I. Omar, point de fracture entre les Démocrates et Israël

3
1179
Ilhan Omar en plein conflit alors que les démocrates s’opposent à Israël
Le parti démocrate est divisé sur une série de remarques anti-israéliennes faites par une membre musulmane du Congrès, certaines insistant sur le fait qu’elle est elle-même victime du racisme et d’autres suggérant qu’elle perpétue des stéréotypes antisémites.
De retour en janvier, les démocrates ont accueilli leurs jeunes nouveaux arrivants au Congrès avec le sourire et quelques étreintes. C’était avant que les nouveaux collègues ne trahissent au grand jour les divisions qui couvaient sur Israël.

Des commentaires provocateurs de la représentante Ilhan Omar du Minnesota ont plongé les démocrates dans un débat inconfortable sur la politique israélienne quelques semaines avant une conférence très médiatisée au cours de laquelle des démocrates de haut rang manifestent leur soutien à l’État juif. De plus en plus, le fossé apparaît autant générationnel qu’idéologique, les démocrates nouvellement élus faisant preuve de moins de déférence envers la ligne du parti.

Omar est devenue le point éclair après avoir suggéré la semaine dernière que les partisans d’Israël poussent les législateurs américains à prendre un serment «d’allégeance à un pays étranger». C’est au moins la troisième fois qu’elle contraint des démocrates pro-israéliens plus âgés qui dirigent la Chambre à marcher en territoire périlleux sur la politique américano-israélienne.

Ilhan Omar à son inauguration (Photo: EPA)

Ilhan Omar à son investiture (Photo: EPA)

 

Les républicains ont été ravis de nourrir leur colère, le président Donald Trump qualifiant les remarques d’Omar “de sombre journée pour Israël” et affichant une photo de lui à Jérusalem. Au sein de la famille démocrate, les dirigeants sont dans une impasse, tiraillés entre le besoin de réprimander Omar pour ses commentaires et leur désir de défendre l’une des premières femmes musulmanes jamais élues au Congrès.

Cette fois, Omar ne s’excuse pas. Et cette fois, les démocrates pro-israéliens dirigés par la présidente Nancy Pelosi ne la mettent pas seulement en garde contre les dangers des tropes antijuifs. Ils devraient proposer une résolution condamnant l’antisémitisme à la Chambre.

“Les accusations de double allégeance ont généralement une histoire insidieuse et nourrie de fanatisme”, lit-on en partie dans le projet de résolution. “La Chambre des représentants reconnaît les conséquences dangereuses de la perpétuation de stéréotypes antisémites et rejette l’antisémitisme en tant qu’expressions haineuses d’intolérance qui vont à l’encontre des valeurs qui définissent le peuple des États-Unis”.

Le texte, qui comprend un passage sur les stéréotypes contre les musulmans, les Noirs et les Juifs, ne semble pas contestable en soi. Mais le fait que de hauts démocrates se soient sentis obligés de faire enregistrer à la Chambre le débat sur le sujet laisse présager une transformation du pays – principalement parmi les démocrates – en matière de soutien à l’État juif.

Dans un sondage réalisé par le Pew Research Center en janvier de l’année dernière, 46% des Américains ont déclaré qu’ils sympathisaient davantage avec Israël et 16% avec les Palestiniens dans leur conflit au Moyen-Orient.

Rep. Ilhan Omar du Minnesota (Photo: MCT)

Rep. Ilhan Omar du Minnesota (Photo: MCT)

 

Mais les démocrates sont à peu près également divisés, environ un quart sympathisant de part et d’autre et les autres affirmant qu’ils ne sont pas au courant, qu’ils ne savent pas – et qu’au cours des dernières années, ils sont moins susceptibles de sympathiser avec Israël que par le passé. Les libéraux démocrates sont près de deux fois plus susceptibles de dire qu’ils sympathisent davantage avec les Palestiniens (35%) qu’avec Israël (19%). Les Américains plus âgés sont beaucoup plus susceptibles de dire qu’ils sympathisent avec Israël qu’avec les Palestiniens, avec plus de divisions parmi les jeunes Américains.

Omar, une Américaine d’origine somalienne, déclare qu’elle s’interroge sur le jeu d’influence à Washington et s’inquiète de ce que tout ce qu’elle dira à propos d’Israël et de son traitement des Palestiniens sera considéré comme antisémite.

“Etre opposé à (Premier ministre Benjamin) Netanyahu et à l’occupation, ce n’est pas la même chose que d’être antisémite”, a-t-elle tweeté dimanche. “Je suis reconnaissante aux nombreux alliés juifs qui se sont exprimés et ont dit la même chose.”

Mais les démocrates au Congrès continuent de soutenir largement Israël. Pelosi, par exemple, assiste souvent à la conférence du Comité américano-israélien des affaires publiques (AIPAC) à Washington, qui se tiendra plus tard ce mois-ci.

Mardi, Omar a reçu un coup de pouce de la part d’alliés qui ont souligné que les femmes du Congrès avaient elles aussi été la cible de menaces et de fanatisme.

Rep. Alexandria Ocasio-Cortez a suggéré dans un tweet que sa compatriote en première année de représentation était traité injustement.

Alexandria Ocasio-Cortez, l'une de celles qui ont exprimé leur soutien à Omar (Photo: AP)

Alexandria Ocasio-Cortez, l’une de celles qui ont exprimé leur soutien à Omar (Photo: AP)

 

“Personne n’atteint ce niveau de réprimande lorsque les membres font des déclarations sur les Latinos + d’autres communautés”, a écrit le démocrate de New York.

Les groupes juifs ont généralement déclaré qu’ils soutenaient la résolution – mais.

“Nous craignons que le moment choisi pour cette résolution ne soit perçu comme un choix particulier et une condamnation spéciale contre une femme musulmane de couleur, comme si ses opinions et ses propos insensés constituaient une menace plus grande que le flot de haine que la droite nationaliste blanche continue de faire planer contre les juifs, les musulmans, les personnes de couleur et les autres groupes minoritaires vulnérables “, a déclaré J Street, une organisation à but non lucratif qui se prétend être un foyer pour” des Américains pro-israéliens et pro-pacifistes”, mais qui prend le plus souvent le contre-pied des intérêts de l’Etat Juif. La stratégie des démocrates, a ajouté le groupe, “joue directement sur le terrain du président et de ses alliés, qui agissent de mauvaise foi pour manipuler le débat à des fins politiques”.

De retour au Minnesota, un groupe d’élus a créé un hashtag #StandWithIlhan par une déclaration qui se lit en partie comme suit :

“Nous appelons les démocrates à se tenir aux côtés d’Ilhan contre les efforts républicains visant à dresser les Juifs et les Musulmans les uns contre les autres.”

Mais il était également question de trouver une candidate pour la défier en 2020.

“Je crois fermement que ses expressions antisémites ne reflètent pas les points de vue des habitants de son district”, a déclaré le sénateur Ron Latz, un Juif vivant dans son district et critiquant les récentes déclarations d’Omar sur Israël. “Elle est en train de devenir rapidement un paria au Congrès, plutôt qu’une représentante efficace de ses électeurs”, a-t-il ajouté, “exactement le genre de scénario qui ouvrirait la porte à un défi primordial”.

Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des communes, et Ilhan Omar (D-MN) (Photo: AP)

Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des communes, et Ilhan Omar (D-MN) (Photo: AP)

 

Les hauts représentants démocrates se dressent fermement contre les commentaires d’Omar, et ce n’est pas la première fois. En début de cette année, elle s’est excusée pour un tweet de 2012 dans lequel elle disait qu’Israël avait “hypnotisé” l’Amérique. Et le mois dernier, elle s’est excusée pour avoir suggéré que les membres du Congrès soutiennent Israël parce qu’ils sont payés pour le faire.

Cela lui a valu des reproches acerbes de la part de Pelosi et du président de la commission des relations étrangères de la Chambre, Eliot Engel, entre autres. Cette fois, Engel a déclaré que la suggestion d’Omar concernant la double-allégeance relève d’un stéréotype “ignoble” qui n’avait pas sa place dans son comité. Les républicains, quant à eux, ont demandé aux démocrates d’expulser Omar du panel d’Engel à la commission des A.E. Il n’y avait aucun signe que cela n’advienne, jusqu’à présent.

“Je ne devrais pas devoir faire serment d’allégeance / promettre de soutenir un pays étranger afin de servir mon propre pays au Congrès ou de siéger dans une commission”, a tweeté Omar.

La représentante du Michigan, Debbie Dingell, a déclaré qu’Engel, tout en étant contrarié par les commentaires d’Omar, “a le sentiment qu’elle apporte une perspective différente au comité”, ce qui la maintient dans une position forte.

“C’est une question très compliquée”, a déclaré Dingell. “Il n’y a, pourtant, rien de compliqué à être très clair sur le fait que nous devons nous dresser contre l’antisémitisme.”

Presse associée | Publié: 03.06.19, 08:57

ynetnews.com

3 COMMENTS

  1. Les Démocrates, et les 80% des cocos juifs Démocrates virent vers l’antisémitisme islamiste en légitiment l’antisémitisme en Amérique qui les mènera à leur propre perte.

  2. A quoi les démocrates pensaient-ils s’attendre en faisant rentrer une islamiste voilée dans leurs rangs ?
    Et ils ne sont qu’au début de leurs ennuis ….

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.