La guerre laisse à Israël trois options. Il est temps de les mettre sur la table – et de choisir

Les mois à venir façonneront l’avenir d’Israël sur la scène sécuritaire et régionale pour les années à venir.  Les décisions que nous prenons doivent tenir compte du tremblement de terre que la société israélienne a traversé. Face aux opportunités et aux défis, nous méritons une certaine certitude.

Aujourd’hui, l’État d’Israël se trouve à l’un des moments décisionnels les plus importants de son histoire.

Le massacre du 7 octobre, perpétré par l’organisation terroriste Hamas contre des citoyens israéliens dans les communautés entourant Gaza et la guerre qui a éclaté dans son sillage, resteront également dans les mémoires à l’avenir comme un événement d’importance stratégique, certainement pour Israël et peut-être même pour pour tout le Moyen-Orient. En fait, les événements du 7 octobre sont considérés comme un tremblement de terre. Il faut donc s’attendre à des effets secondaires et s’y préparer principalement en construisant une force militaire et de renseignement massive, ainsi qu’en resserrant les relations stratégiques avec les États-Unis, l’Allemagne, les pays arabes et même avec la France et la Grande-Bretagne.

Dans une réalité avec des événements « en cours », dans laquelle il existe de nombreux éléments d’incertitude, il convient d’examiner la situation actuelle d’Israël, d’analyser les possibilités qui s’offrent à lui et d’essayer de comprendre comment telle ou telle décision affectera sa situation, ainsi que les conception de l’espace qui l’entoure.

En ce qui concerne le « lendemain », la guerre à Gaza offre à Israël plusieurs options :

La première option – le maintien de Tsahal dans la bande de Gaza pour maintenir la sécurité.

Une telle décision permettrait, d’une part, à Israël de maintenir une activité opérationnelle continue et, d’autre part, transférerait, en pratique, la responsabilité globale de la bande de Gaza. entre les mains d’Israël. Le Premier ministre a publiquement exclu une telle possibilité d’occupation permanente de Gaza.

La deuxième option est le transfert de la responsabilité de la reconstruction de la bande de Gaza à la communauté internationale et aux pays arabes, en mettant l’accent sur les pays du Golfe.

Ces derniers ont clairement indiqué il y a longtemps que leur implication dans la restauration de la bande de Gaza était conditionnée à la cessation des hostilités et au retrait d’Israël de la bande de Gaza ; éviter un établissement militaire dans une zone de sécurité (périmètre) qui lui permettrait d’attaquer la bande de Gaza et son accord de principe, même sans calendrier concret, avec la vision des deux États (et par implication – la création d’un État palestinien à l’avenir).

Documentation sur l'activité des forces de Tsahal dans la bande de Gaza (photo : porte-parole de Tsahal)Assumer la responsabilité internationale de la bande de Gaza empêchera Israël de mener de fréquents raids, archives | Photo : porte-parole de Tsahal

La troisième option consiste à confier la gestion de Gaza et sa réhabilitation à l’AP et/ou aux Palestiniens agissant en son nom, qui se trouvent de toute façon dans la bande et reçoivent un salaire de l’AP.

Cette fonctionnalité permettra, sous certaines conditions, au moins dans un premier temps, la poursuite de l’activité opérationnelle d’Israël visant à prévenir le terrorisme depuis la bande de Gaza. Dans cette option, nous apportons en réalité d’une part une réponse aux besoins immédiats de la bande de Gaza, mais nous perpétuons, dans une plus ou moins grande mesure, le régime de l’Autorité palestinienne corrompue. Il s’agit de la même autorité qui est en stagnation complète, sans rafraîchir les rangs et sans procéder à aucun renouvellement.

Quoi qu’il en soit, ce serait une terrible erreur de ne pas tirer les leçons de l’époque du Liban et d’éviter d’entrer dans la boue de Gaza, d’y rester coincé pendant de nombreuses années et sans stratégie de sortie. Il est important de planifier les lignes finales des combats et de travailler en coordination avec les États-Unis et la communauté internationale. D’une manière ou d’une autre, Israël se prépare déjà, par l’intermédiaire de Tsahal, à un long séjour dans la bande de Gaza.

Le potentiel du « marché secondaire »

Un large éventail de défis sont confrontés à Israël et au Moyen-Orient. Du côté des opportunités, la relation stratégique et l’identité des valeurs démocratiques que les États-Unis partagent avec Israël constituent l’un des points forts du contexte politique, aux côtés de pays européens de premier plan qui se sont également tenus à nos côtés. C’est un formidable atout pour la préservation et le développement.

Il y avait et il y aura un gouvernement en Israël qui aura raison d’accepter l’idée de deux États, d’une manière qui s’intégrera à la volonté des pays arabes, de l’Europe et surtout des États-Unis – après tout, il existe un potentiel pour l’Arabie Saoudite d’entrer dans le cercle des « Accords d’Abraham ». La volonté de l’Arabie saoudite de normaliser ses relations avec Israël, surtout après une guerre acharnée, aura un effet stratégique sur le Moyen-Orient, notamment sur l’Iran et les organisations terroristes sous ses auspices. Le message qui sera diffusé suite à une telle démarche montrera clairement qu’aucun terrorisme ne gagnera et n’arrêtera la paix.

Dans ce contexte, on rappellera que, le soir du 7 octobre, les Saoudiens ont demandé aux États-Unis trois choses principales en échange de la reconnaissance d’Israël : un accord de défense avec les États-Unis, la possibilité d’acheter les armes américaines les plus avancées sans des restrictions du Congrès, et une autorisation d’enrichir de l’uranium sur son territoire, similaire à celle accordée à l’époque (2015) à l’Iran lors du – JCPOA.

Abu Mazen, Netanyahu, le prince héritier saoudien, Biden (Photo : AP, Reuters)

Abu Mazen, Netanyahu, le prince héritier saoudien, Biden (Photo : AP, Reuters)

Devant la communauté juive de la diaspora, en particulier la communauté juive des États-Unis, le 7 octobre a prouvé à eux et à nous l’importance d’Israël en tant qu’État indépendant et sa force, ainsi que la garantie mutuelle entre nous.

Du côté des défis: les événements du 7 octobre ont gravement porté atteinte à l’alerte, à la dissuasion et surtout à la perception d’Israël dans la région du Moyen-Orient. D’un point de vue plus strict, il est important qu’Israël se prépare rapidement à un autre scénario extrême dans lequel il serait mis au défi par un nouvel événement sécuritaire et même par une surprise stratégique liée aux accords de paix. Il est du devoir de l’échelon politique d’investir massivement dans le rétablissement des relations avec l’Égypte, la Jordanie, les Émirats arabes unis, le Maroc et d’autres pays du monde.

A la frontière du Liban, le Hezbollah, avec le soutien de l’Iran, continue depuis plus de 3 mois une guerre contre Israël, qui comprend des lancements de missiles et de roquettes sur des cibles militaires, mais aussi civiles qui ont entraîné l’évacuation de dizaines de milliers de soldats israéliens. les citoyens de chez eux. À ce stade, il semble que l’affrontement entre le Hezbollah et Israël montre que les deux acteurs ne sont pas intéressés à relever la barre jusqu’à la guerre. Cependant, dans la période post-7 octobre, Israël ne peut pas prendre de risques. Il est actuellement en train de réduire ses forces de Gaza et de les déplacer vers le nord, par désir d’être prêt opérationnellement au cas où il y aurait un changement dans la politique du Hezbollah, ou en raison de la probabilité d’une erreur de calcul sur le terrain. Quoi qu’il en soit, si une guerre de haute intensité éclatait avec le Liban et le Hezbollah, elle entraînerait des dommages mortels aux infrastructures de l’État libanais en général et de Beyrouth en particulier.

En ce qui concerne la capacité du Hezbollah à endommager le front intérieur israélien, le Hamas ne devrait rien faire de ce que nous avons vécu au plus profond d’Israël ces derniers mois. Le Hezbollah, avec le soutien de l’Iran et d’autres organisations mandataires, a la capacité de frapper à une échelle beaucoup plus grande sur l’arrière israélien. Ce sont des volumes auxquels Israël n’a jamais été confronté ni connu de tels volumes.

En Cisjordanie, l’objectif du Hamas lors de l’attaque terroriste meurtrière du 7 octobre était de provoquer dans cette arène une confrontation violente, d’une manière qui obligerait Israël à affronter plusieurs fronts. Ce qui a jusqu’à présent empêché la Cisjordanie de se joindre à la lutte, c’est l’activité opérationnelle responsable de Tsahal sous un commandement central, la conduite responsable de l’Autorité palestinienne et le manque d’intérêt de la population palestinienne de Cisjordanie à payer le prix de la guerre. Le recours à la violence. Les travailleurs travaillant en Israël pendant des mois peuvent provoquer des troubles et une augmentation significative du niveau de violence en Judée-Samarie, ainsi qu’une réflexion sur les actes de terrorisme contre le territoire d’Israël et sa population. Cette zone pourrait affecter l’ensemble du Moyen-Orient d’une manière qui aurait des répercussions sur les accords de paix avec les pays arabes.

En outre, les défis auxquels nous sommes toujours confrontés, comme la démarche inhabituelle des Iraniens dans le domaine de l’avancement du programme nucléaire iranien, les attaques continues de l’Iran et des Gardiens de la révolution contre des cibles américaines en Irak et au Moyen-Orient, contre Israël et dans le Golfe, pays, et les attaques terroristes qui en découlent, en particulier au cours d’une année électorale aux États-Unis, deviennent des scénarios plus probables qu’auparavant .

Une manifestation pour la libération des kidnappés à Tel Aviv (Photo : Miriam Alster, Flash 90)Une mission et un devoir moral de nous tous, une manifestation pour la libération des kidnappés Photo : Miriam Elster, Flash 90

Outre les défis sécuritaires et stratégiques dans la région, nous devrons également faire face à des conséquences importantes sur la scène intérieure israélienne. Sur la base de son expérience passée, en mettant l’accent sur l’échec qui a conduit à la guerre du Kippour (1973) et à la Seconde guerre du Liban (2006), Israël mènera une enquête approfondie et incisive sur le terrible échec du 7 octobre. Il est probable que cela entraînera des conséquences personnelles pour les responsables du système de sécurité israélien, en mettant l’accent sur Tsahal et les services de sécurité généraux, et au niveau politico-politique, en mettant l’accent sur le gouvernement israélien.

Ramener les 136 otages chez eux en Israël est la mission ultime et le devoir moral de nous tous. À ce stade, aucun accord global n’a encore été finalisé. Le fait même de leur retour et bientôt de leur absorption et de leur traitement par l’État et ses citoyens aura également un effet sur la relation et l’engagement des citoyens envers l’État, avec un accent sur le retour des résidents dans leurs foyers à la frontière sud et à  la frontière nord.

En conclusion, Israël fait face à des mois difficiles, tant dans le domaine de la sécurité qu’en Israël même à l’intérieur. Ils façonneront également la manière dont l’État d’Israël sera dirigé, mais influenceront également la manière dont il sera perçu aux yeux de ses citoyens, de ses ennemis et de ceux qui recherchent la paix. Il semble que la démocratie israélienne soit bien vivante et qu’elle se battra bientôt pour son identité. Les piliers de la société israélienne et de son peuple, qui constituent également les systèmes de sécurité et de gouvernement, lui permettront de relever les défis et de se trouver dans une meilleure situation. Il est vrai que le nouvel esprit israélien façonnera la réalité et rapidement, et ne se contentera pas de réagir à elle, et surtout qu’il préparera sérieusement à d’autres défis.

Zohar Pelati a été chef de la direction du renseignement au Mossad et chef de la division politico-sécurité au ministère de la Défense. Actuellement membre Andrew Viterbi au Washington Institute

JForum.fr avec www.mako.co.il Zahar Pelti  N12
la société et les soldats israéliens méritent une certaine certitude, Tsahal à Gaza | Photo : porte-parole de Tsahal

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Guidon

Les 3 solutions évoquées par cet article ne me semblent pas adaptees à la réalité et basées sur des chimères. Une 4e solution me semble plus adéquate.

Alain

Asher Cohen a raison. Soit Israël annexe purement et simplement Gaza et en chasse tous les fauteurs de troubles, soit Il laisse gaza devenir une menace perpétuelle sur son flan sud. Et il s’arme pour faire face à tout évènement (si vis pacem, para bellum).

Asher Cohen

Article d’un ridicule rare, cherchant à manipuler les Juifs par la peur pour imposer ses vues. Comme si l’État Juif aurait été construit avec la bénédiction du Monde Entier. Israël s’est construit dans la guerre perpétuelle. Les fondateurs d’État sont toujours condamnés à la violence. Les solutions proposées dans cet article ne feraient que promettre, et maintenir, l’état de guerre perpétuelle, dans un État Juif marionnette de l’Europe et de pays arabes. Il ne faut pas essayer de jouer les intelligents en faisant une diversion. La question présente n’est pas l’Arabie Saoudite, ni même la libération des otages à n’importe quel prix et au mépris de tout le sang juif déjà versé. La question présente est l’éradication du hamas et elle ne pourra être obtenue que par l’élimination de son socle de populations dites civiles. Le problème est qu’il y a une incompétence crasse des responsables de Tsahal qui, après 3 mois de guerre, n’ont pas réussi à faire plier le hamas, et incompétence crasse des responsables politiques qui depuis plus de 50 ans, n’ont pas réussi à doter Israël de stocks d’armement lui permettant de tenir, ne serait-ce que 6 mois de guerre, face à 30.000 combattants du hamas. Et avec cela, Israël prétend ordonner à l’Iran de ne pas se nucléariser, sous la menace de bombardements. Heureusement que le ridicule ne tue pas. Israël doit assumer la responsabilité de ses choix et actions, depuis au moins 1947, tirer les leçons de ses erreurs, réaliser les corrections nécessaires, et avancer dans son développement, envers et contre tous. Les chiens antijuifs peuvent bien aboyer dans le Monde Entier, la caravane Juive passera.