Israël passe à la vitesse supérieure contre l’Iran

9
15386

Alors que la stratégie anti-iranienne d’Israël passe à la vitesse supérieure, l’inquiétude d’un nouveau conflit grandit

 REUTERS / Amir Cohen
Des soldats israéliens se tiennent à côté d’obus et d’une unité d’artillerie mobile près du côté israélien de la frontière syrienne sur les hauteurs du Golan occupées par Israël, le 26 août 2019.
RÉSUMÉ DE L’ARTICLE
L’escalade de la campagne israélienne visant à contenir l’Iran et ses alliés du Hezbollah fait craindre qu’un nouveau conflit éclate entre voisins.

NIMROD, Hauteurs du Golan et TEL AVIV, Israël – Le fracas de tirs d’armes à feu transperce le calme nocturne à Nimrod, une obscure idylle rurale perchée dans les nuages ​​sur les hauteurs du Golan libérées par Israël. Le personnel de Biktot Baraffel, un bed and breakfast local, considère ces tirs comme une nouvelle escarmouche entre l’armée syrienne et des poches de rebelles sunnites à Quneitra, de l’autre côté de ce qui a longtemps été appelé la “frontière ennuyeuse” entre Israël et la Syrie. Mais l’escalade de la campagne menée par Israël pour contenir l’Iran et ses alliés du Hezbollah en Syrie brise cette douce complaisance qui règne depuis longtemps dans la région et on craint de plus en plus que le conflit entre l’État juif et ses voisins arabes ne renaisse.

Soyossi Koroi est un caporal du bataillon fidjien de la Force des Nations Unies chargée d’observer le désengagement. La force surveille la ligne de cessez-le-feu de 80 kilomètres (49 milles) sur les hauteurs du Golan, en place depuis la fin de la guerre du Kippour de 1973. Il confirme que les choses se réchauffent. «Le Hezbollah est actif du côté des bravos», déclare Koroi, utilisant le terme utilisé pour désigner le côté syrien de la zone tampon.

Cette semaine, les Forces de défense israéliennes (Tsahal) ont annoncé avoir identifié un certain nombre de roquettes visant Israël depuis la Syrie. Les roquettes Grad lancées depuis la région d’Aqraba, au sud-est de Damas, ont atterri à deux kilomètres de la frontière israélienne du côté syrien. L’armée israélienne a accusé la Force Qods d’Iran d’être à l’origine de cette attaque, intervenue peu après une série d’attaques aériennes attribuées à Israël, qui aurait frappé une base iranienne présumée proche de la ville d’Abou Kamal, à la frontière entre la Syrie et l’Irak. Israël n’a pas commenté les frappes, qui auraient tué 18 combattants iraniens et pro-iraniens.

Le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a, quant à lui, promis de prendre des mesures de représailles, à la suite d’attaques de drones présumés “israéliens” (ou iraniens détournés par une nouvelle technologie de contrôle) fin août, sur une banlieue de Beyrouth contrôlée par sa milice soutenue par l’Iran. Celles-ci ont déclenché le premier échange de tirs transfrontaliers entre les deux ennemis depuis la guerre en 2006 au Liban,  provoquant le déclenchement des sonnettes d’alarme (au propre comme au figuré) dans toute la région.

“Chaque action militaire augmente les chances d’une guerre totale, ce qu’aucune des parties ne veut actuellement”, a déclaré Elizabeth Tsurkov, une spécialiste du Levant à l’Institut de recherche sur la politique étrangère, basé à Philadelphie. «L’augmentation des attaques israéliennes peut amener l’Iran à croire qu’Israël est intéressé au déclenchement d’une guerre et tenter de la devancer. Une frappe de représailles du Hezbollah pourrait faire de nombreuses victimes et faire pression sur le gouvernement israélien pour qu’il réagisse avec plus de force, poussant davantage les deux côtés sur la voie de la guerre. “

Jonathan Spyer, membre du think-tank conservateur Jerusalem Institute for Public Affairs, couvre la Syrie depuis de nombreuses années. “Le risque d’escalade est certainement réel”, a-t-il déclaré. “Si le Hezbollah avait réussi, il y a deux semaines, à tuer cinq soldats de Tsahal, comme ils ont failli le faire, la réponse ultérieure d’Israël aurait probablement été dure et une détérioration de la situation vers un conflit plus vaste aurait facilement pu se produire. “

Cette aggravation intervient à un moment critique pour le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui se bat pour rester au pouvoir, lors des élections législatives du 17 septembre. Malgré les accusations d’opportunisme impitoyable portées par les critiques et les enquêtes des procureurs sur la prétendue corruption de Netanyahu, un grand nombre d’Israéliens attribuent à leur Premier ministre le rôle du maintien de la sécurité du pays et la dissuasion à l’égard de ses ennemis sans plonger le pays dans une nouvelle guerre.

Orna Mizrahi, Lieutenant-Colonel de réserve, renseignements

Les analystes rejettent les affirmations selon lesquelles la décision de Netanyahu d’étendre ses attaques à l’Irak et au Liban constitue une nouvelle tentative pour arracher une victoire électorale. «C’était une décision stratégique et je ne pense pas qu’elle ait été influencée par les prochaines élections», a déclaré Orna Mizrahi, une ancienne lieutenant-colonel de l’armée israélienne, qui a occupé des postes clés au sein de la bureaucratie du renseignement et de la sécurité du pays. Dans un courrier électronique adressé à Al-Monitor, elle a insisté sur le fait que ni Israël ni l’Iran ne souhaitent la guerre, “nous ne pouvons pas ignorer la possibilité d’une escalade”. Mizrahi, actuellement chercheur principal à l’Institut des Etudes de Sécurité Nationale (Institute for National Security Studies), a déclaré: “nous ne pouvons” pas ignorer non plus “que la décision de Netanyahou de dévoiler publiquement la manière dont Israël opère maintenant en Irak” a été influencée par l’échéance des prochaines élections. “

Cela a suscité une certaine inquiétude chez certains Israéliens proches du système de sécurité, a noté Spyer. “La politique consistant à observer un silence, laissant planer l’ambivalence, visait à donner à l’autre partie le sentiment qu’elle n’avait d’autre choix que de prendre des mesures de représailles afin de sauver la face”, a-t-il déclaré.

Tondre la pelouse, brûler les mauvaises herbes

Prendre préventivement l’Iran et ses supplétifs pour cible en Syrie, ou «tondre le gazon», comme le disent les Israéliens, reste la pièce maîtresse de la stratégie visant à refuser à l’Iran un «pont terrestre» vers ses auxiliaires au Liban, via l’Irak et la Syrie. Un tel itinéraire constituerait une menace permanente pour Israël.

Cette stratégie vise à empêcher le Hezbollah d’ajouter des missiles de précision soi-disant “intelligentes” à son arsenal de roquettes,  qu’un haut responsable israélien a déclaré à Al-Monitor se situer au nombre « d’au moins 100 000 (pièces)». Cette même source a déclaré que face à la présence iranienne en Syrie, “il est maintenant hors de question que nous abandonnions les hauteurs du Golan à la Syrie”.

Femmes du corps des renseignements sur le terrain

Les experts de la défense affirment que la tactique israélienne a été couronnée de succès jusqu’à présent. “Nous avons construit un système dans lequel nous ne commettons pas d’erreurs”, a déclaré Yaakov Amidrormajor général à la retraite,  ancien conseiller à la sécurité nationale chez Netanyahu de 2011 à 2013, qui continue de le conseiller sur la Syrie. «Le conflit syrien n’est pas notre guerre. Mais nous avons clairement indiqué que nous avions deux lignes rouges : Que nous n’autoriserons pas le Hezbollah et ses alliés à construire des bases sur le plateau du Golan ou toute nouvelle rampe de lancement contre Israël “, a-t-il déclaré à Al-Monitor.” Nous bombardons des installations iraniennes et des livraisons de roquettes iraniennes en Syrie, partout où nous les identifions, et nous sommes en train d’empêcher l’Iran de construire une autre machine de guerre en Irak. “

Même les critiques de Netanyahu estiment que la stratégie a fonctionné. «Je suis de gauche, mais je dois dire que la manière dont Netanyahu a géré la Syrie a été excellente», a déclaré Ofra Bengio, chercheuse principale au Centre Moshe Dayan de l’Université de Tel Aviv pour les études sur le Moyen-Orient et l’Afrique. «Nous aurions facilement pu être entraînés dans un bourbier. Au lieu de cela, nous avons réussi à devenir ami du président russe Vladimir Poutine et nous pouvons attaquer librement des cibles du Hezbollah et de l’Iran tout en restant en bons termes avec la Russie », s’est-elle émerveillée lors d’un récent entretien à Tel Aviv.

D’autres soulignent toutefois qu’il n’y a pas de place pour l’autosatisfaction et la suffisance. Quelques touffes d’herbe peuvent devenir des taillis de mauvaises herbes et le confinement peut ne plus suffire.

«L’Iran et le Hezbollah sont têtus et continuent à venir jusqu’ici», a déclaré Yossi Kuperwasser, ancien chef de la recherche à la division du renseignement militaire de l’armée israélienne et désormais chef de projet au centre pour les affaires publiques de Jérusalem. Il a suggéré que l’Iran ne dépendait pas d’un corridor terrestre. «Les Iraniens peuvent envoyer leurs armes à l’aéroport international de Damas et aux bases militaires. Ils tentent de faire de la Syrie une base gérée par les Iraniens eux-mêmes “, a ajouté Kuperwasser, ancien brigadier général.

“L’Iran a plus d’étrangers qui travaillent avec lui que [l’État islamique] à son apogée”, a déclaré Amidror. “Plus de 10 000 personnes sont venues d’Afghanistan, du Pakistan et de l’Irak pour se battre en Syrie.” Amidror faisait référence à des milliers de chiites qui auraient pris les armes contre les rebelles sunnites. Un grand nombre de combattants chiites étrangers seraient morts. Leur nombre précis, cependant, est une  source de spéculation.

Solide et solitaire 

Avec sa domination militaire et son renseignement sans égal – et le soutien sans précédent du président Donald Trump -, Israël semble indomptable. Mais le sentiment qui prévaut parmi de nombreux Israéliens est que, lorsque les choses se gâtent, ils sont seuls. Trump parle maintenant de rencontrer le président iranien Hassan Rouhani.

La Russie pourrait faciliter les frappes israéliennes grâce à ses accords de déconfliction avec Israël. “Les Russes savent que nous faisons ce que nous devons faire”, a déclaré Kupperwasser. Mais la réunion de Netanyahu avec Poutine hier – destinée à être un spectacle préélectoral visant à impressionner le public israélien par sa stature mondiale – aurait plutôt été une douche froide, le dirigeant russe mettant en garde son invité israélien contre l’application de la souveraineté israélienne aux implantations de Judée-Samarie. “Je ne crois pas que la Russie sacrifiera un seul soldat pour combattre l’Iran”, a déclaré Amidror. De plus, une partie des armes venant de Russie pour aider Assad à vaincre les rebelles «se retrouvent entre les mains du Hezbollah», a-t-il déclaré.

Le rapprochement avec l’Arabie saoudite et des royaumes du Golfe partageant le mêmes état d’esprit – motivé par une peur commune de l’Iran – a donné à Israël un certain élan diplomatique, mais probablement rien d’autre pour le moment. Aucun de ces pays ne reconnaît officiellement l’état juif, bien que la rumeur circule à Oman que ce serait le cas, une fois le nouveau gouvernement formé en Israël. Dans le même temps, l’intervention militaire catastrophique de l’Arabie saoudite au Yémen n’est guère rassurante. En ce qui concerne la Syrie, “les pays sunnites ne souhaitent pas investir ce qui serait nécessaire”, a déclaré Amidror.

Israël se sent obligé d’élever les enjeux, alors que les circonstances sont de son côté. Les dirigeants israéliens se rendent compte que Trump, qui a déplacé l’ambassade américaine à Jérusalem et reconnu officiellement l’annexion par Israël du plateau du Golan, pourrait perdre les élections de 2020. Et la «liberté d’opérer d’Israël peut être restreinte», a déclaré Tsurkov. “Que Netanyahu soit réélu ou non, je pense que la politique agressive actuelle à l’égard de l’Iran restera sur la même voie.”

Amberin Zaman est une correspondante de premier plan au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Europe, exclusivement pour Al-Monitor. Zaman est chroniqueuse pour Al-Monitor depuis cinq ans. Elle a examiné la politique de la Turquie, de l’Irak et de la Syrie et rédigé le journal quotidien Briefly Turkey. Avant Al-Monitor, Zaman couvrait la Turquie, les Kurdes et les conflits dans la région pour le Washington Post, le Daily Telegraph, le Los Angeles Times et la Voice of America. Elle a été correspondante de The Economist en Turquie entre 1999 et 2016 et a été chroniqueuse pour plusieurs médias en turc. Sur Twitter:  @amberi

Lire d’autres articles sur : al-monitor.com

9 COMMENTS

  1. À l’heure de l’action, les palabres sont soporifiques.
    Nous sommes en guerre avec l’Iran, et tous ses complices, et tous ses supplétifs.
    C’est là la réalité, même si Ysraël ne la déclare pas, cette guerre.
    Bien sur que nous ne la voulons pas… À 10,ou 50 contre un, on sait que l’on en sortira de toute façon victorieux, car il n’y a PAS d’autre issue à un génocide déclaré… Mais on procrastine, sachant le coût humain…
    Et combien, effroyablement, mourront en face.
    Mais c’est comme ces “longues maladies”, plus on attend, et plus le traitement sera mutilant et douloureux, voire invalidant…
    Il Faut traiter ! De falloir, qui donne, en anglais, to fall, (faire) tomber…
    Et même ne point prendre au comptant les cris d’orfraie que nous pousserons, nous autres, Juifs en exil géographique, qui serons sûrement atteints par les ricochets des populations musulmanes, fanatisées par leurs imans, qui parleront de disproportion, alors que David est Juif, et Goliath Philistin…
    Quand on se trouve acculé à la guerre, le pouvoir en place légifère l’Exception, et sursoit aux programmes cours !
    Vite. Pour les gueguerres internes, on aura tout le temps, comme aux temps anciens où on s’etripait joyeusement entre tribus, d’une ville à l’autre, entre les pères et les fils…
    Et oui, on a fait ça !…
    Mais maintenant, front commun !

      • L’épée sur ta tête t’a rendu lâche !
        Elie de Paris vient d’une ville misérable de nos jours, mais tellement flamboyante jadis.
        Damocles, ton nom en soi est un mystère, mais prends garde qu’il ne te consume…
        Passes devant si tu l’oses et investis le terrain…Après je t’écouterai !
        Parce que pour l’instant je ne te vois qu’en embuscade…

        • Quelle agressivité!! C’était de l’humour, ducon…
          Petit-fils de sous-lieutenant des Forces Françaises Combattantes, Médaille de la Résistance, Grand Résistant torturé tous les jours pendant 4 mois par la Gestapo, jamais parlé. Mort à Dachau après un long calvaire, une marche de la mort, la mort à petit feu. Mon grand-père a tout fait dans la Résistance, ami du Directeur de la Police Judiciaire de Lyon Edmond Locard : faux papiers, sabotages, éxécutions de collabos, a embauché des réfractaires au STO, a financé les groupes-francs de Libération-Sud ( qui devaient protéger Jean Moulin à Calluires, mais il a refusé. Mon grand-père a été arrêté parce qu’il hébergeait des Juifs. Et tu viens me parler de courage, connard?
          Damoclès, c’est destiné aux Palestiniens connard.
          Tu devrais aller soigner ta paranoïa ducon..

          • Et j’ai oublié, je suis porte-drapeau et représente les Déportés-Résistants aux commémorations.
            Puisque ça ne vous plait pas “Damoclès”, je vais reprendre mon vrai prénom, Moshe.

        • Désolé de vous avoir offensé Elie, c’était de l’humour, mais apparemment je suis mal tombé, si on ne peux plus rigoler…
          Vous venez de quelle ville?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.