Dans l’épreuve de force des Etats-Unis avec l’Iran au sujet du programme nucléaire de Téhéran, les USA ont prouvé à quel point ils ont perdu le moral et la confiance en soi » nécessaire pour mener à bien ce genre de négociations et cela « ne menace pas seulement les Etats-Unis et Israël mais aussi le peuple iranien et un nombre croissant d’autres personnes vivant sous le régime de plus en plus enhardi de Téhéran, a confié l’ancien dissident soviétique Natan Sharansky au Washington Post.

S’appuyant sur son expérience en tant que prisonnier politique dans un Etat totalitaire, Sharansky, maintenant président de l’Agence juive pour Israël, a noté une différence cruciale entre l’Union soviétique d’il y a trente ans et l’Iran d’aujourd’hui: L’Union soviétique avait pris la décision de coexister avec l’Occident, mais l’Iran n’a fait aucune concession similaire. Au lieu de faire pression sur l’Iran et de le contraindre à se comporter de sorte à « être traité comme un état normal», Sharansky souligne que «l’administration Obama veut croire apparemment que c’est seulement après la signature d’un accord sur son programme nucléaire que le monde libre peut espérer voir l’Iran cesser de  » déstabiliser le Moyen-Orient et violer les droits de ses citoyens ». Sans pression, « l’Iran ne ressent aucune nécessité de modérer sa rhétorique appelant à la mort de l’Amérique et à rayer Israël de la carte», ou de modifier son comportement.

Bien sûr, ces différences dans la rhétorique n’ont pas changé la politique de l’Union soviétique, qui comprenait l’envoi de missiles à Cuba, des tanks à Prague et son armée en Afghanistan. Mais chaque agression a provoqué une grave crise dans les relations diplomatiques entre Moscou et Washington, influencé l’atmosphère et les résultats des négociations entre eux. Ainsi, par exemple, lorsque les Soviétiques ont envahi l’Afghanistan peu de temps après que l’accord SALT II avait été signé, les États-Unis rapidement ont abandonné l’accord et le dialogue.

Aujourd’hui, en revanche, apparemment aucune escalade dans la belligérance de de l’Iran ne parvient à convaincre le monde libre que Téhéran s’est disqualifié des négociations ou perdrait les avantages qui lui sont offerts.

Rien que le mois dernier, les négociations nucléaires ont continué au même rythme, alors que nous avons vu le terrorisme iranien proliférer, le Hezbollah se transformer en une armée à part entière à la frontière nord d’Israël, et nous avons vu Téhéran continue d’imposer sa domination sur les autres pays, en ajoutant le Yémen à la liste des Etats sous son contrôle.

Ensuite, il y a la question des droits de l’homme. Lorsque les négociations américaines avec les Soviétiques ont concerné les relations commerciales, en particulier la levée des sanctions et l’octroi d’un statut plus favorable à l’Union soviétique, le Sénat, dirigé par le démocrate Henry Jackson, a insisté sur les liens entre normalisation économique avec Moscou avec la liberté d’émigration de ses dissidents. L’année suivante, lorsque l’accord d’Helsinki a été signé, la Maison Blanche en accord avec le Congrès avait fait du sort des dissidents Soviétiques une question centrale dans presque toutes les négociations.

Sharansky a également attribué l’échec américain à faire pression sur l’Iran comme le résultat d’un état d’esprit qui pense qu’affirmer la supériorité de la démocratie libérale sur les autres régimes semble être la relique d’un passé pittoresque colonialiste, » Les leader américains semblent « avoir perdu le courage de leurs convictions. « 

La thèse de Sharansky est que l’Iran devrait changer son comportement avant que les négociations et les concessions soient faites, en écho à un argument avancé par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans son discours historique devant le Congrès le mois dernier, où il a énuméré les trois conditions qui confirmeraient que l’Iran aurait en effet changé son comportement et mérité un examen favorable pour son programme nucléaire : cesser de déstabiliser la région, cesser de soutenir les groupes terroristes mondiaux et cesser de menacer d’anéantir Israël.

Netanyahu a réitéré ces conditions quelques semaines plus tard quand il a dit sur NBC News, « La chose importante est que la levée des restrictions sur le programme nucléaire de l’Iran dépendent d’un changement de comportement de l’Iran; que Téhéran cesse de soutenir le terrorisme, cesse son agression contre presque tous les pays dans la région et cesser d’appeler à l’anéantissement d’Israël « .

Comme les anciens secrétaires d’Etat Henry Kissinger et George Shultz l’ont exprimé dans le Wall Street Journal imposé en leur temps, « Pour que l’Iran soit un membre important de la communauté internationale, la condition préalable est qu’il accepte de s’abstenir d’user de sa capacité à déstabiliser le Moyen-Orient et de s’opposer plus largement à l’ordre international. »

Washington post

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.