L’ancien prince héritier Hamzah bin Hussein, le fils aîné du roi Hussein et le roi Abdallah II, fils du roi Hussein et de sa deuxième épouse.

Israël et le reste du Moyen-Orient suivent de près les développements en Jordanie, où un complot présumé visant à renverser le roi Abdallah II a été déjoué ce week-end.

Les personnes assignées à résidence comprennent l’ancien prince héritier Hamzah bin Hussein, le fils aîné du roi Hussein et sa quatrième épouse, la reine Noor. Il a été nommé prince héritier de Jordanie en 1999 et a servi jusqu’en 2004, lorsque son demi-frère, le roi Abdallah II, fils du roi Hussein et de sa deuxième épouse, Mona, l’a annulée en faveur de son propre fils. C’était une décision largement perçue comme la consolidation du pouvoir d’Abdullah cinq ans après son accession au trône.

Des responsables jordaniens auraient transmis le message à Israël que la situation était sous contrôle et qu’il n’y avait aucune menace pour la stabilité du royaume, mais néanmoins, Israël ne peut pas se permettre d’ignorer ce qui se passe réellement chez son voisin oriental.

La situation en Jordanie est devenue de plus en plus difficile ces derniers temps. Après une période au cours de laquelle il semble avoir bien résisté à la pandémie, le nombre de malades et de décès a grimpé en flèche. L’incident du mois dernier dans un hôpital public, près de la capitale Amman, au cours duquel au moins six personnes sont mortes lorsque leur approvisionnement en oxygène a été coupé, a alimenté les troubles et les manifestations. De toute évidence, le roi a pris cela au sérieux et a visité la région.

L’économie jordanienne a été durement touchée par l’impact du COVID. En outre, 10 ans après le début de la guerre civile en Syrie, le million d’immigrants qui, selon les estimations, se sont réfugiés en Jordanie a fait peser une charge supplémentaire sur l’économie.

À l’heure actuelle, on ne sait pas exactement ce qui s’est passé en Jordanie. Bien qu’il n’y ait eu aucune tentative de renverser le monarque au pouvoir, il y a clairement des signes de troubles et d’instabilité. Ce n’est pas un hasard si la plupart des puissances de la région ont publié des déclarations de soutien au roi Abdallah.

Israël, peut-être plus que quiconque, devrait être intéressé à ce que la Jordanie reste sûre et stable. C’est essentiel pour la sécurité d’Israël qui partage sa plus longue frontière avec la Jordanie, quelque 300 kilomètres de long, qui s’étend sur presque toute la longueur du pays. Le fait qu’il soit pacifique permet à Israël de maintenir une présence militaire de bas niveau et réduit considérablement toute menace pour l’État juif.

De plus, il fait office de zone tampon. Sans la Jordanie, il n’y aurait pas de véritable séparation entre Israël et les menaces qui viennent d’Irak et même de plus loin. Cela aide également à tenir l’Autorité palestinienne à distance.

Malgré la paix froide, il existe une relation de sécurité solide basée sur des intérêts mutuels. Cela est particulièrement vrai maintenant, alors qu’Israël développe des relations plus solides avec les États du Golfe.

Le récent incident impliquant l’actuel prince héritier, Hussein Bin Abdullah, le prouve. Quand Israël ne lui a pas permis de visiter la mosquée al-Aqsa sur le mont du Temple avec sa propre équipe de sécurité le mois dernier, le prince a annulé la visite. La Jordanie a ensuite interdit un vol du Premier ministre Benyamin Netanyahou au-dessus de son espace aérien pour ce qui aurait été sa première visite officielle aux Émirats arabes unis. Sans survoler la Jordanie, le voyage aurait pris des heures de plus et Netanyahou a annulé la visite.

Netanyahou aurait riposté et tenté d’interdire les vols entre la Jordanie et Israël. Ce n’est pas une question mineure, car la liberté de circulation est l’un des éléments inclus dans le traité de paix de 1994 entre les deux pays.

Le développement d’une paix plus forte avec les pays du Golfe dans le cadre des accords abrahamiques n’annule en rien la nécessité de bonnes relations avec la Jordanie. Au contraire, cela démontre l’importance de la Jordanie dans le schéma régional des choses.

De même, tout futur accord de paix avec les Palestiniens (aussi éloignés que les perspectives semblent actuellement) dépendra de bonnes relations avec une Jordanie forte, qui borde également les zones de l’Autorité palestinienne et a une population majoritairement palestinienne. Le statut de garde de la Jordanie sur les sites musulmans et chrétiens de Jérusalem lui confère également un rôle particulier.

Israël et la Jordanie sont du même côté sur de nombreuses questions cruciales. Aucun des deux pays ne doit prendre cette relation pour acquise.

JForum ‒ Infos Israel-news

1 COMMENTAIRE

  1. Les israéliens ne devrait pas parler de la Jordanie qui a une attitude méprisable à l’égard de leur pays . Je déteste Abdallah de Jordanie avec son rôle merdique de waqf , qu’il creve je m’en fous .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.