Israël et l’Egypte se dirigent vers une paix plus chaleureuse.

Les relations entre l’Egypte et Israël ont connu des hauts et des bas depuis que les deux pays ont signé un accord de paix en 1979. Cependant, les liens entre les deux pays se sont avérés suffisamment forts et, sur la base d’intérêts communs solides, suffisants pour surmonter les défis et turbulences.

Pendant la plupart des années qui ont suivi, il s’agissait plus d’une paix entre les gouvernements que d’une paix entre les peuples, d’autant plus que de nombreux Égyptiens s’opposent à une relation chaleureuse avec Israël jusqu’à ce qu’il y ait une solution juste et équitable à la cause palestinienne.

Cependant, ces dernières années, d’autres enjeux ont prévalu et les liens stratégiques entre les deux pays se sont renforcés, même s’ils n’ont guère été accompagnés d’un engagement économique ou de la société civile.

La réunion de la semaine dernière entre le président égyptien Abdel Fattah El-Sisi et le Premier ministre israélien Naftali Bennett à Charm el-Cheikh a été la première en plus d’une décennie entre les dirigeants des deux pays et a été importante à la fois pour l’éventail des questions cruciales pour les deux parties qui ont été discutés ainsi que, tout aussi important, pour l’accueil chaleureux que Bennett a reçu de son hôte égyptien.

Le Caire est de plus en plus à l’aise pour aller au-delà des relations commerciales et cela était clairement évident dans une réunion qui a duré plus longtemps que prévu, dans la large couverture médiatique de la visite et dans les drapeaux israéliens qui décoraient l’occasion pour tous. Il se peut aussi que les accords abrahamiques de l’année dernière aient donné un coup de fouet aux relations entre ces deux voisins.

Ces dernières années, l’Egypte a fait face à de graves menaces pour sa sécurité intérieure et considère la coopération avec Israël comme un élément important pour éliminer les groupes extrémistes tels qu’Ansar Bayt Al-Maqdis, qui a prêté allégeance à l’Etat islamique en 2014. Ce mouvement extrémiste cherche à la fois l’établissement d’une entité islamiste sur la péninsule du Sinaï et la destruction d’Israël, et s’est avéré capable de nombreuses opérations meurtrières, attaquant fréquemment des convois militaires égyptiens avec des engins explosifs improvisés et prenant d’assaut les postes de contrôle de la police. Il a tué des centaines de soldats, de policiers et de civils.

La collaboration pour contenir ce mouvement et d’autres comme celui-ci opérant dans le Sinaï est devenue un pilier important des relations égypto-israéliennes. Cela a même conduit Israël à abandonner un tabou, inscrit dans l’accord de paix de 1979, sur son assentiment à une présence militaire égyptienne croissante dans le Sinaï, une présence qui dépasse désormais de loin les limites convenues dans ce traité. De plus, c’est l’Égypte, selon plus d’une source, qui s’est tournée vers Israël pour obtenir de l’aide avec ses forces aériennes, notamment l’utilisation de drones, d’hélicoptères et d’avions à réaction, pour attaquer les insurgés islamistes.

De même, Israël a besoin de l’aide de l’Egypte dans ses relations avec le Hamas. Depuis que le Hamas est arrivé au pouvoir à Gaza, le Caire a négocié un cessez-le-feu chaque fois que des hostilités meurtrières ont éclaté le long de la frontière entre Israël et Gaza. Pour Israël, le Hamas à Gaza pose un défi critique et permanent, bien que non existant, dans un conflit dans lequel l’Égypte est l’intermédiaire le plus disposé et le plus capable pour toute solution à long terme.

Aux yeux des stratèges israéliens, le Hamas n’est pas une menace dans la même ligue que l’Iran ou même le Hezbollah, mais c’est une menace constante qui améliore également ses capacités à chaque round de combat.

En outre, le dur blocus de Gaza continue d’attiser la haine contre Israël, attirant les critiques de la communauté internationale et mettant en péril les espoirs d’améliorer les relations avec les autres pays arabes. Dans ces circonstances, une autre confrontation entre Israël et le Hamas est toujours au coin de la rue, un fait qui influence la conversation interne en Égypte et fournit des munitions à ceux qui s’opposent à des relations plus étroites avec Israël. Mais le nouveau gouvernement israélien semble plus réceptif à un accord sur Gaza qui améliore les conditions de vie là-bas en échange du calme à la frontière, en particulier un accord négocié par les Égyptiens, qui éviterait la nécessité d’un contact direct avec le Hamas.

L’Egypte est prête à jouer le rôle de médiateur à Gaza et peut-être dans toute négociation de plus grande envergure entre Israël et les Arabes palestiniens, car cela allégerait les pressions à l’intérieur, réduirait le risque d’une nouvelle épidémie entre le Hamas et Israël qui pourrait alimenter l’extrémisme dans la région et, tout aussi important, cela améliorerait l’image du Caire à Washington. Pour ce dernier, El-Sisi sollicite le soutien de Bennett.

Pour cela, le gouvernement israélien pourrait être utile; par conséquent, l’amélioration des relations de l’Égypte avec Israël et sa coopération pour empêcher les relations israélo-palestiniennes de se détériorer pourraient bien plaire à l’administration Biden.

Une autre question qui vient tout juste d’être abordée est le potentiel d’augmentation des relations économiques et commerciales entre l’Egypte et Israël. Après 40 ans de paix, le volume des échanges entre les deux pays représente moins d’un cinquième du commerce d’Israël avec les Émirats arabes unis un an seulement après la signature des accords de normalisation.

L’Egypte n’a pas hésité à entretenir des relations économiques étroites et bénéfiques avec Israël, mais Le Caire se méfie de la réaction du public à ces événements, qui n’ont jusqu’à présent abouti qu’à des opportunités touristiques limitées, sans parler d’une collaboration scientifique, culturelle et civile insuffisante.

Pour Israël, l’opinion publique est ce dont il a besoin, car cela signifierait la validation, la reconnaissance et l’acceptation du pays. Le sommet de Charm el-Cheikh pourrait être un premier pas vers la transformation de la paix froide entre l’Égypte et Israël en une paix plus chaleureuse, mais il exigera des deux parties qu’elles restent conscientes des besoins et des sensibilités nationales et internationales de l’autre et qu’elles soient disposées à faire concessions fondées sur eux.

JForum ‒ Infos Israel-news ‒ Divers

https://infos-israel.news/israel-et-legypte-se-dirigent-vers-une-paix-plus-chaleureuse/

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.