A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil International La Libye d’Erdogan : une menace pour l’Europe et Israël

La Libye d’Erdogan : une menace pour l’Europe et Israël

678 vues
0

Moins d’une décennie après que l’Europe a évincé Kadhafi, son pays devient une véritable menace pour le continent et pour Israël

Lentement et progressivement, la Libye devient le théâtre d’affrontements entre puissances régionales, notamment Erdogan tentant de la transformer en un avant-poste turc en Méditerranée. Israël est également menacé par cette ingérence turque

Jackie Hoggy 03/07/2020 22:21 
Recep Tayyip Erdoğan, Faiz al-Saraj Recep Tayyip Erdogan, Fayez al-Sarraj (Photo: Getty images, ADEM ALTAN, AFP)

À l’été 2011, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et la Turquie ont reconnu que la rébellion civile contre Damas offrait un potentiel sans précédent pour mettre fin au gouvernement d’Assad et le renverser, et ont décidé de participer à la campagne rebelle contre ce régime. Dirigés par l’Arabie saoudite, les trois ont travaillé pour créer leurs propres factions rebelles, les armer et les soutenir financièrement. Assad a crié qu’une guerre régionale lui était imposée, mais personne n’a écouté un dictateur gémissant. Tout le monde a perçu les événements comme une campagne juste d’une nation contre son dirigeant tyrannique. Assad s’est musclé, a rassemblé des amis forts pour l’aider et a réussi à échapper à la menace de renversement. Les factions rebelles et ceux qui les ont envoyés sont ensuite allés chercher satisfaction au Yémen. Mais là aussi, ils ont échoué.

Neuf ans après le déclenchement de la guerre en Syrie et cinq ans après le déclenchement du conflit de substitution au Yémen, une troisième scène de conflit émerge – la Libye. Les circonstances lui sont propres, mais le schéma est le même. Une coalition d’États y fait face à une autre coalition. Ce sont les guerres du printemps arabe: des blocs d’États trouvent une arène instable dans laquelle s’affronter. Jusqu’à quand ces protagonistes s’égareront-ils?

À Tripoli, un gouvernement est dirigé par Faiz al-Saraj, un politicien ayant une inclination religieuse vers les Frères Musulmans. Mais une force rebelle indépendante centrée dans la lointaine Benghazi la menace. Ces rebelles suivent le chef Khalifa Haftar, un ancien officier de l’armée de Kadhafi. Haftar est soutenu par les Émirats arabes unis, l’Égypte et, selon des publications étrangères, Israël s’intéresse également à ce qui s’y passe. L’Égypte le considère comme un facteur stable qui garantira ses propres frontières contre une infiltration extrémiste dans le pays du Nil. Les EAU méprisent le jihad sunnite et le considèrent comme un danger majeur pour des régimes comme le sien dans le Golfe.

Abu Dhabi estime qu’il est préférable de tuer dans l’œuf des organisations telles que l’Etat islamique, al-Qaïda et autres, plutôt que d’assister à leur développement sans rien faire. Les factions en place, au plus fort de la dépression, plaident pour son intervention.

Avec tout le respect que je dois à la Coalition derrière le Maréchal Khalifa Haftar, le principal acteur de la lutte pour la conquête de la Libye est Erdogan. Un dirigeant turc soutenu par le Qatar a décidé de faire de Tripoli un bastion turc et, à cette fin, a lancé une campagne qui a fait monter la température dans la région à un pic inattendu bien avant l’été. Il y a environ six mois, Erdogan a intensifié la lutte et envoyé ses troupes combattre sur le sol libyen. Ses forces, accompagnées de mercenaires syriens, ont fait de nombreuses victimes dans le camp d’Haftar. À tel point que le président égyptien Sissi envisage sérieusement d’envoyer des troupes pour soutenir le général en perte de vitesse.

“Mes soldats en Libye empêcheront le terrorisme”, a justifié Erdogan en les envoyant, mais son établissement là-bas est dirigé par d’autres motifs. En cas de succès, ce serait comme s’il avait tiré à la mitrailleuse lourde sur l’Europe. Durant ses dernières années, au cours desquelles Kadhafi avait encore de bonnes relations avec l’Occident, il a été le gardien des vagues de réfugiés africains noirs et des Syriens. Si Erdogan prend le contrôle de la Libye, il utilisera ces réfugiés comme une carte lui permettant de menacer l’Europe, comme il l’a déjà fait contre elle, dans le cas syrien. Les réfugiés pauvres ne sont pas seulement des demandeurs d’asile. Les terroristes, ou futurs terroristes, peuvent également être cachés parmi eux.

Basé à Tripoli, Erdogan contrôle également les ressources pétrolières de la Libye. Cette liqueur noire se trouve dans l’estomac de sa terre en grande quantité, que Kadhafi avait déjà vendue à 16 pays européens. Le pétrole libyen est connu pour sa qualité, et son prix de transport est raisonnable, grâce à ses courtes distances (face aux côtes italiennes). Si le rêve d’Erdogan se réalise, la Turquie dominera également les routes maritimes du bassin oriental de la Méditerranée, revenant cent ans après l’effondrement de l’Empire ottoman pour servir de puissance navale. Grâce à tout cela, Erdogan renforcera sa position face à l’Occident et dans la rue arabe en tant que défenseur des Arabes et des musulmans mécontents, en Syrie, Gaza, Libye et dans d’autres pays.

L’Europe s’est piégée toute seule dans la cour du sultan. De nombreux pays du continent ont accordé à Ankara des prêts totalisant des centaines de milliards de dollars. D’autres impliquent des contrats de sécurité avec elle. Cette réalité rend difficile pour eux de lutter contre les aspirations expansionnistes d’Erdogan. La France est particulièrement préoccupée. Si Erdogan devait modifier des prix du pétrole à des taux élevés, inonder l’Europe de réfugiés et gouverner la mer, Paris pourrait être directement touchée.  

Il y a neuf ans, l’ancien président français Nicolas Sarkozy était le moteur de la campagne internationale pour renverser Kadhafi. Il s’est efforcé de convaincre les Nations Unies et a favorisé l’approbation rare par le Conseil de sécurité de l’ONU d’une opération militaire contre Tripoli. Sarkozy a même réalisé l’incroyable, en persuadant la Russie de s’abstenir de mettre son veto contre la bataille qui se profilait. Cette décision a entraîné la décision sur le sort de six millions de Libyens qui ont perdu leur unité et leur indépendance. Au bout d’à peine quelques mois, Kadhafi a été renversé et son pays a été déchiré par des loyautés éclatées.

Recep Tayyip Erdogan (Photo: Reuters)Recep Tayyip Erdogan (Photo: Reuters)

 

Israël-Emirats : Qui n’est pas pour l’élimination du Coronavirus?

Jeudi dernier, lors d’une cérémonie de remise des diplômes, le Premier ministre Netanyahu a surpris en annonçant une collaboration spéciale avec les Émirats arabes unis pour combattre le Corona. “Dans quelques instants”, a-t-il annoncé, “les Émirats arabes unis et l’État d’Israël vont annoncer leur coopération dans la lutte contre le Corona”. Il a expliqué que la collaboration se concentrerait sur la recherche et le développement et améliorerait la sécurité sanitaire des résidents de toute la région. Le message promis ne s’est pas immédiatement réalisé.

Quelques heures plus tard, une porte-parole des EAU, Hind al-‘Ayiba, a publié une déclaration partielle. Selon son annonce, deux sociétés privées des Émirats arabes unis ont signé un contrat avec deux sociétés israéliennes pour développer une technologie de recherche pour lutter contre Corona. Deux heures se sont écoulées, et une annonce similaire a été faite par le directeur général du ministère de la Santé.

La collaboration annoncée entre les ministères de la santé des deux côtés est une communication officielle entre les gouvernements. La recherche conjointe entre entreprises privées est une entreprise époustouflante, mais beaucoup moins révolutionnaire. Le résultat peut être le même, mais politiquement, la différence équivaut à celle entre le ciel et la terre. Sur le plan politique, le professionnalisme se pose : quel serait l’avantage de la coopération scientifique avec un Etat arabe, pour un pays comme Israël où il existe une tradition de recherche, de concentration des esprits et de réalisations technologiques éprouvées? Les EAU sont une arène de recherche qui n’en est encore qu’à ses débuts. Des conférences scientifiques y sont généralement organisées, ainsi que le début des recherches sur les épidémies, mais cela représente finalement assez peu. On suppose que les Israéliens apporteront la connaissance et l’argent. Jusqu’à ce que la recherche soit terminée, cela peut prendre des années. Alors, quel est le secret d’Etat derrière toute cette histoire?

Trois raisons peuvent motiver la levée partielle du secret, puis un sentiment de rétropédalage. La première est qu’il ne s’agit pas réellement d’entreprises privées, mais plutôt de sociétés-écrans pour des agences de sécurité. La seconde, d’ordre politique et diplomatique : Israël espérait tirer d’Abu Dhabi une déclaration rare qui exprimerait le réchauffement des relations entre les gouvernements, mais n’a reçu qu’un accord à demi-reconnu – et a voulu le faire admettre au pays-tiers. La “mariée” a entendu l’officialisation de cette promesse, l’a regrettée et a annulé la cérémonie. Une troisième possibilité est qu’il y a bien des entreprises privées d’Israël qui sont entrées en contact avec des entités privées à Abu Dhabi, mais pour des raisons qui leur sont propres, elles cherchent à rester masquées. Si tel est bien le cas, quoi de neuf? Les Israéliens et les émirats font des affaires, gracieuseté des deux gouvernements, depuis les années 1990. Déjà alors, et pendant de nombreuses années, un bureau de représentation commerciale israélien opère ouvertement, tout en continuant de faire profil bas, à Dubaï.

J’ai essayé d’examiner la question dans les cercles de recherche scientifique. C’est une petite industrie, où tout le monde sait tout. Personne n’a jamais entendu parler d’une entreprise israélienne communiquant avec des collègues des Émirats arabes unis pour des recherches conjointes sur le Coronavirus. Le ministère de la Santé a répondu par un message intéressant. “Nous sommes en train de développer un moyen de lutter contre le virus Corona”, ont indiqué des sources au ministère. Ils mettront en œuvre les accords conformément aux dispositions de la loi et selon toutes les règles de surveillance nécessaires. “

L’essentiel, par exemple à Jérusalem, est que la coopération soit effective, mais on n’en est qu’au début. Ensuite, il faut se demander : si c’est un service à l’humanité, selon Hind al-‘Oyiba, pourquoi maintenir le sceau du secret? Et si le secret est nécessaire, pourquoi l’histoire est-elle publiée? Et si tout va bien et qu’il y a des contacts, pourquoi attendre de réellement lancer la mise en oeuvre? Nous sommes au milieu de la deuxième vague.

L’auteur est le commentateur des affaires arabes des vagues de Tsahal

tguvot@maariv.co.i

maariv.co.il

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.