle de la fuite en avant, à travers des purges à la pelle. Résultat: le climat de terreur qui règne au sein de l’armée déteint sur tous les corps de métier de l’Etat.

En tout cas, l’accès de deux jeunes hommes, sans coup férir, au tarmac de l’aéroport international Houari Boumediene et le fait qu’ils aient réussi à atteindre la soute d’un avion de la compagnie nationale posent plus d’une question. Selon nos informations, les aéroports de destination des avions en provenance d’Algérie n’admettent pas autant de manquements aux dispositifs de sécurité. Et ce ne sont pas les limogeages de hauts responsables de la police algérienne qui vont les rassurer.

Par Mohammed Ould Boah

1 COMMENTAIRE

  1. Si c’était deux jeunes français qui auraient fait ce genre de fuite clandestine, les chefs de la police des aéroports de l’hexagone auraient garder eux leur sièges rond de cuir bien au chaud , comme quoi rien ne fonctionne au niveau sécurité français comme il faudrait , donc on recule au lieu d’avancer …

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.