Une explosion a été vue dans le ciel de Natanz. Le régime prétend que c’est une : « expérience système d’interception ».

Un fonctionnaire du département d’État américain déclare qu’il faut se préparer à la réalité, il n’y aura pas d’accord sur le nucléaire et qu’il y aura plus de sanctions : « il y a des désaccords, mais l’objectif est commun est d’empêcher un Iran nucléaire. Une mystérieuse explosion en Iran.

Bataille d’accusations après la crise des pourparlers et une explosion qui a surpris les habitants d’Iran. Un réseau social d’étudiants en Iran a rapporté ce soir (samedi) qu’une explosion qui a été entendue dans le ciel de la ville de Natanz, où se trouvent des sites nucléaires bien connus. Initialement, les autorités n’avaient pas confirmé les détails, mais après un certain temps, les médias iraniens ont annoncé : l’explosion qui a été entendue dans le ciel de la ville d’Erod, à 20 kilomètres de la centrale nucléaire de Natanz était une expérience liée au système d’interception. Un haut responsable de la défense a précisé : « Il n’y a pas de quoi s’inquiéter ».

La défense aérienne lance des missiles pour tester sa force de réaction rapide dans le ciel de la ville de Natanz », ont précisé les médias iraniens. Les habitants se sont réunis pour analyser la chose et  se sont montrés intrigués par le bruit et la propagation de la fumée. Une forte lumière était visible dans le ciel de la région. L’incident signalé est survenu peu de temps après une déclaration d’un haut responsable américain – qui a menacé de nouvelles sanctions et  a critiqué les Iraniens pour s’être retirés des accords précédents, mais a également précisé que « notre travail n’est pas d’arrêter les tensions entre Israël et l’Iran ». Le secrétaire d’État américain a confirmé ces propos à la suite des pourparlers nucléaires ce soir.

L’Iran a continué à appeler les États-Unis et les puissances à lever les sanctions au cours du week-end sans contrepartie, mais Washington a répondu : ils se sont retirés des accords précédents. Le secrétaire d’État américain a déclaré par la suite: « La diplomatie est le meilleur moyen pour résoudre le problème, mais nous avons d’autres outils et nous ne supprimons pas les sanctions actuelles.»

Le haut responsable a été longuement interrogé sur les relations avec Israël et si Israël peut agir seul, il a répondu  « l’objectif est commun, il consiste à empêcher l’Iran d’acquérir des armes nucléaires, mais Israël est un État souverain et doit prendre soin de ses propres affaires et de son intérêt national ». « Notre travail n’est pas d’arrêter les tensions entre Israël et l’Iran, Israël est un État indépendant et notre objectif reste commun, nous sommes plus forts lorsque nous travaillons ensemble, et ce malgré ces nombreux pourparlers.

Il a également été demandé s’il y avait une crise dans les relations avec Israël suite aux avertissements de Bennett : « Tout le monde est inquiet, c’est quelque chose dont nous avons longuement parlé, notre délégation est maintenant en Israël et il y a eu des réunions et il y aura des réunions cette semaine quand une délégation israélienne viendra ici. C’est clair, l’objectif commun est clair, l’Iran n’aura pas d’armes nucléaires.

On a demandé au haut responsable si les États-Unis étaient prêts à abandonner les pourparlers s’il n’y avait pas de changement dans la position iranienne, ce à quoi il a répondu : « Nous déciderons le moment venu. La question n’est pas de savoir si nous allons abandonner les pourparlers mais si l’accord est destiné à servir l’intérêt de toutes les parties, et la question est de savoir s’il survivra. Les négociations ne dureront pas pour toujours – nous devrons veiller à ce qui se passe en termes d’accélération de leur programme, car le sablier s’épuise, il ne peut pas durer éternellement. « Nous devons tous tirer la leçon des trois dernières années. L’Iran continue d’enrichir et d’accélérer son programme nucléaire et nous sommes confrontés à des décisions difficiles, quant à ce qui se passera si l’Iran n’est pas prêt à revenir à l’accord. »

« L’Iran fait de la provocation, vous n’obtiendrez pas un meilleur accord »

Il a dit : « L’Iran n’a pas montré au négociateur le visage d’un pays qui veut revenir à un accord et d’un pays sérieux. Nous nous préparons également à une situation où il n’y aura pas d’accord. Chaque jour qui passe est un jour où les dirigeants de l’Iran empêchent leur peuple à bénéficier de la levée des sanctions. » Le haut responsable a transmis un message ferme : « Nous ne permettrons pas la poursuite des processus en cours, et le temps laissé à l’Iran pour permettre d’aller de l’avant avec le programme nucléaire afin d’améliorer sa situation dans les négociations lui est compté ».

Il a ajouté : « Ils pensent qu’ils peuvent aller de l’avant avec pour objectif l’amélioration de leur position dans les négociations, mais cela ne fonctionnera pas pour eux.

Les pays aujourd’hui sont conscients que l’Iran agit contre un retour sur son programme nucléaire. Cela est fait clairement à des fins tactiques et c’est quelque chose que nous ne pouvons pas admettre. L’Iran découvrira que s’il continue sur sa lancée, le résultat ne sera pas ce qu’il veut. Ils n’obtiendront pas un meilleur accord, car la pression sur eux augmentera. « 

Il a également fait part de la déception suscitée par la position iranienne : « Nous avons attendu cinq mois et demi et ce que nous avons vu la semaine dernière, et ce que cela signifie c’est qu’il faut se préparer contre ces manières provocatrices et dénoncer les provocations alors que nous étions encore en pourparlers. Ils sont revenus aux négociations avec moins de concessions.

Il a déclaré : « Le monde est prêt à négocier avec l’Iran et à revenir à l’accord en échange du retour de l’Iran aux restrictions, mais l’Iran doit coopérer pour cela. Nous ne savons pas quand les pourparlers reprendront, la date n’est pas si importante que de savoir si l’Iran reviendra à des pourparlers sérieux. Nous devrons attendre et voir s’ils le font, car jusqu’à présent à Vienne, nous avons vu le contraire. « Le fait que nous soyons aux pourparlers à Vienne ne signifie pas que nous nous interdisons de prendre des mesures pour empêcher la poursuite de son programme nucléaire. »

Le porte-parole a confirmé ce qu’a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères Anthony Blinken, : « Dans un jour ou deux, nous saurons si l’Iran est sérieux au sujet de ses intentions. » Blinken s’est entretenu avec le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Selon Blinken, l’Iran ne peut pas continuer à consolider son programme nucléaire en traînant les pieds dans les pourparlers. Il a noté que la rhétorique venant d’Iran ne donnait pas beaucoup de raisons d’être optimiste, mais a néanmoins précisé qu' »il n’est pas trop tard pour que l’Iran donne un sens à ces pourparlers ».

Quelques heures plus tôt, il s’était entretenu avec le Premier ministre Bennett, dans une conversation qui portait principalement sur le programme nucléaire iranien, et sur ce qui se passait dans les pourparlers entre l’Iran et les puissances. Bennett a déclaré au secrétaire d’État américain que « l’Iran exerce un chantage nucléaire comme tactique de négociation, et qu’il devrait y répondre par une cessation immédiate des négociations et des mesures dures de la part des puissances ».

Une source politique a déclaré que la conversation entre les deux était longue et « pas simple », et la grande majorité concernait l’Iran. Bennett a abordé les violations continues et « provocatrices » de l’Iran dans son programme nucléaire, y compris pendant les négociations elles-mêmes. Il a dit à Blinken que la réponse n’était « pas d’accepter le chantage, mais de faire payer aux Iraniens un prix immédiat pour ce chantage ».

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Said Khatibzadeh, a répondu aux propos de Bennett, affirmant dans un tweet que « le régime israélien montre une fois de plus son vrai visage et appelle à une cessation immédiate des négociations. Ce n’est pas surprenant ». Il a ajouté que « le dialogue est toujours méprisé par le régime qui est basé sur la guerre, la tension et la terreur ». Il a précisé que « nos représentants à Vienne ne recevront pas de dictats de la ‘Maison Balfour’ (le nom officiel de la résidence du Premier ministre). »

Selon l’AIEA, l’Iran a commencé à enrichir de l’uranium à un taux de 20% à l’installation nucléaire souterraine de Purdue en utilisant des centrifugeuses avancées. Hassan Rouhani a déclaré que l’Iran commencera à fournir du gaz d’uranium aux centrifugeuses de Purdue, suite à la rupture de l’accord par les États-Unis 2018.

JForum – Chaine 12

7 Commentaires

  1. Éli@ l’islam est une fausse religion , car il arrive un moment où tous ces pays musulmans Iran et cie qui prêchent la haine vont tous se mettre dans le gueule jusqu’a Tous être à terre, la Chine va y aller c’est leur fin , Israel n’a rien à craindre personne n’osera toucher ce pays qui a aussi les capacités pour effacer des pays qui lui en Voudraient

  2. Je vais plus loin .
    Admettons que les E.U et Israël restent les bras croisés et que l’Iran obtienne sa bombe .
    Et aprés….que va t il faire de sa bombe ?
    Détruire Israël?
    C’est mal connaitre Israël et le Peuple Juif qui reviennent des ténébres .

    Je dis à nos ennemis :  » ne vous méprenez pas sur notre détermination à vouloir vivre……….. au prix de l’apocalypse  » .

    Oui les iraniens sont intelligents et loin d’être fous ……..ils savent jusqu’où il ne faut pas y aller .

  3. Il faut agir avec l’Iran comme la Russie a agit en Ukraine et comme la Chine en mer de Chine. Crier ne sert à rien. Il faut mettre un point final avec cette bande d’enragés et pour cela il n’y pas deux solutions. Et je parie que ces grandes puissances crieront au feu mais ne prendront aucun risque d’une guerre totale et apocalyptique qui leur couterait aussi très cher sans rie leur apporter.

  4. L’ Iran est aujourd’hui parmi les pays les plus développés dans les domaines ‘matieres grises’ telles que nano technologie, intelligence artificielle, physique quantique,….
    Le nucléaire est acquis pour ce pays quoiqu’il arrive. Il faut se rendre à l’évidence.
    Il est aidé et aide la Corée du Nord et la Chine. Il est bien plus en avance que ce qu’il dit.
    Ni Israël ni aucun autre pays ne les empêchera. Leur missiles, drones et leurs proxys ‘hizbollah, Syrie, Palos et yemen’ mettront le feu et se sacrifieront s’il le faut pour leur grand frère à qui ils doivent tout.
    La stratégie militaire n’est pas la bonne.

  5. @ Eli LAIK,
    Non, l’Iran a tout simplement profité de l’aveuglement volontaire des « négociateurs » qui ont approuvé ce désastreux accord, voulu et imposé par l’ordure Obama.
    Ce n’est pas Joe la marionnette ventriloque qui se pisse dessus et qui n’a pas les facultés cognitives en état de fonctionnement qui changera quelque chose à cette situation.
    Le plan dirigé par Barak Obiden et sa clique ira à son terme, il n’y a rien à attendre de ce côté-là, Israël devra se débrouiller tout seul, comme d’habitude, pour sortir du piège mortel.
    Croisons les doigts pour que la coalition des traîtres putschistes en place en Israël ne se soit pas engagée à informer Barak Obiden en cas d’attaque sur l’Iran.
    Nous jouons les arrêts de jeu, il n’y a pas de temps à perdre, il faut confier à Tsahal ce dossier pour mettre un terme définitif aux menaces inadmissibles des enturbannés.
    Actuellement, c’est Poutine et la Chine qui tiennent l’Iran sous contrôle, tous les autres acteurs ne sont là que pour la frime, surtout Barak Obiden et sa clique…..

  6. L’Iran a roulé les négociateurs dans la farine depuis 2015.
    Aujourd’hui il vient de gagner 5 mois et demi, les Occidentaux ne comprennent rien au mode de pensée de l’Islam, il est écrit dans le Coran qu’on a le droit de mentir à son ennemi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.