L’État islamique avait affirmé que cette otage avait été tuée lors d’un raid de l’aviation jordanienne

Matt Hinshaw (The Daily Courier/AFP/Archives)
Matt Hinshaw (The Daily Courier/AFP/Archives)« L’Américaine Kayla Mueller en 2013 à Prescott dans l’Arizona « 
 

L’humanitaire américaine Kayla Mueller, retenue en otage par l’organisation Etat islamique, est morte, ont annoncé mardi la famille de la jeune femme et Barack Obama, mais selon la Maison Blanche elle n’aurait pas succombé à des raids de la coalition contre l’Etat islamique.

Sans détailler les circonstances de la mort de Kayla Mueller, la Maison Blanche a réfuté les assertions du groupe EI selon lesquelles la jeune femme serait morte au cours d’un raid aérien de la coalition internationale.

« Selon nos informations, il n’y a pas de preuves de la présence de civils dans la zone visée avant le raid aérien de la coalition (mené le 6 février par la Jordanie) », a déclaré le porte-parole de l’exécutif américain, Josh Earnest.

« Cela remet certainement en question les affirmations faites par le groupe EI », a-t-il ajouté.

« C’est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de Kayla Jean Mueller », avait auparavant indiqué Barack Obama dans un communiqué, assurant que les Etats-Unis retrouveront et traduiront en justice les terroristes responsables de la captivité et de la mort de Kayla.

La Maison Blanche a précisé qu’un message envoyé par les jihadistes de l’EI à la famille de la jeune femme avait permis de confirmer son décès.

Dans un communiqué séparé, le secrétaire d’Etat John Kerry a assuré que l’EI, et l’EI seul, est responsable de la mort de Kayla Mueller.

La jeune femme, originaire d’Arizona (sud-ouest des Etats-Unis), avait été enlevée à Alep, dans le nord de la Syrie, en août 2013.

Il s’agissait du dernier otage américain connu à être retenu par l’EI.

Depuis l’été dernier, les djihadistes ont décapité trois otages américains: James Foley, Steven Sotloff et Peter Kassig.

La mort de Kayla Mueller avait été annoncée vendredi par les djihadistes du groupe EI. Selon eux, la travailleuse humanitaire de 26 ans a péri dans un bombardement de l’aviation de la coalition croisée d’une position à l’extérieur de la ville de Raqa, la capitale du califat auto-proclamé de l’organisation EI.

La coalition croisée désigne la coalition emmenée par les Etats-Unis qui bombarde les positions djihadistes en Syrie et en Irak, deux pays dont de larges pans sont contrôlés par l’EI.

Cette zone avait déjà été visée auparavant et il n’est pas inhabituel que des cibles comme celle-là soient frappées à plusieurs reprises, a repris Josh Earnest. Nous avons cette information parce que ce raid a été mené en coordination avec l’armée américaine.

Dans tous les cas, le groupe EI est responsable de la mort de Kayla Mueller, peu importe les causes de sa mort, a-t-il encore souligné. C’est cette organisation qui la retenait contre sa volonté. Cela signifie qu’ils étaient responsables de sa sécurité et de son bien-être.

La Maison Blanche a expliqué mardi que l’organisation EI avait envoyé un message aux proches de la jeune femme ce week-end, dans lequel certaines informations ont permis de confirmer son décès.

Selon le quotidien Washington Post, les djihadistes ont envoyé à la famille une photo du corps de la jeune femme pour preuve de sa mort.

Ses proches ont dit avoir le coeur brisé. Kayla était une travailleuse humanitaire dévouée et pleine de compassion. Elle a consacré sa courte vie à aider tous ceux en manque de liberté, de justice et de paix, ont écrit ses parents, Carl et Marsha Mueller.

Dans une lettre écrite par la jeune femme à sa famille au début de l’année dernière depuis son lieu de captivité, elle avait assuré que même en prison on peut être libre.

« Vieille ruse de terroristes »

Le ministre jordanien des Affaires étrangères Nasser Joudeh a de son côté mis en doute les affirmations de l’EI, qualifiant «de vieille ruse de terroristes» les informations sur des otages tués dans des raids aériens.«Nous sommes très sceptiques», a renchéri le porte-parole du gouvernement jordanien. «Ce n’est pas logique. Comment peuvent-ils identifier un avion jordanien d’aussi loin? Qu’est-ce que l’Américaine faisait dans un dépôt d’armes? Cela fait partie de leur propagande criminelle», a-t-il déclaré à l’AFP.

Jusqu’au bout, les parents de Kayla Jean Mueller ont gardé espoir. Ils avaient appelé les djihadistes à entrer en contact avec eux. «Nous vous avons envoyé un message privé et vous demandons de nous répondre en privé», avaient lancé Carl et Marsha Mueller dans un communiqué publié sur NBC News, précisant avoir été en contact avec les ravisseurs par le passé.

«Vous nous avez dit que vous traitiez Kayla en invitée. En tant qu’invitée, sa sécurité et son bien-être sont de votre responsabilité», ont-ils ajouté. Sa famille l’a décrite comme «extrêmement dévouée au peuple syrien», soulignant qu’elle a consacré «sa carrière à aider ceux dans le besoin à travers le monde». Elle avait effectué de nombreuses missions humanitaires au Darfour, en Inde, dans les Territoires de l’Autorité palestinienne, rejoignant en décembre 2012 la frontière syro-turque pour aider les déplacés. Dans une interview donnée au Daily Courier en mai 2013, avant son enlèvement, la jeune femme détaillait son engagement: «Aussi longtemps que je vivrai, je ne laisserai jamais la souffrance être quelque chose de normal», affirmait-t-elle .

D’après une information de CBSnews publiée en août dernier, l’Etat islamique demandait une rançon de 6,6 millions de dollars en échange de sa libération.

Kayla Muller est la quatrième otage américaine tuée entre les mains de l’Etat islamique. Un reporter britannique, John Cantlie, est toujours retenu captif.

(AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.