Israël pourrait agir contre l’Iran avant l’entrée de l’administration de Biden.

HR McMaster a déclaré à l’animateur de Fox, Bret Baier, que le secrétaire d’État de l’époque, John Kerry, ne prenait aucunement en compte «l’idéologie hostile» du régime iranien.

Un missile dévoilé par l'Iran est lancé dans un endroit inconnu en Iran sur cette photo reçue par Reuters le 20 août 2020 (crédit photo: WANA NEWS AGENCY / REUTERS)
Un missile dévoilé par l’Iran est lancé dans un lieu inconnu en Iran sur cette photo reçue par Reuters le 20 août 2020 (crédit photo: WANA NEWS AGENCY / REUTERS)
L’ancien conseiller à la sécurité nationale, le général HR McMaster pour l’administration Trump, a déclaré jeudi dans une interview accordée à Fox News que le président élu Joe Biden ne devrait pas se joindre à l’accord nucléaire iranien de 2015 lors de sa prise de fonctions le 20 janvier.
McMaster a déclaré à l’animateur de Fox, Bret Baier, que le secrétaire d’État de l’époque, John Kerry, avaiteu  tort et ne prenait pas en compte «l’idéologie hostile» du régime iranien, en plus de son implication dans les guerres régionales par procuration et l’agression contre les États-Unis.

« [Quand on imagine] Ces gros bénéfices pour l’Iran lorsque l’accord a été signé, ainsi que l’allégement des sanctions … qu’ont-ils fait avec cet argent? » , a demandé McMaster.

« Ils ont utilisé cet argent pour intensifier la violence sectaire dans la région dans le but de placer une armée par procuration à la frontière d’Israël », a-t-il noté, reflétant la position du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Ce serait une très grosse erreur de revenir à 2016 et de ressusciter l’accord nucléaire« , a ajouté McMaster.

« L’accord sur le nucléaire iranien a été un désastre politique déguisé en triomphe diplomatique. »

Sur la question de la transition présidentielle, McMaster a déclaré qu’il est essentiel que cela se passe sans heurts pour des raisons de sécurité nationale, arguant que les États – Unis doivent signaler au monde la stabilité des institutions démocratiques et ne pas montrer «de faiblesse et de division».

« Nos ennemis, adversaires, rivaux pensent qu’il est temps d’agir contre nous. Je pense donc qu’il est vraiment important pour nous de faire preuve d’un haut degré de compétence et d’un degré de stabilité et de reconnaître que notre démocratie fonctionne et que nos institutions sont fortes.

Toute période de transition est une période dangereuse », a souligné McMaster.

 » Et je pense que si nous faisons preuve de faiblesse et de division, il y a beaucoup d’acteurs malveillants qui veulent en profiter », a-t-il conclu.

McMaster a également parlé d’Israël et de sa stratégie par rapport à l’Iran, suggérant qu’Israël pourrait agir contre l’Iran sous une forme ou une autre, y compris une frappe militaire, après la fin du mandat de Trump en tant que président. Il a noté que cela serait conforme à la doctrine Begin.

Il a affirmé que nous pourrions assister à un retour à la période du milieu des années 2000 concernant la capacité nucléaire de rupture iranienne. 

5 Commentaires

  1. La volonté de plaire pousse à faire des cadeaux comme on l’a vu avec tous les présidents français et américains du dernier siècle. Cadeau à qui ? A celui qu’on craint le plus, donc le camp des durs du monde islamique ou du monde arabe. Même celui qui a de la mémoire pourrait faire des concessions qu’il sait inutiles. Faire semblant de ne pas voir de difficultés à remplacer des mots de haine par des mots d’adversité des dirigeants musulmans est aussi dangereux. D’ailleurs, on s’attend à une net refroidissement des relations Israël-EU, ne fut-ce que pour plaire aux Musulmans, à l’aile gauche du parti démocrate, à la presse US de la côté Est devenue antisioniste… Même si Trump cherche à mettre en place la vente du F 22 raptor Steels (en compensation de la vente de F 35 Steels aux EAU, Biden pourra le retarder, les conditionner à certaines choses, et faire lanterner Israël pour faire plaisir aux Iraniens, Palestiniens, Turcs, etc… Israël doit se préparer. Nathan le Toqué

  2. POUR LA SURVIE D’ISRAEL IL N’Y A QUE LA DESTRUCTION TOTALE DE TOUT L’ARSENAL NUCLEAIRE IRANIEN AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD ET POUR CE FAIRE JE NE VOIS QUE BIBI NATHANYAOU.QUE HACHEM SOIT LE BRAS ARME DE SON PEUPLE ET FRAPPE SANS PITIE LES ENNEMIS D’ISRAEL,AMEN !!!!!!!

    • C’est beaucoup plus complexe que l’Irak.
      Trop de sites connus et d’autres inconnus, de plus certains sont à l’intérieur du pays et enterrés à des dizaine de mètres voir près de cent mètres.
      Alors par l’aviation c’est trop dangereux même si il y a possibilité de passer par l’Arabie saoudite. Trop de risque de perte d’avions et pour quel résultats ?
      Reste la possibilité d’envoyer des missiles pour neutraliser les ‘systèmes de défense’ et ensuite d’envoyer les avions avec des missiles pour frapper en profondeur et dans ce cas il y aurait réplique de l’Iran par missiles interposés. Équation difficile à résoudre.
      En plus de cela il y a tout les supplétifs…
      Il faudra peut être accepter des pertes avant que l’Iran n’ait la bombe.
      Avec Biden ce sera l’affaire de quelques mois. Les travaux sur la bombe n’ont jamais cessé, ils ont simplement ralenti.
      L’idéal serait un soulèvement et une révolution du peuple iranien. Mais pour l’instant nada.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.