Israël présent à une conférence anti-iranienne à Varsovie

2
1844

Netanyahu  invité à une conférence anti-iranienne à Varsovie aux côtés de Ministres des Affaires étrangères arabes

Le Premier ministre n’a pas encore annoncé s’il accepterait l’invitation de Pompeo, ce qui pourrait lui permettre de prendre la parole devant les dirigeants régionaux deux mois avant les élections israéliennes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été invité à assister à une conférence organisée le mois prochain par les États-Unis et la Pologne dans le but de réduire l’influence régionale de l’Iran, a rapporté vendredi la télévision israélienne.

Netanyahu n’a pas encore décidé d’accepter l’invitation du secrétaire d’État américain Mike Pompeo d’assister au sommet de Varsovie, selon la chaîne 10 d’actualité. Les ministres des Affaires étrangères des pays arabes du Golfe partageant l’antipathie d’Israël envers l’Iran, ont également été invités, parmi des dizaines de ministres des Affaires étrangères dans le monde. Netanyahu est également ministre des Affaires étrangères d’Israël.

Le reportage télévisé a précisé que les ministres des Affaires étrangères égyptien et jordanien, avec lesquels Israël entretient des relations diplomatiques, ont été invités, ainsi que ceux d’Arabie saoudite, de Bahreïn, des Émirats arabes unis et du Maroc, avec lesquels ce n’est pas le cas.

Les relations tendues entre Israël et ces pays, ainsi que plusieurs autres pays de la région, se sont relâchées ces dernières années en raison de leur hostilité commune à l’égard de l’Iran. Pompeo a salué cette évolution dans un discours prononcé au Caire jeudi et a appelé à mettre de côté les “vieilles rivalités” pour affronter Téhéran ensemble.

Netanyahu a reçu l’invitation il y a deux semaines, a précisé la Chaîne 10, affirmant qu’il serait susceptible d’accepter, car cela renforcerait sa campagne électorale, en permettant de le voir se mêler aux dirigeants arabes – soulignant son affirmation selon laquelle Israël, sous sa direction, a réussi à établir des liens dans la région indépendamment de l’impasse dans laquelle se trouvent les efforts de paix israélo-palestiniens. Il n’est pas précisé si un représentant palestinien a été invité à la conférence.

Israël se rend aux urnes le 9 avril et des enquêtes montrent que Netanyahu est sur le point de se représenter, même s’il est embourbé dans une enquête pour corruption.

Pompeo a annoncé le sommet de février en Pologne vendredi, en début de journée, alors qu’il poursuivait une tournée régionale visant à rassurer les alliés américains, après la décision choquante du président Donald Trump de retirer toutes les troupes américaines de Syrie, ce qui a suscité l’inquiétude d’une augmentation de l’influence de l’Iran. Les responsables américains ont déclaré vendredi que le retrait avait dès à présent commencé.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo (à gauche) rencontre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Tel Aviv le 29 avril 2018 (Haim Zach / GPO)

“Nous réunirons des dizaines de pays du monde entier”, a déclaré Pompeo à Fox News, en annonçant la conférence.

Les participants “se concentreront sur la stabilité, la paix, la liberté et la sécurité au Moyen-Orient ici dans cette région, et cela inclut un point important pour faire en sorte que l’Iran ne soit pas une influence déstabilisatrice”, a déclaré le plus haut diplomate américain.

Le ministre des Affaires étrangères iranien a par la suite critiqué l’annonce de cet événement.

«Rappel à l’hôte et aux participants de la conférence anti-Iranienne: ceux qui ont assisté au dernier spectacle anti-Iran des États-Unis sont morts, déshonorés ou marginalisés. Et l’Iran est plus fort que jamais », a écrit Mohammad Javad Zarif dans un article publié sur Twitter, qui comprenait une photo du « Sommet des artisans de la paix » de 1996 à Charm el-Cheikh en Égypte.

La photo montrait le roi Hussein de Jordanie, le Premier ministre israélien Shimon Peres, le président américain Bill Clinton, le président égyptien Hosni Moubarak, le président russe Boris Eltsine et le dirigeant palestinien Yasser Arafat, entre autres dirigeants mondiaux.

Zarif a également visé la Pologne pour avoir accueilli le sommet à la lumière de l’accueil de réfugiés polonais par l’Iran pendant la Seconde Guerre mondiale.

“Le gouvernement polonais ne peut éliminer la honte : alors que l’Iran a sauvé les Polonais lors de la Seconde Guerre mondiale, il accueille désormais un cirque anti-iranien désespéré”, a-t-il déclaré.

L’événement aura lieu les 13 et 14 février.

Pompeo a transmis vendredi le message anti-iranien du gouvernement Trump aux États arabes du Golfe alors qu’il poursuivait sa tournée du Moyen-Orient dans neuf pays.

Il se rendait à Bahreïn et dans les Émirats arabes unis, où il a appelé à une pression croissante sur l’Iran et à la promotion de l’unité des voisins du Golfe toujours aux prises avec un conflit armé avec le Qatar. Il va également promouvoir une initiative soutenue par les États-Unis pour former ce que certains ont appelé une “OTAN arabe” qui rassemblerait la région dans une alliance militaire pour contrer les menaces de l’Iran.

À Bahreïn, aux Émirats arabes unis, puis au Qatar, en Arabie saoudite, à Oman et au Koweït, Pompeo présentera également le même argument que lors de ses précédentes escales en Jordanie, en Irak et en Égypte, selon laquelle la décision de Trump de retirer les troupes américaines de la Syrie n’est pas le signe d’un retrait dans la lutte contre le groupe État islamique.

Le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Khalid bin Ahmed Al Khalifa (CL), accueille le secrétaire d’État américain Mike Pompeo (CR) après son arrivée à l’aéroport international de Manama, à Manama, le 11 janvier 2019. (Andrew Caballero-Reynolds / Pool / AFP)

Pompeo a entamé sa tournée dans le Golfe après une escale au Caire, où il a délivré une réprimande cinglante des politiques Moyen-Orientales de l’ancien président Barack Obama, rappelant son discours prononcé devant le monde arabe et musulman en 2009.

Dans un discours intitulé “Une force pour le bien : le rôle revigoré des États-Unis au Moyen-Orient”, Pompeo a accusé l’ancien président d’avoir suivi une “pensée égarée” qui aurait réduit le rôle de l’Amérique dans la région tout en portant atteinte à ses amis de longue date, ce qui n’a fait qu’enhardir l’Iran.

Pompeo a imputé à l’approche adoptée par le gouvernement précédent envers le Moyen-Orient les maux qui le dévorent actuellement, en particulier la montée du groupe État islamique en Irak et en Syrie et l’affirmation de plus en plus affirmée de l’Iran, qui, a-t-il déclaré, est une conséquence directe de l’allègement des sanctions, accordée dans le cadre de l’accord de 2015 sur le nucléaire.

Depuis le retrait de l’accord nucléaire l’année dernière, l’administration a progressivement renforcé la pression sur Téhéran et accuse régulièrement le pays d’être l’influence la plus déstabilisante de la région. Il a promis d’augmenter la pression jusqu’à ce que l’Iran mette fin à ce que les autorités américaines décrivent comme une “activité perverse” dans tout le Moyen-Orient et ailleurs, notamment son soutien aux rebelles au Yémen, aux groupes anti-israéliens et au président syrien Bashar Assad.

Jforum avec agences

2 COMMENTS

  1. Israel doit refuser , par fierté , de serrer la main aux jordaniens .
    La nouvelle génération de jordaniens ne sait pas ce que c’est que la guerre donc ils ont des attitudes hostiles et exacerbées envers israel .
    Il leur faudrait une bonne guerre pour les ramener à la raison .
    c’est un peu le cas des egyptiens !!
    les marocains personne ne sait ce qu’ils veulent vraiment : y a pas d’hostilité envers israel mais y a pas d’amitié non plus !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.