La société Pluristem, implantée à Haïfa, réalise actuellement une étude sur l’utilisation de sa méthode de thérapie cellulaire révolutionnaire pour traiter le syndrome d’irradiation aigüe. La méthode développée par Pluristem fait usage de cellules souches contenues dans le sang placentaire.

Le directeur général de Pluristem, Zami Aberman, explique dans une interview accordée au site d’informations anglophone The Media Line que sa compagnie fabrique un médicament, appelé PLX-R19, à partir de cellules du placenta d’accouchées qui ont donné naissance par césarienne (et signé une lettre autorisant l’utilisation de leur sang placentaire). Le médicament pourrait être utilisé pour soigner des personnes souffrant du syndrome d’irradiation aigüe, en cas de catastrophe nucléaire, comme celle survenue au Japon il y a quatre ans, ou d’attaque nucléaire.

YA israpresse

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.