The Plenary Hall during the swearing-in ceremony of the 24th Knesset, at the Israeli parliament in Jerusalem, April 6, 2021. Photo by Alex Kolomoisky/POOL ***POOL PICTURE, EDITORIAL USE ONLY/NO SALES, PLEASE CREDIT THE PHOTOGRAPHER AS WRITTEN - ALEX KOLOMOISKY/POOL*** *** Local Caption *** ëðñú áçéøåú ôúéçú îåùá çáøé ëðñú çãùéí îùîø äëðñú äùáòä è÷ñ 24

Confinement et des heures de discours : voilà à quoi ressembleront les jours précédant le vote du budget de l’État.

Le débat sur le budget débutera officiellement demain, avant son approbation ce week-end. La coalition et l’opposition n’ont pris aucun risque et ont déclaré une « procédure d’urgence » interdisant les permissions d’absence lors du scrutin dramatique. Pendant 33 heures, le Premier ministre, le ministre des Finances, le président de l’opposition et bien d’autres prendront la parole en plénière. Mercredi : ouverture des votes.

De longs mois de tensions, de confrontations et d’interprétations politiques se sont écoulés jusqu’au moment fatidique : demain débutera le débat sur le budget de l’Etat qui s’ouvrira officiellement avant son approbation définitive ce week-end. Sur 33 heures de discussions, 24 heures seront consacrées aux discours des membres de l’opposition, et le reste du temps sera consacré aux discours des membres de la coalition.

Le débat, comme indiqué, débutera officiellement mardi à 09h00 du matin et durera jusqu’à mercredi à 18h30 du soir. Ensuite, le ministre des Finances Avigdor Lieberman , le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Yair Lapid , le Premier ministre Naftali Bennett , le président de l’opposition Benjamin Netanyahu et le président de la Commission des finances Alex Kushnir prendront la parole. A 19h00, le vote devrait commencer.

La coalition a pris la totalité du temps qu’il lui été imparti pour mettre au débat le projet de budget cette semaine soit quelques heures avant l’éventuelle date limite d’approbation du budget, afin de s’assurer que rien ne se passe en arrière-plan et ne provoque son renversement.

Outre le délai, la coalition a également mis en œuvre l’article 98 du règlement de la Knesset, qui prévoit des procédures de discussion spéciales et une date fixe pour le vote, afin de compliquer la tâche de l’opposition et d’éviter une situation qui pourrait surprendre.

Tout au long du débat, entre mardi et mercredi, tous les membres de la Knesset seront dans ou près du sanctuaire afin d’être présent à tout moment. Tant la coalition que l’opposition ont déclaré une « procédure de convocation d’urgence », annonçant qu’aucune permission ne sera donnée du vote dramatique.

En effet, une situation de « égalité » dans le vote du budget le fait tomber et, comme on le sait, un budget qui tombe à la dernière date possible pour son approbation est en fait le scénario dans lequel un gouvernement peut être renversé.

Le débat contradictoire s’ouvrira par la présentation des projets de loi par le président de la commission des finances et les présidents des autres commissions qui ont traité les chapitres des projets de loi. Ensuite, la discussion sur les réserves commencera. Seuls les membres de la Knesset qui ont soumis des réserves ou des demandes d’autorisation de parole pourront participer à la discussion.

Au cours de la discussion au sein de la commission de la Knesset, le procureur général a noté qu’un nombre relativement faible d’amendements a été soumis jusqu’à présent, et que la plupart d’entre eux ont été soumis de manière factuelle. L’opposition espère toujours passer une brèche parmi les membres de la coalition – même si les chances d’y aboutir semblent minces.

Plus tôt dans la journée, avant son départ pour la conférence des Nations Unies sur le climat à Glasgow, le Premier ministre Bennett a déclaré que l’opposition était « désespérée » pour une cinquième élection – et n’hésiterait pas à agir de toutes les manières possibles pour faire annuler le budget. « Nous nous attendons à une semaine folle, qui deviendra de plus en plus folle à l’approche de la date du vote du budget », a déclaré Bennett. « Une fois le budget adopté cette semaine, il permettra de nombreuses années de stabilité pour le gouvernement – et l’opposition ira vers la désintégration et l’éclatement en fragments. »

Bennett a ajouté : « Ils sont désolés pour notre réussite, nous adopterons le budget parce que l’État d’Israël a besoin de stabilité. L’État a besoin d’une bonne période de calme et de gestion. Le budget sera adopté parce que personne ne veut recommencer à faire et refaire des élections sans fin. Avec le budget derrière nous nous aurons une grande prospérité.

Ceci étant en cas d’élection une majorité Likoud large semble promise, et c’est l’avenir politique de Bennett qui est compromis. D’autant que quatre députés de Yamina ont publié récemment une lettre ouverte critiquant la politique du parti, comme étant une pure et simple trahison de son électorat. Auront-ils le courage de mettre leur paroles en actes ? A suivre.

JForum

3 Commentaires

  1. Tous, ces politicardws de pacotille deviennent ridicule avec leurs excuses a repetition . Ils sont nuls a pleurer et ils ne s’en excusent pas . Des pitres tristes au regardn sans vision et a l ‘espritembrumé d’alcool et de tricheries . Pôvres types , pôvres clowns tristes mêmedans les thetatres de rue ojn n’en voudrait pas
    Si je suis CESAR , je metn le pouce en bas

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.